La mare aux mots
Parcourir le tag

Vacances chez les grands-parents

Des séries

Par 7 août 2017 Livres Jeunesse

Les enfants aiment retrouver des héros et des héroïnes récurrent.e.s au fil de leurs aventures. Aujourd’hui, je vous propose de faire connaissance avec de nouvelles séries. Des héros et des héroïnes qui vont faire la joie de vos enfants.

Ça fait du bien de se lever le matin
Ça fait du bien une journée sans ma sœur

Textes de Charlotte Moundlic, illustrés par Charlotte Gastaut
Albin Michel Jeunesse dans la série Ça fait du bien
9,50 € chacun, 195×225 mm, 32 pages chacun, imprimé en France, 2017.
La sorcière Gros-derrière
La cabane de nuit

Textes d’Astrid Desbordes, illustrés par Pauline Martin
Nathan dans la série Max et Lapin
5,90 € chacun, 177×179 mm, 24 pages chacun, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
Mölang et Piu Piu
Texte de Marie Manand, d’après les personnages de Hye-Ji Yoon
Père Castor dans la série Mölang
10 €, 220×285 mm, 24 pages, imprimé en Italie, 2016.
Wa-Wa à la ferme
Bon anniversaire Wa-Wa !

de Laura Wall (traducteur-trice non crédité.e)
Alice Jeunesse dans la série Wa-Wa
9,90 € chacun, 220×220 mm, 52 pages, imprimé en Turquie, 2015.
Le pommier de Cali
Cali à la montagne

Textes de Nancy Guilbert, illustrés par Cécile Vangout
Les éditions Éveil et découvertes dans la série Cali
9 € chacun, 185×185 mm, 32 pages chacun, imprimé en U.E., 2015 et 2016.
Suzon ne veut pas aller à l’école
Suzon part en pique-nique

Textes d’Émilie Chazerand, illustrés par Amandine Piu
Gulf Stream dans la collection Mes petits héros
9,50 € chacun, 188×189 mm, 24 pages chacun, lieu d’impression non indiqué, 2017.

You Might Also Like

Des romans pour bien commencer l’été!

Par 11 juillet 2017 Livres Jeunesse

Voilà l’été, enfin l’été ! Aujourd’hui, je vous propose deux romans idéaux pour lézarder au soleil : Des vacances d’Apache d’Alexandre Chardin et Les méchantes reines étaient-elles de gentilles princesses ?

Des vacances d’Apaches
D’Alexandre Chardin
Magnard Jeunesse
12,90€, 214×141 mm, 192 pages, imprimé en France, 2017.
Les méchantes reines étaient-elles de gentilles princesses ?
Texte de Grégoire Kocjan, illustré par Léo Méar
L’atelier du poisson soluble
14€, 110×210 mm, 120 pages, imprimé en France, 2017.

You Might Also Like

Des livres pour les tout-petits

Par 14 mars 2016 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose une sélection de livres aux pages épaisses, qui résisteront aux mains des plus petit.e.s !

You Might Also Like

Familles dans la tourmente

Par 6 janvier 2015 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, pour ma première chronique de l’année 2015, je vous propose de découvrir deux romans qui m’ont émue et touchée.

la soupe américaineMona et sa sœur Elsa s’apprête à partir en vacances chez leurs grands-parents, en Bourgogne. Mais ce séjour ne ressemblera à aucun autre ! Leurs parents leur donnent mille consignes avant de partir, leur grand-père, Papou, a un comportement très étrange, et leur grand-mère Mamie Lala semble complètement déstabilisée suite à un coup de fil venu de Grèce… Mais que signifient donc tous ces mystères ?
J’ai avalé ce roman d’une traite. L’enfance qui laisse la place à l’adolescence, la complicité de la fratrie, les rituels des visites chez les grands-parents, une atmosphère particulière entre Grèce et Bourgogne, des événements heureux, d’autres beaucoup plus difficiles, j’ai vraiment été happée par ce texte d’Anaïs Sautier. Elle nous livre une histoire à la fois simple et pleine de rebondissements, vivante, pleine d’humour et d’émotion.
La soupe américaine, un roman sur une histoire de famille, forte et peu ordinaire !

autopsie d'un papillonMark nage. Ce sera un champion, il ne peut en être autrement. C’est son père qui le dit. D’ailleurs, toute la famille déménage à Paris, pour que Mark puisse suivre le sport-études. Mais quitter la campagne, le village des Râlants, pour la vie parisienne, tumultueuse, urbaine et dense, c’est loin d’être une évidence pour le jeune homme, enfermé dans ce rêve qui n’est pas vraiment le sien. Certaines frontières de la ville sont infranchissables pour Mark. Il étouffe, il s’asphyxie, il est oppressé. Même son attirance pour Marie la marathonienne ne réussit pas à lui faire passer ce malaise. Mais il se tait. Personne ne doit savoir.
Avec Autopsie d’un papillon, Jean-Noël Sciarini nous emmène au cœur de la vie mouvementée de Mark, qui nous livre son journal, à la première personne. On découvre les pensées les plus secrètes de ce personnage fort et si fragile à la fois, et on se perd même parfois un peu avec lui. L’écriture est directe, l’atmosphère particulière (on se sent parfois aussi oppressé que le jeune héros), et l’ensemble très fort !
Une histoire intense, haletante, qui ne laisse pas indifférent !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Jean-Noël Sciarini (Le garçon bientôt oublié, Tarja, et Les disparitions d’Anaëlle Faier).

