La mare aux mots
Parcourir le tag

Xu Hua Ling

Bientôt Noël !

Par 27 novembre 2014 Livres Jeunesse, Loisirs Créatifs et Cahiers d'activités

Noël approche, et si l’on commençait à préparer les calendriers de l’avent et la crèche ?

Ma Première CrècheDans Ma première crèche, on va trouver les personnages de la crèche en carton épais et un petit livre pour nous raconter La belle histoire de Noël (c’est le titre du livre).
Les illustrations très graphiques de Delphine Chedru modernisent le thème de la crèche et les personnages de carton à insérer dans le socle plaisent particulièrement aux enfants. Toutefois si, comme moi, vous n’êtes pas très religion (remarque qui peut sembler un peu idiote, car généralement si l’on n’est pas croyant on n’achète pas de crèche, je sais) vous allez à voir du mal avec le texte de l’ouvrage qui parle beaucoup de Dieu, à quasiment chaque page… Mais si vous êtes croyant cela ne devrait pas vous déranger !

Ma creche de NoelDans Ma crèche de Noël de Hualing Xu on parle moins de Dieu, le livre peut très bien être lu comme une belle histoire pour enfants. Ici, l‘ouvrage est entièrement cartonné et il est accompagné de petits personnages en carton et de socles à détacher et assembler. On pourra ainsi placer les rois mages, Marie, Joseph et Jésus devant le livre ouvert à la page finale. Les illustrations de Hualing Xu sont, comme toujours, belles et lumineuses.
Un livre pour découvrir l’histoire de la crèche comme une belle histoire à lire aux enfants.

Bientôt Noël !Qui dit approche de Noël, dit calendrier de l’Avent. Calendrier de l’Avent, Bientôt Noël ! 25 activités pour préparer le plus beau des Noëls nous propose une activité par jour. Origami, cuisine, décoration… ici, on va fabriquer et cuisiner. Des cartes pop-up, des boules de Noël, des pochettes cadeau, une maison en pain d’épice, des étoiles en chocolat… on ne va pas s’ennuyer en attendant le 25 décembre ! En fin d’ouvrage, on retrouve des tas de formes prédécoupées qui sont nécessaires pour réaliser les activités !
Un super livre d’activité spécial Noël.

DEUZ_CALENDRIER AVENT_ACCORDEONUn petit calendrier de l’Avent sorti chez Deuz. Ici, on gratte ! Sous les pastilles numérotées, on découvre des personnages ou encore des animaux. L’illustration au graphisme moderne devrait autant plaire aux enfants que le fait de gratter pour découvrir. Seul petit bémol, le « grattage » n’est pas évident, il faut y aller vraiment avec la tranche de l’ongle ou avec un objet avec une tranche pointue. Dommage, car l’objet est beau et original.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des crèches (La crèche en carton) et des calendriers de l’Avent (En attendant NoëlBalthazar prépare Noël et Calendrier de l’Avent à colorier).

Ma première crèche
Texte de Caroline Pellissier et Virginie Aladjidi, illustré par Delphine Chedru
Nathan
14,90 €, 254×155 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2014.
Ma crèche de Noël
Auteur non crédité, illustré par Hualing Xu
Hatier
9,95 €, 260×230 mm, 8 pages, imprimé en Chine, 2014.
Calendrier de l’Avent, Bientôt Noël ! 25 activités pour préparer le plus beau des Noëls
Textes de Gina Carpenter (traducteur non crédité), illustré par Tom Connell
Gallimard Jeunesse
14,90 €, 279×270 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2014.
Calendrier de l’Avent
Illustrateur non crédité
Deuz
12 € (prix moyen constaté), 145×210 mm, 5 pages, imprimé en Espagne, 2014.

Gabriel

You Might Also Like

Les invités du mercredi : Xu Hualing et Cécile Hudrisier (+ concours)

Par 11 décembre 2013 Les invités du mercredi

Aujourd’hui c’est une illustratrice, Xu Hualing, que nous avons interviewée. Principalement éditée au Buveur d’encre (mais aussi deux livres sortis chez Oskar, que nous avons chroniqués, et des objets chez La marelle). À la suite de cette interview, vous pourrez tenter de gagner son dernier album Les perles de Jade grâce aux éditions Le buveur d’encre justement. Ensuite nous partirons en vacances avec Cécile Hudrisier ! Un beau mercredi encore, non ?


L’interview du mercredi : Xu Hualing

PhotoLing
Quel a été votre parcours ?

