La mare aux mots
Parcourir le tag

Vivre ensemble

Vivre ensemble

Par 2 février 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose des albums où l’on parle de vivre avec les autres, de les accepter même s’ils ne sont pas comme nous.

Le yéti et l’oiseau
de Nadia Shireen (traducteur·trice non crédité·e)
Nathan dans la collection Album Nathan
11,50 €, 221×272 mm, 32 pages, imprimé en France, chez un imprimeur éco-responsable, 2018.
Ville bleue ville jaune
Texte de Ljerka Rebrović, illustré par Ivana Pipal
Alice Jeunesse dans la collection Histoires comme ça
12,90 €, 225×313 mm, 42 pages, imprimé en Italie, 2017.
La maison des amis
Texte de Patricia Hegarty (traduit par Samuel Loussouarn), illustré par Greg Abbott
Larousse
13,50 €, 268×239 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2017.
Dans le square
Texte de Catherine Metzmeyer, illustré par Laurent Simon
L’élan Vert
13,90 €, 240×306 mm, 20 pages, imprimé en Chine, 2017.

You Might Also Like

Amour, humour, savoir-vivre et caca !

Par 4 avril 2016 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose de rencontrer une machine à câlins, de réviser les règles de vie commune à l’école… et de parler de caca ! Le tout, avec humour !

La machine à câlins
de Scott Campbell (traduit par Véronique Mercier-Gallay)
Little Urban
10,50 €, 230×260 mm, 32 pages, lieu d’impression non indiqué, 2015.
À l’école, il y a des règles !
Texte de Laurence Salaün et Emmanuelle Cueff, illustré par Gilles Rapaport
Seuil Jeunesse
13,90 €, 186×338 mm, 72 pages, imprimé en Belgique, 2015.
On fait tous caca
de Taro Gomi (traduit par Sylvain Chollet)
Nobi Nobi !, dans la collection 1,2,3 soleil
Prix, 216×249 mm, 28 pages, imprimé en Slovaquie, 2015.

You Might Also Like

Petites pousses deviendront grandes

Par 13 août 2015 Livres Jeunesse

Ouf !Un gland est tombé, il lui faudra beaucoup de chance pour faire un beau chêne, mais ouf il n’en manque pas !
Ghislaine Roman et Tom Schamp signent un album étonnant et surprenant. J’entendais Claude Ponti dire l’autre jour sur France Culture qu’il n’avait jamais aimé lire des livres qui étaient finis en cinq minutes et dont on ne tirait plus rien après, il adorerait donc les illustrations de Tom Schamp ! C’est non seulement très beau (mais, ça, forcément, c’est subjectif et ça dépendra des goûts de chacun), mais c’est également très riche. On se perd dans les grandes planches comme on se perdrait dans une forêt. L’éditeur a d’ailleurs la bonne idée de partager avec nous le « making of » de l’album. Le texte de Ghislaine Roman est poétique, avec des phrases simples elle fait passer énormément de choses.
Un grand et bel album pour rappeler que tout ne tient parfois qu’à quelques heureux hasards.
Le même vu par Chez Gaëlle la libraire.

Le jardin partagéDans une ville, il y avait un jardin, le jardin de Papy Jean. Depuis qu’il est à la retraite, il passe beaucoup de temps à planter, à faire pousser. Papy Jean vit seul, mais dans son jardin il ne l’est jamais. Il y a Zaïna, qui l’aide à repiquer les fraises (elle les aime tellement), il y a Soraya qui apporte des gâteaux et les partage avec ses voisines qui lui apprennent le français, il y a le jeune et costaud Kévin sans qui Papy Jean n’arriverait pas… et bien d’autres encore. Le jardin de Papy Jean, c’est un jardin partagé.
On parle de partage, d’entraide, de vivre en communauté dans Le jardin partagé de Sandrine-Marie Simon et Philippe Gaufreteau sorti chez Pour Penser. Il viendra un moment où Papy Jean ne pourra plus travailler la terre, mais il laissera bien plus qu’un jardin…
Un album plein de tendresse pour se rappeler l’importance de vivre ensemble, de la solidarité.