La soupe américaine
d‘Anaïs Sautier
L’école des loisirs dans la collection Médium
15,50 €, 149 x 218 mm, 230 pages, imprimé en France, 2014
Autopsie d’un papillon
de Jean-Noël Sciarini
La joie de lire dans la collection Encrage
17,50 €, 143 x 211 mm, 329 pages, imprimé en Allemagne, 2014

Marianne

You Might Also Like

Courts mais intenses

Par 1 octobre 2013 Livres Jeunesse

Deux romans qui prouvent que la qualité ne dépend pas de la longueur !

amaia cherche une grand-mèreAmaia souffre de ne pouvoir voir sa grand-mère qu’une fois par an, parce que celle-ci vit loin d’elle en Espagne. Elle se demande alors si elle ne pourrait pas adopter une seconde grand-mère, pour avoir quelqu’un avec qui partager son quotidien. Et se lance dans un casting un peu spécial… Les mamies, ce n’est pourtant pas ça qui manque autour d’elle, mais encore faut-il trouver la bonne !

Amaia cherche une grand-mère est un court roman (pour des lecteurs déjà autonomes, qui n’ont pas peur des histoires sans illustrations) qui abordent des sujets forts, et qui me sont particulièrement chers : la relation grand-parent/enfant, la famille, l’éloignement géographique, et les grands-parents d’aujourd’hui, dans l’air du temps, et toujours très dynamiques ! C’est plein de fraîcheur, et on s’attache rapidement à cette petite fille malicieuse qui ne s’en laisse pas conter ! Ghislaine Biondi nous fait sourire et nous émeut, très simplement.

même pas capDamien ne peut résister à Marilou. Il l’aime et il est prêt à relever tous les défis qu’elle lui lance, tous plus fous les uns que les autres. A chaque fois, aidé de ses amis qui l’encouragent, il se dit que c’est la dernière fois, et qu’après tout il est assez fort pour être indépendant et ne pas se laisser manipuler. Il est libre, et il peut décider de ses faits et gestes, sous aucune influence… Mais c’est malheureusement plus facile à dire qu’à faire pour le jeune garçon, qui ira loin, très loin, pour plaire à sa belle…

Jean-Luc Luciani nous propose un court roman néanmoins très fort, qui par sa forme originale amène le jeune lecteur à se poser d’importantes questions : jusqu’où peut-on aller par amour pour quelqu’un ? Quelles sont nos limites personnelles ? Quelle influence les autres peuvent-ils avoir sur notre manière d’être et d’agir ? Et puis, le duo aborde aussi la question du poids des mots, si importants et si forts parfois. D’abord un peu loufoque, et plutôt drôle, l’atmosphère devient de plus en plus pesante au fur et à mesure qu’on sent l’emprise de Marilou étouffer Damien… Rapide, dynamique avec juste ce qu’il faut d’amour, d’humour et d’amitié, Même pas cap est une histoire percutante et originale !

Quelques pas de plus…
Retrouvez les chroniques d’autres livres qui parlent des grands-parents ou d’amour.

Amaia cherche une grand-mère
de Ghislaine Biondi
Oskar
9,95 €, 140 x 210 mm, 67 pages, imprimé en Europe, 2013
Même pas cap !
de Jean-Luc Luciani
Oskar
7,95 €, 130 x 210 mm, 43 pages, imprimé en Europe, 2013

A part ça ?

Aujourd’hui nous sommes le 1er, et comme chaque mois nous vous présentons les albums qui nous ont marqués le mois précédent. Une fois par trimestre, ce sont également nos romans préférés qui sont mis en avant.
Voici mes coups de cœurs albums pour ce mois de septembre :  Une année dans la Nature de Marc Pouyet (Petite Plume de Carotte), Printemps de Nicole de Cock (Circonflexe) et Drôle de planète des élèves d’une classe de CE1 de l’école Jatteau de Moissy-Cramayel et Gwen Keraval (Talents Hauts). Gabriel, lui, a été particulièrement séduit par Yoshka de Sabine du Faÿ et Gwen Keraval (Seuil), Une vie en bleu d’Alice Brière-Haquet et Claire Garralon (Océan Jeunesse) et  Bonolon, le gardien de la forêt de Seibou kitahara et Go Nagayama (Nobi Nobi !).
Quant à nos romans coups de cœur du trimestre il s’agit, pour moi, des Wilma Tenderfoot d‘Emma Kennedy et Nancy Pena (Casterman), Le secret de grand-oncle Arthur de Véronique Delamarre Bellégo et Pierre Beaucousin (Oskar) et Le nouveau de la cinquième E d‘Ekaterina Mourachouva (Bayard).  Et pour Gabriel Qui se souvient de Paula ? de Romain Slocombe (Oskar), La petite disparue d’Isabelle Wlodarczyk (Oskar) et Sombres citrouilles de Malika Ferdjoukh (L’école des loisirs).
Retrouvez nos coups de cœur des mois précédents sur le blog, sur Facebook (ici pour les albums et pour les romans) et sur Pinterest (ici pour les albums et pour les romans).

 

Marianne

 

You Might Also Like

Secured By miniOrange