La mare aux mots
Parcourir le tag

Vaches

Des livres et des films pour les plus petits

Par 29 septembre 2017 Cinéma et DVD, Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose des livres dans lesquels les jeunes enfants vont apprendre plein de choses sur les animaux et deux films, l’un qui sort en salle, l’autre en DVD, également pour le très jeune public.

Les maisons des animaux
de Philippe UG
Les éditions des Grandes Personnes
12,50 €, 133×133 mm, 20 pages, imprimé en Chine, 2017.
Comment tu dors ?
Texte et illustrations d’Olivia Cosneau, ingénierie papier de Bernard Duisit
Hélium
12,50 €, 152×180 mm, 16 pages, imprimé en Chine, 2017.
Bonne nuit, mon petit
Texte d’Alice Brière-Haquet, illustré par Aurélie Abolivier
Flammarion jeunesse dans la collection Mes toutes petites histoires
8,50 €, 190×192 mm, 12 pages, imprimé en Chine, 2015.
Les animaux de compagnie
de Philippe Jalbert
Seuil Jeunesse dans la collection Les docs emboîtés
12,50 €, 170×170 mm, 26 pages, imprimé en Chine, 2017.
La vache et L’escargot
de Charles Paulsson
Gulf Stream éditeur dans la collection Animaux animés
8 € chacun, 140×140 mm, 16 pages chacun, imprimé en Chine, 2017.

You Might Also Like

Albums d’un autre temps

Par 10 mars 2016 Livres Jeunesse

Et si aujourd’hui, on faisait une plongée dans le passé ? Voici trois rééditions de chouettes albums pour enfants, au charme rétro.

You Might Also Like

Une nouvelle sélection de livres cartonnés

Par 16 mai 2015 Livres Jeunesse

La poule un imagier à picorerTout, tout, tout, vous saurez tout sur la poule ! Qu’elle descend du dinosaure (on voit même sur l’image qu’elle est presque arrivée en bas), qu’elle ne vole pas (sauf si elle a un deltaplane), que parfois il y a des poussins dans ses œufs, mais parfois il n’y en a pas, que quand trois poules vont au champ, la première va devant… bref, le très drôle Laurent Simon nous a pondu (oui, elle était facile), un livre cartonné un peu documentaire. On apprend réellement des trucs sur les poules, mais surtout on se marre (les adultes autant, voire plus, que les enfants), car c’est bourré de clins d’œil, de références, de jeux de mots. Laurent Simon alterne les informations sur les poules et les expressions avec le mot poule, et nous on se régale !
Un super livre cartonné pour se bidonner en famille.

DoudouAprès les poules, le doudou ! Cette fois-ci, c’est Benoît Charlat qui nous présente toutes sortes de doudous. Celui qui fait caca (assis sur son pot), celui qui prend son bain dans la machine à laver, celui qui ramasse la poussière, celui qui sert de bavoir ou même celui qui est perdu ! Forcément, les enfants reconnaissent des situations qu’ils connaissent bien… et les parents aussi ! Les illustrations sont épurées (pas de décor), parfait pour séduire les tout petits, accrocher leur regard !
Un livre cartonné drôle et tendre, qui risque de devenir lui-même un doudou !
Des extraits sur le site de l’éditeur.

PourquoaaaPour la petite grenouille, il est l’heure de dormir. Seulement vient la question : Pourquooôôââ ? L’adulte a beau avoir des réponses, il y aura toujours des Pourquooôôââ ?
Alors bien sûr on se marre bien, car on connaît cette situation, ces Pourquoi ? qui reviennent sans cesse, peu importe l’explication. Les enfants aussi rient de la répétition et vient même un beurk quand est évoqué la glace à la mouche ! L’album vous dit peut-être quelque chose, c’est une réédition (en plus grand format) d’un album qui avait cartonné en 2000. Thierry Magnier a eu une bonne idée de le ressortir !
Le même vu par La littérature de Judith et Sophie et par La soupe de l’espace.

Trois autres rééditions pour trois classiques d’Antonin Louchard.