LE GRAND LIVRE DE JARDINAGEEt si maintenant on passait aux travaux pratiques ? Caroline Pellissier, Virginie Aladjidi et Élisa Géhin proposent aux enfants de se mettre au jardinage dans un grand livre coloré. Saison après saison, on va semer des salades, manger des fleurs ou encore buter des pommes de terre (au printemps), semer des haricots verts, planter des fraisiers ou observer le jardin la nuit (l’été), ramasser les feuilles d’automne, récolter les pommes de terre et réaliser son propre compost (en automne) et aider les oiseaux, faire pousser un noyau d’avocat ou fabriquer des décorations de Noël (en hiver). Les activités sont très diverses, toujours claires et bien présentées. C’est un livre très beau, très graphique de par sa maquette et ses illustrations. Allez, on s’y met ?
Un livre sur le jardinage beau à regarder et qui donne plein de bonnes idées.
Le même vu par Les livres d’Oscar et par La soupe de l’espace.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Ghislaine Roman (La poupée de Ting-Ting et Contes d’un roi pas si sage), de Caroline Pellissier (Ma première crèche et Cendrillon, Le petit chaperon rouge, Les trois petits cochons et Blanche Neige), de Virginie Aladjidi (Ma première crèche, Une si belle ententeChut c’est une surprise ! et Cendrillon, Le petit chaperon rouge, Les trois petits cochons et Blanche Neige) et d’Élisa Géhin (Le doudou-qui-parle).

Ouf !
Texte de Ghislaine Roman, illustré par Tom Schamp
Milan
13,90 €, 235×380 mm, 36 pages, imprimé en Roumanie, 2015.
Le jardin partagé
Texte de Sandrine-Marie Simon, illustré par Philippe Gaufreteau
Pour penser
7€, 200×200 mm, 24 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Le Grand livre de jardinage des enfants
Texte de Caroline Pellissier et Virginie Aladjidi, illustré par Élisa Géhin
Thierry Magnier
21,50€, 255×320 mm, 96 pages, imprimé au Portugal, 2015.

Gabriel

You Might Also Like

Si tu réfléchis…

Par 17 avril 2015 Livres Jeunesse

Des girafes et des hommesImaginez. Imaginez que tous les animaux de la Terre aient disparu, tous à part les girafes. Imaginez un monde peuplé de girafes. Sa grande taille ne lui permettrait plus de voir les autres animaux, ses oreilles de les entendre… elles seraient seules. Quelle tristesse. Imaginez maintenant un monde sans hommes et femmes à la peau blanche, à la peau noire, à la peau jaune… Que des hommes gris, uniquement des gris. Plus de gros ni de maigre, plus de grands ni de nains, que des gens identiques, avec la même voix, les mêmes vêtements, la même coiffure. Imaginez ce monde-là.
C’est une belle ode à la diversité que nous propose François David. Il rappelle, à travers ce conte philosophique, l’importance des différences, la tristesse que serait un monde sans nos singularités. J’avoue avoir été moins touché par les illustrations, mais tout ça n’est qu’une histoire de goût (et la littérature jeunesse, elle-même, serait tellement triste si toutes les illustrations se ressemblaient, non ?).
Un album à l’humour subtil pour nous rappeler l’importance d’être différents.
Le même vu par Enfantipages.

Les autresSur Terre, il y a des gens blancs, il y a aussi des gens noirs et des gens jaunes, il y a des corpulences diverses, des différences d’âges et même de richesse. Nous sommes tous différents et en même temps nous sommes les mêmes, fait de chair et d’os. Nous rêvons tous, nous espérons tous avoir une belle vie. L’amour nous donne à tous des ailes. Et nous avons besoin des autres.
Ici aussi, Orianne Lallemand rend hommage à la diversité. Elle rappelle, elle aussi, l’importance de ne pas être tous identiques, mais en même temps elle rappelle également que nous sommes tous faits de la même chose. Son texte est à la fois simple et poétique, parfaitement en adéquation avec les illustrations de Servane Havette.
Un album poétique et délicat pour se rappeler l’importance des autres.
Le même vu par Les lectures de Liyah.

Les Lunettes du bonheurQu’est-ce que le bonheur ? À la question posée par un adulte, l’enfant répond que c’est recevoir des cadeaux, quand il fait beau, quand il reçoit la visite de sa grand-mère, quand c’est les vacances ou son anniversaire. Mais alors, les jours où le temps est gris, où l’on ne voit pas sa grand-mère, les jours sans vacances et sans anniversaire, les jours sans cadeau… on ne peut pas être heureux ? Parfois, il suffit de voir la vie d’une certaine façon et le bonheur se trouve facilement.
Des lunettes pour voir le bonheur ? Vous l’aurez compris, ici il s’agit surtout d’ouvrir les yeux et de mieux regarder autour de soi. Le bonheur se trouve partout pour celui qui sait regarder. Et si vraiment il n’apparaît pas, avec les yeux fermés on peut l’imaginer !
Un texte plein de poésie et de philosophie pour se rappeler que le bonheur est en chacun de nous.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres ouvrages de François David (La planète Avril, Charlie, L’homme, Un rêve sans fin, Georges Brassens, à la lèvre un doux chantVole vole vole, et Les bêtes curieuses) d’Orianne Lallemand (Au secours ! Un fantôme, Let’s go to school with Jenny and Jack !Let’s play with colours with Jenny and Jack !, La Princesse Optipois, Le loup qui changeait de couleurLe loup qui fêtait son anniversaire, Sur les remparts de Saint-MaloLe loup qui n’aimait pas NoëlLes chaussettes de GaspardAu secours ! Un ogre gloutonP’tit loup rentre à l’écoleAu secours ! Une sorcière au nez crochuAu secours ! Un loup tout poilu et Pestouille et Jolicoeur). Retrouvez également notre interview de François David.