En Chine, j’ai passé 4 ans dans l’atelier de peinture à l’huile de l’école des beaux-arts à Wuhan, j’ai poursuivi mes études en France aux beaux-arts de Brest puis de Bourges. Puis, pour vivre et continuer à créer, j’ai eu plusieurs métiers sans lien avec mes aspirations. J’ai réalisé que vivre du métier qu’on aime est un grand bonheur, c’est pourquoi j’ai fait le choix il y a 4 ans maintenant de me consacrer pleinement au métier d’illustratrice.

Quelles techniques utilisez-vous ?
J’ai étudié la peinture à l’huile depuis longtemps, mais bizarrement j’ai démarré dans l’illustration à la peinture numérique. J’ai réalisé 4 livres et différents projets à la tablette graphique. Je suis heureuse que mon 5e album qui vient de sortir, Les perles de Jade, soit réalisé à la peinture à l’huile, c’est un vrai plaisir.

Parlez-moi un peu justement de cet album, Les perles de Jade.
L'étoile de Grand'Pa Les Perles de Jade est un livre sur le pouvoir de l’image, la culpabilité, la transmission, l’héritage, le non-dit et le pardon… un très joli texte sensible écrit par Gaëlle Callac.
Quand j’ai lu le texte j’ai tout de suite été attirée par cette ambiance d’été, l’odeur de la campagne, la vielle maison de la grand-mère… ça m’a donné beaucoup de possibilités pour les images, c’était très intéressant de me plonger dedans.  Peindre à l’huile m’a permis d’être au plus proche de ma sensibilité.

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescente ?
Quand j’étais petite, il n’y avait pas encore beaucoup de livres pour les enfants en Chine, mais il y avait deux livres qui m’ont énormément marquée : Fifi Brindacier et les histoires de The Moomins. Je crois que les univers de ces deux livres m’influencent encore jusqu’à maintenant. À mon adolescence j’ai beaucoup lu les grands classiques chinois (Le rêve dans le pavillon rouge, Au bord de l’eau…) et occidentaux (Balzac, Alexandre Dumas, Dostoïevski…)Mia des nuages.

Quels livres aimez-vous lire à votre fils ?
J’aime lire à mon fils les histoires du Roi des Singes (une série que j’ai trouvé en Chine), les histoires de Barbapapa, les albums de Tomi Ungerer et Kitty Crowther…  Il faut dire que ce sont aussi des livres que mon fils aime bien que je lui lise.

Quels sont vos projets ?
Ma priorité pour l’instant est de me replonger dans des recherches personnelles, faire des séries de peintures en vue d’expositions futures.

Retrouvez une autre interview de Xu Hualing à propos de son dernier album, Les perles de Jade (vous vous pourrez gagner ci dessous) sur le blog du Buveur d’encre.

Bibliographie :

Retrouvez Xu Hualing sur son site : http://www.xuhualing.com.

Les perles de Jade
Comme je vous le disais avant l’interview, je vais faire un chanceux parmi vous ! En effet, grâce au Buveur d’encre l’un de vous va pouvoir gagner un exemplaire de Les perles de Jade. Pour participer au tirage au sort, racontez-nous en commentaire une bêtise que vous avez faite enfant (dans cet album la petite fille s’empare d’un collier de perle de sa grand-mère et le fait tomber dans une mare), si vous n’en avez pas fait (menteurs !) dîtes-nous juste que vous souhaitez participer au concours. Vous avez jusqu’à mardi 10 h ! Bonne chance à tous.


En vacances avec… Cécile Hudrisier

Régulièrement, je pars en vacances avec un artiste (je sais vous m’enviez). Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais moi j’adore partir comme ça avec quelqu’un, on apprend à le connaître notamment par rapport à ses goûts… cet artiste va donc profiter de ce voyage pour me faire découvrir des choses. On emporte ce qu’il veut me faire découvrir. On ne se charge pas trop… 5 de chaque ! 5 albums jeunesse, 5 romans, 5 DVD, 5 CD, sur la route on parlera aussi de 5 artistes qu’il veut me présenter et c’est lui qui choisit où l’on va… 5 destinations de son choix. Cette fois-ci c’est Cécile Hudrisier qui s’y colle, merci à elle !
Allez en route !

5 albums jeunesse :Le tour du monde de Mouk de Marc Boutavant

  • Ma maison de Delphine Durand
  • This is not my hat de Jon Klassen
  • Le tour du monde de Mouk de Marc Boutavant
  • Plus Tard de Gaëtan Dorémus
  • The melancholy death of Oyster boy de Tim Burton

5 romans :
Ah… comment dire ?… Je ne lis pas, moi. je regarde juste les images. Le seul roman que j’ai lu dernièrement, c’est Un de Baumugnes de Jean Giono, et j’ai adoré…. je devrais peut-être m’y mettre ? mais pas pendant les vacances.

5 DVD :Minuscule
Je ne prends que des séries, j’adore les séries !

  • l’intégrale de Breaking Bad, la meilleure série de tous les temps
  • la série Kaamelott d’Alexandre Astier
  • la première saison de Hit and Miss
  • Top of the lake de Jane Campion
  • Minuscule, la série d’animation sur les insectes
  • oh et puis, on rajoute quelques épisodes de New girl, ça se mange sans faim.

5 CD :

  • Emiliana Torrini Love in the time of scienceEmiliana Torrini Love in the time of science
  • Amy Winehouse Back to Black
  • Agnès Obel Philharmonic’s
  • Sébastien Tellier Sexuality
  • tout Nina Simone
  • et puis un titre de Beyoncé, quand même… si on veut faire du booty-shake, en vacances, c’est bien.

5 artistes :
On les invite à partir avec nous ? j’ai le droit de prendre que des copains illustrateurs ? ben, ouais, ça me rassure et comme ça, on est sûr de rigoler :Claire Garralon

  • Maria Jalibert
  • Cécile Bonbon
  • Philippe Jalbert
  • Claire Garralon
  • Christine Roussey

5 lieux :

  • ma terrasse, plutôt sympa (chuis une grande aventurière)
  • les champs de lave de Lanzarote, aux Canaries (si, en fait, j’aime bien l’aventure aussi)
  • le quartier de Brick Lane à Londres
  • le Barranco de Masca à Tenerife (aux Canaries, encore…)
  • le quartier de Haight Ashbury à San Francisco

Cécile HudrisierCécile Hudrisier est auteur et illustratrice.

Bibliographie sélective :

  • Le gâteau de Ouistiti, illustration d’un texte de Cécile Bergame, Didier Jeunesse (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Comptines pour compter, illustration de textes d’un collectif, Didier Jeunesse (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Comptines pour chanter les couleurs, illustration de textes d’un collectif, Didier Jeunesse (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • La petite poule rousse, illustration de Pierre Delye, Didier Jeunesse (2007), que nous avons chroniqué ici.
  • Il était une fois… Contes en haïku, illustration d’Agnès Domergue, Éditions Thierry Magnier
    (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Mais il est où ce gros matou ?, illustration de Pierre Delye, Didier Jeunesse (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • P’tit biscuit ou L’histoire du bonhomme de pain d’épices qui ne voulut pas finir en miette, texte et illustrations, Didier Jeunesse (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Comptines pour chanter en anglais, illustration de textes d’un collectif, Didier Jeunesse (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Le fil rouge, illustration de Géraldine Collet, Philomèle (2011), que nous avons chroniqué ici.
  • Chansons pour fêter Noël, illustration de textes d’un collectif, Didier Jeunesse (2011), que nous avons chroniqué ici.
  • Comptines pour chanter la ferme, illustration de textes d’un collectif, Didier Jeunesse (2011), que nous avons chroniqué ici.
  • La moufle, illustration d’un texte de Florence Desnouveaux, Didier Jeunesse (2009), que nous avons chroniqué ici.
  • Les plus belles chansons anglaises et américaines, illustration de textes d’un collectif, Didier Jeunesse (2007), que nous avons chroniqué ici.
  • La grosse faim de P’tit Bonhomme, illustration de Pierre Delye, Didier Jeunesse (2005), que nous avons chroniqué ici.

Retrouvez Cécile Hudrisier sur son site : http://leschosettes.canalblog.com.

You Might Also Like

Petits romans pour petits lecteurs

Par 14 novembre 2013 Livres Jeunesse

Voici une sélection de romans pour les jeunes lecteurs ou pour ceux qui aiment les romans courts.

Emilie se maquilleÉmilie tente de se maquiller mais c’est une catastrophe ! Son frère Stéphane passe par là et propose de l’aider… seulement c’est encore pire ! Émilie est furieuse du résultat. Et si ce maquillage raté se transformait en quelque chose de réussi ?

Emilie Les empreintes mystérieusesÉmilie, Sidonie et Guillaume se promènent et aperçoivent des traces de pas, tout de suite ils reconnaissent les traces d’Arthur, le hérisson. Seulement un peu plus loin il y a des traces terrifiantes comme si elles étaient celles d’un dragon et comme par hasard Élise a disparue ! Vite il faut suivre les traces de pas !

Emilie Le papillon de l'écoleAlors qu’Émilie, Sidonie et Léa vont se laver les mains après avoir fait de la peinture, un papillon entre dans l’école et tourne autour d’elles. Les petites filles essayent de le faire sortir, s’amusent énormément à tenter de l’attraper seulement celui-ci ne se laisse pas prendre et chaque tentative ratée laisse des traces de peinture sur les murs.