Oh la vacheDans Oh ! la vache, Antonin Louchard et Katy Couprie nous proposent un inventaire de vaches assez bizarres. Celle à taches (qui se cache), celle à carreaux (c’est rigolo), celle à pédales (c’est pas banal) et bien d’autres encore comme une vache à bonbons et même une vache à lait ! Forcément, on se marre bien avec des vaches comme ça.

la promenade de FlaubertPauvre Flaubert,  le vent lui fait perdre son chapeau, ses lunettes… et puis sa tête, ses bras, son ventre… Avec La promenade de Flaubert, on va apprendre les parties du corps… de façon un peu particulière ! On les cite, on les montre et on s’amuse.  Un album plein d’humour (décalé) aux illustrations faites de collages.

C'est la p'tite bêteOh c’est qui ? Mais c’est la p’tite bête bien sûr ! La petite bête qui monte, qui monte, qui monte… vous la connaissez certainement celle-là (et l’album aussi, c’est un grand classique qui n’a pas pris une ride en 17 ans). Voilà un bon prétexte pour chatouiller nos enfants !
Le même vu par Sophie et Lila.

Griboullis gribouillonsAutre classique d’Antonin Louchard, Gribouillis Gribouillons, sorti en 2002 au Seuil est toujours disponible… et plaît toujours autant aux tout-petits ! Des gribouillis qui sont en fait des éléments de décors. Ils se transforment en nuages, queues de cochons ou fumée de la cheminée une fois la page tournée. Poétique et pas si bête !

Regarde c'est papa !Et si l’on rendait hommage aux papas ? Certains sont impressionnants, comme le Papa Éléphant, d’autres bricoleurs, comme le Papa Castor il y’en a même qui adorent rigoler, comme le Papa Chimpanzé ! J’aime décidément beaucoup cette collection chez Nathan, illustrée par Emiri Hayashi. Des couleurs pétantes (ici un beau jaune), des textures douces à toucher, les albums sont grands avec les coins arrondis, les illustrations sont douces et pleines de contrastes… les enfants adorent ! On regrettera juste que les papas n’ont peur de rien, sont bricoleurs ou rigolos, pas câlins ou consolateurs, les réflexes sexistes ont la vie dure !
Le même vu par L’ivresse des mots.

Quel est ce cri ?Quel bruit fait la souris ? Et l’oiseau ? La cigale ? Il suffit de tourner les pages pour le savoir. Le grand trou central se réduit à chaque fois et dans l’œil de la chouette c’est une dizaine d’yeux que l’on voit (un peu sur le même principe qu’Un petit trou dans une pomme). Un livre pour apprendre le nom des animaux et imiter leur cri.

Les bébés animauxD’ailleurs, si l’on écoutait leurs cris maintenant ? En appuyant sur les pastilles on va pouvoir entendre l’agneau, le chaton, l’ânon, le chiot, le porcelet et les poussins. La collection Mes petits imagiers sonores de chez Gallimard, illustrée par Marion Billet, est maintenant un grand classique… dont les enfants sont totalement fans !

COUV_NCUG_JhabilleLesPandasEt si l’on habillait les pandas ? Ici, on enlève et l’on remet des petites pièces de puzzle qui représentent des vêtements. L’occasion d’apprendre à nommer la jupe, la salopette ou le ciré mais aussi de développer sa motricité fine ! Le texte nous propose les vêtements à mettre… mais on peut aussi laisser libre court à notre imagination.
Le même (et les suivants) vu par Les lectures de Kik et Sous le feuillage.

COUV_NCUG_123PetitsDoigtsUn ver de terre qui sort de son trou, les deux yeux d’un escargot, trois bébés kangourous, quatre queues de chiens, cinq petits doigts… leur point commun ? Ils surgissent du livre ! Des trous dans le livre pour glisser nos doigts et voilà qu’on leur donne vie. Bien sûr, c’est aussi l’occasion d’apprendre à compter jusqu’à 10… tout en s’amusant ! C’est le genre de livre qui fonctionne toujours.

COUV_NCUG_CouleursSurprisesMa couleur préférée, c’est le rouge ! Rouge comme les pommes, comme les cerises, comme une coccinelle ou comme un arc-en-ciel ! Un arc-en-ciel ? N’importe quoi ! Ici, on apprend les couleurs avec beaucoup d’humour. Sur chaque double page, on ouvre des volets et chaque fois on peut s’amuser à trouver l’intrus. C’est drôle, c’est esthétique (illustrations de Laure du Faÿ) et forcément ludique.

COUV_NCUG_DevineLesAnimauxC’est jaune et c’est très fort, c’est… mais non ce n’est pas un poussin qui n’aime pas être dérangé quand il dort, c’est le lion ! C’est gris et ça fait du bruit avec son nez… une souris enrhumée ? Non un éléphant ! Ici aussi, on apprend les couleurs tout en rigolant bien ! Chaque fois une devinette, un premier volet avec une réponse farfelue puis un autre volet avec la bonne réponse. Un livre irrésistible !

COUV_PN_TrotteSourisTrotteLa petite souris trotte, trotte. Elle passe devant le chat, croque un morceau de fromage et se cache même dans les jouets, quelle coquine !
Nouvelle collection chez Nathan, ici on retrouve les illustrations pleines de couleurs de Marion Billet, mais surtout la souris est en bois et se détache de la couv’, on va ensuite devoir la positionner sur chaque page (où un trou de la forme de l’animal est prêt à l’accueillir). C’est forcément ludique, les enfants adorent… par contre, la souris qui dépasse de la couv’ rend pas le livre très pratique à ranger !
Un livre avec un jeu d’encastrement pour s’amuser tout en développant la motricité fine.

COUV_PN_VolePetitOiseau (2)Sorti dans la même collection chez Nathan, Vole, petit oiseau ! nous présente quant à lui un petit oiseau dont on suit la vie au fil des saisons. Ici, c’est donc l’oiseau qu’on va promener au fil des pages. Et là encore, les jolies illustrations de Marion Billet sont colorées et pleines de pep’s !
Les même vus par Sous le feuillage.

Quelques pas de plus…
D’autres chroniques de livres cartonnés ici ou , par exemple.

La poule, un imagier à picorer
de Laurent Simon
Milan
10,90 €, 150×150 mm, 96 pages, imprimé en Chine, 2015.
Doudou
de Benoît Charlat
Sarbacane
10,50 €, 185×185 mm, 50 pages, imprimé en Malaisie, 2015.
Pourquôôââ
de Voutch
Éditions Thierry Magnier
8,90 €, 160×160 mm, 22 pages, imprimé en Italie, 2015 (première édition 1998).
Oh ! la vache
Texte d’Antonin Louchard, illustré par Katy Couprie
Éditions Thierry Magnier
8,90 €, 160×160 mm, 22 pages, imprimé en Italie, 2015 (première édition 2000).
La promenade de Flaubert
d’Antonin Louchard
Éditions Thierry Magnier
8,90 €, 160×160 mm, 22 pages, imprimé en Italie, 2015 (première édition 1998).
C’est la p’tite bête
d’Antonin Louchard
Éditions Thierry Magnier
8,90 €, 160×160 mm, 22 pages, imprimé en Italie, 2015 (première édition 1998).
Gribouillis gribouillons
d’Antonin Louchard
Seuil
12 €, 160×160 mm, 30 pages, imprimé en Chine, 2002.
Regarde, c’est papa !
Texte de Christel Denolle, illustré par Emiri Hayashi
Nathan dans la collection Petit nathan
13,90 €, 260×261 mm, 14 pages, imprimé en Chine, 2015.
Quel est ce cri ?
Texte de Giovanna Mantegazza (traducteur-trice non crédité-e), illustré par Giulia Orecchia
Nathan dans la collection Percimages
11,90 €, 191×213 mm, 24 pages, imprimé en Italie, 2015.
Les bébés animaux
de Marion Billet
Gallimard Jeunesse dans la collection Mes petits imagiers sonores
10,10 €, 150×150 mm, 14 pages, imprimé en Chine, 2015.
J’habille les pandas
Texte de Sylvie Gouel et Lucie St Ges, illustré par Laure du Faÿ
Nathan dans la collection Comme un grand
10,90 €, 168×209 mm, 10 pages, imprimé en Chine, 2015.
1, 2, 3 petits doigts
Texte de Sylvie Gouel et Lucie St Ges, illustré par Laure du Faÿ
Nathan dans la collection Comme un grand
8,90 €, 196×207 mm, 10 pages, imprimé en Chine, 2015.
Couleurs surprises
Texte de Sylvie Gouel, Lucie St Ges et Frédéric Maupomé, illustré par Laure du Faÿ
Nathan dans la collection Comme un grand
10,90 €, 198×210 mm, 10 pages, imprimé en Chine, 2015.
Devine les animaux
Texte de Sylvie Gouel et Lucie St Ges, illustré par Laure du Faÿ
Nathan dans la collection Comme un grand
10,90 €, 197×209 mm, 10 pages, imprimé en Chine, 2015.
Trotte souris, trotte !
Texte de Christel Denolle, illustré par Marion Billet
Nathan dans la collection petit Nathan
11,50 €, 177×177 mm, 8 pages, imprimé en Chine, 2015.
Vole, petit oiseau !
Texte de Christel Denolle, illustré par Marion Billet
Nathan dans la collection petit Nathan
11,50 €, 177×177 mm, 8 pages, imprimé en Chine, 2015.

À part ça ?

Jeanne Dark, illustratrice pour enfants. Un sketch très drôle de Canal Plus.

Gabriel

You Might Also Like

Vive la différence !

Par 10 mars 2014 Livres Jeunesse

Thème que l’on retrouve souvent dans la littérature jeunesse (et forcément sur le blog) aujourd’hui nous allons parler de la différence et du rejet qu’elle provoque souvent. Je vais vous présenter des personnages qui ne sont pas comme leurs congénères, mais c’est si bon de ne pas être tous faits dans le même moule, non ?

Le crocodile qui avait peur de l'eauCe crocodile-là avait peur de l’eau… Pendant que ses frères et sœurs s’amusaient à patauger, lui les regardait bien au sec. Par contre, il aimait grimper aux arbres, contrairement aux siens. Comme il avait quand même envie de faire comme les autres notre crocodile s’acheta une bouée… mais rien à faire, avec une bouée il ne pouvait pas faire comme eux et donc il restait différent…

Je ne vous raconte pas la chute de Le crocodile qui avait peur de l’eau, mais cette différence a forcément une raison. Ce magnifique album nous fait forcément penser au vilain petit canard (bon du coup je vous dis la chute sans vous la dire). Beaucoup d’humour, de tendresse, de très belles illustrations pour nous rappeler que nos différences sont des forces, que si l’on ne fait pas certaines choses aussi bien que d’autres, on en fait peut-être d’autres mieux ! Un gros coup de cœur !
Le même vu par Enfantipages.

Limbo le lionParce qu’il avait la crinière raide, Limbo était la risée des visiteurs du zoo. On se gaussait de sa coiffure qui ressemblait à une serpillière mouillée. À côté, les autres lions paradaient, fiers de leur crinière. Quand les animaux s’aplatissaient devant eux, ils rigolaient devant Limbo. Il fallait agir ! Et si Limbo devenait le modèle ?

Parce qu’il est différent, Limbo va devenir le chouchou d’un soigneur qui va s’occuper de lui et lui offrir les coiffures les plus extravagantes. Celui qui était moqué deviendra celui qui est jalousé. On parle de la différence qui est une force, de la roue qui tourne (les moqués d’hier seront peut-être les héros de demain) dans ce très bel album traduit du coréen. Sur la couverture on peut même caresser la chevelure de Limbo. Encore un magnifique album sorti chez Picquier jeunesse.

A la recherche de MahoQuand Bernard vivait sur sa planète rose (où TOUT était rose), il était le seul bleu. Il se sentait si différent… Jusqu’au jour où il a rencontré Zoé, qui est verte. C’était la première fois que Bernard voyait du vert ! Aujourd’hui, il va quitter pour la première fois sa planète rose, car Zoé veut retrouver une amie Maho qui vit sur la planète rouge. En chemin, Bernard va découvrir des tas de couleurs…

Le cousin de BasileBasile habite sur une planète bleue. Il a entendu parler de son cousin Bernard, qui est parti sur la planète rose, car sa santé ne lui permettait pas de rester sur la planète bleue, mais il ne s’en souvient pas vraiment. Mais alors qu’il est chez sa grand-mère, il voit à la télévision un drôle de vaisseau qui a atterri aujourd’hui sur leur planète avec à son bord une petite fille verte, une petite fille rouge… et un petit garçon bleu.