Des girafes et des hommes
Texte de François David, illustré par Lisa Nanni
Océan Éditions dans la collection Océan Jeunesse
15 €, 205×230 mm, 36 pages, imprimé en Espagne, 2015.
Les autres
Texte d’Orianne Lallemand, illustré par Servane Havette
Éditions du Jasmin
12,50 €, 220×220 mm, 32 pages, imprimé en France, 2015.
Les lunettes du bonheur
Texte de Denitza Mineva
Éditions du Jasmin dans la collection La cabane sur le chien
12,90 €, 220×200 mm, 32 pages, imprimé en France, 2014.

À part ça ?

Un super blog découvert grâce à Fille d’album, Mi-Kids, Mi-raisins : http://mikidsmiraisin.tumblr.com.

Gabriel

You Might Also Like

Une guerre entre cochons et un rat très énervé !

Par 29 juin 2012 Livres Jeunesse

Lorsque je vous avais parlé de La petite oie qui ne voulait pas marcher au pas et de La grève des moutons de Jean-François Dumont (ici), je vous avais dit que je vous parlerai des deux autres de la même série…

D’un côté Rosalie et sa famille, les Rose, une famille de cochons bien comme il faut, propre sur elle et qui ne mange pas n’importe quoi. De l’autre côté, Bruno et sa famille, les Brun. Des cochons qui ne trainent pas dans la boue et ne mangent pas à longueur de journée. Jamais on n’a vu un Rose et un Brun jouer ensemble. Ils ne sont pas du même monde ! Pourtant Rose s’ennuie seule sans camarade avec qui jouer… Et Bruno pareil ! Un jour ils se croisent… Et si enfin les Rose et les Brun se réconciliaient ?

Roméo et Juliette version cochons ! J’aime vraiment l’humour de Jean-François Dumont, tant dans le texte que dans les illustrations. Ici donc deux familles qui se détestent et vont se rabibocher grâce aux enfants. Les petits, eux, ne comprennent pas les guerres entre les grands, pourquoi rester fâchés ? On parle ici de différence (est-ce parce qu’ils ne sont pas de la même couleur que les Rose et les Brun ne s’entendent pas ? ou parce qu’ils n’ont pas la même vie ?) mais aussi de tolérance et des préjugés. On parle surtout d’amour et d’apprendre à vivre ensemble.

Ah non ça va pas ! ça va pas, ça va pas, ça va pas ! Edgar est furieux ! De très mauvaise humeur ! Il y a un lombric qui le poursuit et ça, ça le met en rogne, pire que ça, dans une colère noire ! Déjà qu’il n’aime pas la compagnie des autres, alors un lombric… pensez donc ! D’habitude, à la ferme, tout le monde l’évite mais là c’est encore pire. Pourtant il aurait bien besoin des autres Edgar pour se débarrasser de ce suiveur !

Encore un album très drôle (la chute est mémorable). Cette série avec des personnages communs aux quatre histoires est décidément une réussite, il faut se procurer toute la collection ! Ici on parle donc de la mauvaise humeur, des jours où rien ne va. Le personnage du rat râleur qui n’aime personne est particulièrement comique, très bien trouvé.  C’est le genre d’histoire à suspense qu’on adore « jouer » quand on la raconte aux enfants, pour leur plus grand plaisir ! On attend la chute avec impatience et en attendant… on se marre bien !

Copains comme cochons
de Jean-François Dumont
Père Castor dans la collection Les plus belles histoires d’aujourd’hui.
5,30€, 32 pages, imprimé en France.
Gare à Edgar
de Jean-François Dumont
Père Castor dans la collection Les plus belles histoires d’aujourd’hui.
5,30€, 32 pages, imprimé en France.

A part ça ?

A partir de la semaine prochaine La mare aux mots se met en mode vacances. Nous resterons présent tout l’été mais nos chroniques seront généralement plus courtes (un seul livre chroniqué) et la rubrique Les invités du mercredi disparaîtra pour revenir en septembre. À la place vous trouverez des sortes de fiches métiers. Nous avons interrogé des auteurs, illustrateurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires, traducteurs, attachés de presse et blogueurs pour vous faire découvrir leur vision de leur métier. Chaque mercredi vous retrouverez donc un métier mis à l’honneur avec de beaux invités. Bel été à vous… sur La mare aux mots !

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange