La mare aux mots
Parcourir le tag

Tomi Ungerer

Contes plus ou moins célèbres

Par 4 mai 2013 Livres Jeunesse

Un conte peu connu d’un célèbre auteur, et un conte très classique comme vous ne l’avez jamais lu !

le maître des brumesFinn et Cara sont frère et sœur. Ils sont irlandais, et vivent sur une petite île de pêcheurs. Un jour, leur père leur offre une curragh, petite barque traditionnelle et les autorisent à prendre la mer, en leur donnant tout de même tout un tas de recommandations. Bien évidemment, comme dans tout conte qui se respecte, rien ne se passe comme prévu, et les voilà perdus au large des côtes irlandaises, dans un épais brouillard. Ils se laissent porter par le courant et échouent finalement sur l’Ile aux Brumes. Ils vont y rencontrer le Maître des Brumes, un vieillard un peu magicien qui vit en compagnie d’oiseaux et de poissons, et qui régulièrement joue un peu avec la vapeur d’eau pour plonger toute la région dans une brume épaisse. De retour chez eux, personne ne les croira jamais, mais eux savent bien ce qu’ils ont vécu et partagent les souvenirs de cette aventure secrète.

Je connaissais Tomi Ungerer pour son célèbre album Les Trois Brigands, découvert quand j’étais enfant. J’étais donc curieuse de découvrir Le Maître des Brumes, un conte adapté d’une bande dessinée parue en 1949 . Je n’ai pas été déçue ! On est immédiatement dépaysé, plongé dans l’Irlande rude et reculée. Quelques mots irlandais jalonnent l’histoire, mais ne gênent jamais la compréhension de cette histoire qui reprend la structure classique des contes. Beaucoup d’aventure, du mystère, une rencontre un peu surnaturelle, un château reculé, et une chute malicieuse et heureuse sont autant d’ingrédients qui font la réussite de cette histoire. Ajoutez à cela des illustrations très sombres, mais vraiment belles qui rendent à la fois compte des magnifiques paysages et du caractère des personnages, et une mise en page classique et efficace (texte sur la page de gauche, grande illustration à droite), et vous obtenez une histoire intemporelle !

Quand on parle de conte qui traverse les générations, je pense que Les Trois Petits Cochons est un bon exemple ! En voici une nouvelle réécriture…

les trois cochonsEt quelle réécriture ! Tout commence comme dans l’histoire originale : trois petits cochons s’en vont parcourir le monde, et construisent chacun une maison. Le premier la construit en paille et elle ne résiste pas longtemps au souffle du loup.

Mais à partir de là, vous risquez d’être surpris : le petit cochon est chassé de l’illustration par la déflagration. Son frère (mais si, vous savez bien, celui de la maison en bois) ne tarde pas à le rejoindre, et tous deux retrouvent leur aîné raisonnable réfugié dans sa maison de briques. Ils ont donc tous échappé au loup, et se baladent maintenant dans le livre. Ils poussent les pages, se font de la place, et décident d’aller explorer les lieux. Ils construisent un avion en papier avec un des dessins et s’amusent comme des petits fous. Après un bref passage dans une histoire complètement mièvre et loufoque qui ne les intéressent pas, ils finissent par sauver un dragon de l’assaut d’un chevalier dans une autre aventure. C’est bien beau tout cela, mais s’ils veulent trouver un toit, il va bien falloir rentrer dans leur histoire, pour retrouver la maison de brique !

Je suis adepte des réécritures de contes classiques. Mais Les Trois Cochons de David Wiesner est un album qui met selon moi la barre très haut dans le domaine. On va de surprise en surprise, et bien qu’on ait l’impression au départ que tout parte un peu dans tous les sens, c’est finalement très finement construit. C’est là toute la prouesse ! Les illustrations sont très réalistes et donnent réellement l’impression que les trois cochons ont pris le contrôle sur l’auteur : papier froissé, page déplacée ou pliée, mots qui s’envolent,… Les petits lecteurs se régaleront des facéties des trois porcelets, et les adultes apprécieront cette manière détournée de raconter cette histoire si connue !

Quelques pas de plus…
Retrouvez d’autres chroniques de contes détournés : Boucle d’Ours, La petite poule rousse, Mon ballon, et beaucoup d’autres grâce au tag.