Je vous avais déjà parlé de Bernard Bleu (ici) qui était le deuxième tome de cette série, Un monde en couleur, voici donc le troisième et le quatrième. Série qu’on pourrait résumer par « personne dans la vie ne choisit sa couleur, l’important c’est d’écouter son cœur » ! J’aime décidément beaucoup l’univers graphique de Matthieu Roussel, ces personnages qui semblent être en bois crayonnés… je ne sais pas comment vous expliquer mais le mieux est de vous rendre compte vous-même (sur Papier de soie par exemple) ! Un monde en couleur est une très bonne série sur la différence et le fait de vivre en harmonie, peu importe d’où l’on vient, peu importe sa couleur.

La Vache sans tacheAmédée avait des vaches de toutes sortes, aucune ne se ressemblait, mais elles avaient toutes un point commun : elles avaient des taches ! Toutes ? Non pas vraiment, il y en avait une qui n’avait pas la moindre tache. Les autres trouvaient ça bizarre et la rejetaient. Alors notre vache partit à la recherche de taches…

Bien sûr, notre vache ne trouvera pas de tache et elle sera acceptée (et s’acceptera elle-même) telle qu’elle est (car elle a une qualité qui n’avait pas été prise en compte). La vache sans tache est une histoire classique sur la différence, mais pleine d’humour avec des dessins très colorés signés Manola Caprini.

Charles à l'école des dragonsQuand il est né Charles était tout maigrichon mais il avait de grands pieds et des ailes majestueuses. En grandissant ses pieds et ses ailes grandirent aussi… mais son imagination également. Car même s’il était toujours aussi maigrichon, Charles se démarquait par les poèmes qu’il écrivait. À l’école des dragons, pendant que ses congénères brûlaient des cahiers lui les remplissait de ses écrits. Alors forcément ces gros costauds se moquaient de celui qu’ils surnommaient avec mépris « le poète ».

On en a beaucoup parlé de ce livre lors de sa sortie (couronné par plusieurs prix, remarqué par les libraires et même sur La mare aux mots Za l’avait choisi dans sa liste de Noël et sa suite, Charles prisonnier du cyclope, par Chantepages sur notre Pavé de la mare de Noël 2012). Je profite de sa sortie en poche au Seuil (donc à petit prix) pour vous présenter à mon tour ce petit dragon poète, différent des autres de son espèce. Les mots d’Alex Cousseau, pleins de poésie, sont magnifiquement mis en image par les illustrations hautes en couleur (découvrez les aussi sur Papier de Soie) de Philippe-Henri Turin (même si le petit format n’est pas l’idéal pour les découvrir). Un album extrêmement poétique avec de somptueuses illustrations.
Le même vu par Le cabas de Za, Sous le Feuillage et Chez Clarabel.


ElmerDans le troupeau des éléphants il y en avait de toutes les sortes : des jeunes et des vieux, des gros et des minces, mais tous étaient de la même couleur, un seul était différent : Elmer. Il était jaune, mais aussi orange et rouge et violet, mais aussi bleu et vert et noir et même blanc. Elmer était la joie des autres éléphants, il était le plus drôle d’entre eux et mettait tout le monde de bonne humeur. Mais un jour, Elmer en eut assez d’être différent, il voulut être comme les autres…

À cause d’a priori idiots (mais les a priori sont rarement intelligents), je n’ai jamais été attiré par Elmer. Voyant l’éléphant bariolé sur des sacs et des t-shirts, le voyant sous forme de figurine ou de tirelire, je me disais que c’était plus un produit de marketing qu’une œuvre de littérature jeunesse. Aussi j’ai été extrêmement surpris de tomber sur un livre d’une telle qualité (quand je vous disais que les a priori sont idiots). Je pense que vous serez peu nombreux à découvrir Elmer grâce à moi, mais peut-être ne suis-je pas le seul donc j’avais envie de vous parler de la poésie de ce personnage. Elmer va tout faire pour être comme les autres, alors que ce qui est bon c’est d’être différent, non ? Un grand classique de la littérature jeunesse qui n’a pas pris une ride en 46 ans (et oui, Elmer a 46 ans).
Le même vu par Dans la bibliothèque de Noukette.

Quelques pas de plus…
Vous trouverez beaucoup d’autres livres sur la différence que nous avons chroniqué sur notre fiche thématique.
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Matthieu Roussel et Nathalie Tousnakhoff (Bernard Bleu), Alex Cousseau (Les Frères Moustaches), Bénédicte Carboneill (La lampe des jumeaux), Manola Caprini (Un accordéon sinon rien) et David McKee (Six hommes).

Le crocodile qui avait peur de l’eau
de Gemma Merino (traduit par Rémi Stéfani)
Casterman dans la collection Les albums Casterman
13,95 €, 270×216 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2014
Limbo le lion
Texte de Kim Kyung Hwa (traduit par Lee Ji Won), illustré par Yi Jiwon
Picquier Jeunesse
13,50 €, 226×268 mm, 36 pages, imprimé en Chine, 2014.
À la recherche de Maho
Texte de Nathalie Tousnakhoff, illustré par Matthieu Roussel
Kilowatt dans la collection Un monde en couleur
10,20 €, 170×240 mm, 30 pages, imprimé à Singapour, 2009.
Le cousin de Basile
Texte de Nathalie Tousnakhoff, illustré par Matthieu Roussel
Kilowatt dans la collection Un monde en couleur
10 €, 170×240 mm, 26 pages, imprimé à Singapour, 2012.
La vache sans tache
Texte de Bénédicte Carboneill, illustré par Manola Caprini
Les éditions du pas de l’échelle
10,45 €, 209×249 mm, 32 pages, imprimé en République Tchèque, 2014.
Charles à l’école des dragons
Texte d’Alex Cousseau, illustré par Philippe-Henri Turin
Seuil dans la série Seuil’issime
5,90 €, 190×149 mm, 48 pages, imprimé en France, 2014 (première édition 2010).
Elmer
de David McKee (traduit par Elisabeth Duval)
Kaléidoscope dans la série Elmer
10,70 €, 206×236 mm, 36 pages, imprimé en Italie, 2013 (première édition 1989).

À part ça ?

Livres pour enfants : les clichés sexistes n’ont jamais été aussi présents, un article de Libération.

Gabriel

You Might Also Like

Des dés et de curieuses recettes

Par 22 septembre 2012 Jeux, Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous présente deux jeux inventifs !

Avec Carole et ses drôles de recettes, un jeu pour enfants de la collection Asmokids, il va y avoir de l’ambiance. Dans la petite boîte en carton, pratique à transporter, on trouve un paquet de cartes et une cuillère en bois. Tour à tour, chaque joueur s’en empare et devient le chef. Sur la carte-recette, les ingrédients (matérialisés par des cartes également) qu’il doit réunir : œufs, kiwis, abricots et noix de coco. Pour les réclamer aux autres joueurs, il doit frapper avec la cuillère autant de coups qu’il y a de syllabes dans l’ingrédient désiré. Le chef doit bien découper le mot, et les autres joueurs doivent être drôlement attentifs pour réussir le plat ! Un jeu drôle et très simple à comprendre et à utiliser, même pour les plus jeunes !

En piste, les dés ! prend une toute autre forme. Cette fois, il s’agit d’une sorte de gros livre cartonné creusé pour accueillir une boîte pleine de dés, et permettre d’avoir à chaque fois un espace pour les lancer. A chaque double-page, les règles d’un jeu et une illustration sur le thème des sorciers, magiciens et autres créatures magiques. Tantôt il faut utiliser les dés chiffrés, tantôt ceux à lettres et parfois même les deux. Des jeux de pur hasard, des jeux de réflexion, des jeux de mots, on a l’embarras du choix. Parmi les activités proposées, il y a même un tour de magie. J’ai beaucoup aimé l’objet, original et pratique, et les jeux simples, plutôt rapides et amusants.

Carole et ses drôles de recettes
de Anja Wrede
Asmokids
Prix : Autour de 15 €
Age d’après l’éditeur : à partir de 5 ans
Nombre de joueurs : 3-6
Temps de jeu d’après l’éditeur : 15 minutes
En piste, les dés !
de Madeleine Deny Illustré par Loïc Froissart
Tourbillon
Prix : Autour de 13,85 €
Age d’après l’éditeur : dès 6 ans
Nombre de joueurs : à partir de 1 joueur
Temps de jeu d’après l’éditeur : à partir de 5 minutes

A part ça ?

Un court-métrage d’animation réussi !

 Marianne

You Might Also Like

Secured By miniOrange