Le Maître des Brumes
de Tomi Ungerer traduit par Florence Seyvos
L’école des loisirs
13,70 €, 235 x 315 mm, 48 pages, imprimé en France, 2013
Les Trois Cochons
de David Wiesner, traduit par Catherine Bonhomme
Circonflexe
13,50 €, 290 x 235 mm, 40 pages, imprimé en Italie, 2002

A part ça ?

pommePomme, le dernier numéro de Georges le petit-petit-petit magazine, est déjà disponible. On y suit un petit chien dans les rues de New-York la grosse pomme, on rit avec les aventures de Panpi et Gorri, et on y apprend pourquoi la pomme est si importante dans les histoires. Mais comme Georges est très complet, on peut aussi jouer, bricoler, lire l’interview d’une boulangère, ou bien encore cuisiner des chips de pommes. Le tout dans un univers graphique, coloré et fouillé ! A mettre entre les mains des enfants… et des plus grands.

Marianne

 

You Might Also Like

Chronique gourmande

Par 19 octobre 2012 Livres Jeunesse

Il était une dame Tartine
Dans un beau palais de beurre frais
Les murailles étaient de praline
Le parquet était de croquets…
Dame Tartine

On continue notre spécial Semaine du goût, aujourd’hui on va parler d’albums qui évoquent les plaisirs du palais ! Pour les bébés comme pour les plus grands. On commence par les petits !

À table ! est un livre-tissu très sympa. Au programme, de quoi faire un sandwich (éléments collés par un scratch) , un œuf au plat à retourner (grâce à une spatule tenue par un fil),  du pain grillé qui sort du grille-pain (tenu par un élastique), des gants pour sortir des cookies du four,… bref des tas de petites choses à manipuler sur ce livre-tissu qui font du bruit (papier bruissant, pouet). Il est beau et les bébés vont adorer jouer avec les aliments. Petit bonus, des couverts en plastiques sont offerts avec le livre.

Dans Bon appétit, Totam ! le petit lapin va goûter toutes sortes de choses, du chocolat chaud du matin à la soupe aux carottes du soir, en passant par la pomme encas ou les légumes du midi. Pas d’histoire ici mais des scénettes où Totam mange. Les pages sont cartonnées et un petit avion en tissus à glisser sur une cuillère est offert avec le livre. Très jolies illustrations (normal, c’est Xavier Deneux !), un livre qui donne envie de passer à table.

Mon petit sac de marché propose quant à lui de connaître les fruits et les légumes. C’est un joli livre puzzle cartonné épais qui fait faire le marché ! On détache la banane, la tomate ou les prunes (au total 10 éléments sont proposés) et on les place dans le panier fourni. Chaque page propose donc un fruit ou un légume avec chaque fois sa couleur, sa saisonnalité et quelques petites informations. Très bien fait et très ludique, une bonne manière de se familiariser avec les aliments.

On quitte les livres manipulables par les tout-petits et on passe aux histoires.

P’tit Bonhomme a faim ! Pourtant il a beau chercher chez lui… rien à manger ! Comment faire ? Il se rend chez le boulanger pour demander du pain mais voilà… rien n’est gratuit et P’tit Bonhomme n’a pas de sous… Le boulanger accepte de lui donner du pain si en échange P’tit Bonhomme lui donne de la farine… hop hop hop il court donc chez le meunier mais tout comme le boulanger le meunier ne va pas lui donner gratuitement de la farine… en échange il veut du blé ! P’tit Bonhomme va devoir vivre toute une aventure pour pouvoir manger.

Si je vous dit que l’album est signé Pierre Delye et Cécile Hudrisier et si vous connaissez leurs autres livres vous savez tout de suite que vous avez affaire à un bel album ici. C’est drôle, bien écrit, plein de rythme, on se régale à lire à voix haute cette histoire avec des jeux de mots, ses répétitions. Un vrai bonheur ! Les illustrations de Cécile Hudrisier sont comme d’habitude pleines de petits détails et tellement belles… les enfants adorent et nous aussi !

Je veux des pâtes ! Rien d’autre. DES PÂTES ! Simon, le célèbre lapin de Stéphanie Blake, ne cèdera pas. Pas de tartines, pas de bifteck… DES PÂTES ON VOUS DIT ! Mais lorsque le dessert est du gâteau au chocolat, tout à coup Simon est d’accord de manger de la soupe de potiron.

Quel plaisir de retrouver Simon. Chacune de ses aventures est du pur plaisir, c’est coloré, drôle et les enfants l’adorent (nous aussi). Ça fait du bien d’avoir comme ça des personnages récurrents loin de toute mièvrerie. On prend autant de plaisir à lire l’histoire, à hurler « Je veux des pâtes !» que nos enfants à écouter. Celui-là c’est simple, alors qu’elle n’est pas concernée car pas difficile à table, ma fille de 4 ans l’adore. Dès qu’elle le voit elle ne peut pas s’empêcher : « JE VEUX DES PÂTES ! ».

Il était une fois un ogre… et comme tous les ogres il mangeait les enfants (surtout au petit déjeuner). Bien-sûr tout le monde commença à cacher ses enfants, il ne fallait plus que l’ogre les trouve. Mais un homme qui ne vivait pas à la ville ne savait pas tout ça et c’est ainsi que l’ogre rencontra sa fille, Zéralda ! La petite fille grâce à sa cuisine va faire oublier à l’ogre (et à ses copains ogres) son goût pour les enfants.

Tomi Ungerer… il y a les fans, et les autres ! (vous faites partie desquels ?). Le livre date de 1971 (et ce qui est bien avec L’école des loisirs c’est qu’on le trouve encore) et je pense que nombre d’entre vous connaissent cette histoire de petite fille qui va créer des festins pour un ogre. Un livre qui a plus de 40 ans et qui n’a pas pris une ride !

Branle-bas de combat pour Blaise et ses amis poussins, il faut préparer la fête d’Anne Hiversère et surtout lui construire le plus incroyabilicieux des châteaux. Tout le monde s’y met pour que tout soit prêt à temps, de la mine de chocolat aux collines de farine les poussins sont partout.

Comme pour Tomi Ungerer j’ai envie de dire qu’avec Claude Ponti on adhère ou pas (et je repose ma question là aussi !). Généralement les adultes restent assez hermétiques et les enfants adorent. Ma fille a adoré cette histoire, retrouver les poussins sur chaque page,… Moi j’avoue être passé un peu à côté…

Adam et Eve vous les connaissez ? Saviez-vous que pour tenter de séduire Eve, le serpent (qui avait entendu leur conversation dans laquelle Adam confessait à Eve de rêver de devenir pâtissier) lui offrit des gâteaux au chocolat, éclairs dorés, fraisiers… ?

Adam et Eve vu par le génial Grégoire Solotareff avec les deux personnages bibliques férus de pâtisserie et un serpent cuisinier. C’est drôle et décalé comme toujours avec Solotareff (auteur du génial Loulou, si vous ne connaissez pas, précipitez-vous !).

Quelques pas de plus…
La grosse faim de P’tit Bonhomme vu par Maman Baobab
Un autre livre de Xavier Deneux que nous avons chroniqué : Regarde
Notre interview de Cécile Hudrisier et ses livres que nous avons chroniqué : Le fil rouge, Chansons pour chanter Noël et Comptines pour chanter la ferme.
Un autre livre de Stéphanie Blake et son fameux lapin que nous avons chroniqué : Je veux pas aller à l’école

À table !
Tourbillon
15,15€, 180×180 mm, 8 pages, fabriqué en Chine
Bon appétit, Totam !
illustré par Xavier Deneux
Tourbillon
16,95€, 170×175 mm, 12 pages, imprimé en Chine
Mon petit sac de marché
illustré par Gaia Bordicchia
Auzou
13,90€, 240×248 mm, 12 pages, imprimé en Chine
La grosse faim de P’tit Bonhomme
de Pierre Delye, illustré par Cécile Hudrisier
Didier Jeunesse
11,90€, 210×210 mm, 36 pages, imprimé en France
5,50€, 165×165 mm, 36 pages, imprimé en France
Je veux des pâtes !
de Stéphanie Blake
L’école des loisirs
12,70€, 225×285 mm, 26 pages, imprimé en France
5,60€, 150×190 mm, 26 pages, imprimé en France
Le géant de Zeralda
de Tomi Ungerer
L’école des loisirs
13,20€, 230×310 mm, 31 pages, imprimé en France
5,60€, 150×190 mm, 31 pages, imprimé en France
Blaise et le château d’Anne Hiversère
de Claude Ponti
L’école des loisirs
21,90€, 280×390 mm, 43 pages, imprimé en France
5,60€, 150×190 mm, 43 pages, imprimé en France
Adam et Eve
de Grégoire Solotareff
L’école des loisirs
12,70€, 235×310 mm, 16 pages, imprimé en France

A part ça ?

Un petit quiz sur le goût ?

Gabriel

You Might Also Like

« Le doudou fait le fou, s’prend pour un avion »

Par 9 juillet 2011 Musique pour enfants

Accompagnés d’une bande d’artistes, aussi différents que Juliette, Olivia Ruiz, Didier Lockwood, Caroline Loeb, Christine Ott, Frédérique Bel, Roger Siffer et bien d’autres, les Weepers circus ont choisi pour leur 8è album, Weepers circus à la récré, de jouer pour les petits.
Paru en cd et en livre-cd (illustré par le grand Tomi Ungerer) aux éditions Eveil et découvertes, cet album nous proposent un mélange de 16 chansons et comptines traditionnelles ou plus contemporaines, revisitées à la sauce rock, jazz, gospel ou boogie-woogie.

Weepers circus à la récré des Weepers circus
Eveil et découvertes.

Alexandra

You Might Also Like

Secured By miniOrange