Emilie Le ballon jauneÉmilie court avec son nouveau ballon jaune, elle est heureuse. Son ballon ressemble à un soleil. Elle croise Sidonie qui a le même qu’elle et a d’ailleurs fait la même comparaison. Puis c’est au tour de Nicolas d’arriver avec le sien, pour lui son ballon jaune c’est un dragon. Et si on dessinait dessus pour ne pas les confondre ? Seulement il ne faut pas appuyer trop fort !

Vous connaissez certainement Émilie et si vous suivez le blog vous savez que je suis fan de ce petit personnage. Après le dessin animé tiré des livres, voici les livres tirés du dessin animé ! On oublie donc la petite fille croquée par Domitille de Pressensé car c’est ici une captation des images en 3D. Bonne idée ou pas, je vous laisse avoir votre propre avis ! En tout cas, ces quatre petits romans pour jeunes lecteurs (dès le CP) qui viennent de sortir proposent de jolies histoires dans lesquelles on retrouve bien l’esprit de la série d’origine. À la fin de ces ouvrages, des petits jeux sont proposés. Faire ses premiers pas de lecteur autonome avec Émilie, c’est plutôt sympa, non ?

Prune et l'argent de pocheVous connaissez Prune ? On vous a déjà parlé de ce personnage piquant, ce coup-ci elle a besoin d’argent ! Elle veut offrir un cadeau à son copain Barnabé mais quand on n’a même pas d’argent de poche ce n’est pas facile ! Prune va donc devoir faire preuve d’ingéniosité pour trouver l’argent nécessaire… et les idées, Prune, c’est pas ce qu’il lui manque !

Je suis vraiment fan de ce personnage de Séverine Vidal et chaque fois qu’une de ses aventures sort je suis ravi de la retrouver. Prune piquante à souhait, le genre de petite fille qui a un caractère affirmé et des idées bien à elle. Ici on est entre le roman jeune lecteur et l’album (un peu comme un roman graphique pour les plus jeunes) et c’est toujours aussi réussi ! C’est le cinquième volume des aventures de Prune et on en veut plein d’autres !

Ce que tu cherches tu trouverasIl fait peur le quartier des platanes. Fatou et Yan sont intrigués, que peut-il y avoir dans cet endroit abandonné caché par une palissade. Parfois de leurs fenêtres, à la tombée du jour, ils aperçoivent des formes étranges qui s’y promènent. Un jour où leur ballon passe par-dessus la palissade ils décident d’aller voir… pas rassurés !

Ce que tu cherches tu trouveras c’est le message que trouve Fatou dans un biscuit chinois et c’est le nom de ce joli roman pour jeunes lecteurs signé Charlotte Bousquet et illustré par Fabien Fernandez. Ici il est question de peur (et de la surmonter), des a priori, d’amitié, d’amour. Fatou et Yan ne retrouveront peut-être pas le ballon… mais ils trouveront quelque chose, c’est certain !

Mia des nuagesMia est du genre gourmande, son plaisir c’est ses tartines au beurre de cacahuète. La jeune fille a aussi une passion, la danse. Seulement quand son professeur de danse se casse la jambe, elle est remplacée par mademoiselle Sèchepince qui va faire comprendre (pas très subtilement) à Mia qu’il faut qu’elle maigrisse. Mia va donc arrêter le beurre de cacahuète et le reste… jusqu’à devenir légère… légère… au point de s’envoler, c’est le début d’une grande aventure.

Mia des nuages est aussi une sorte de conte, très particulier. L’histoire commence par être très « réelle » avec le diktat de la minceur, l’anorexie puis l’auteur nous emmène dans un récit fantastique où Mia vole, parcourt le monde et devient tour à tour esclave, attraction. C’est une très belle histoire, complètement originale sur la différence, l’entraide et l’amitié magnifiquement mise en image par Xu Hualing .

L'invitation faite au loupParce qu’il en a assez de se faire courser par le loup un cochon lui propose un marché : s’il arrive à passer une épreuve qu’il lui a concocté, le loup aura le droit de le manger. Dans le cas contraire il le laisse définitivement tranquille ! Gonflé non ? Le loup qui n’a jamais réussi à rattraper ce cochon très rapide est forcément tenté ! Le rendez-vous est pris, ça sera à la ferme. Autant vous dire que les animaux ne sont pas ravis d’apprendre que le loup va leur rendre visite… Le loup réussira-t-il cette épreuve ?

Beaucoup d’humour dans ce petit roman de Christian Oster illustré par Anaïs Vaugelade. L’auteur joue avec les mots, on essaye de deviner en même temps que le loup les réponses aux énigmes. C’est le genre de texte qu’on se régale de lire à voix haute (les Mouche sont normalement pour des enfants qui savent déjà lire mais, personnellement, j’adore les lire à ma fille de cinq ans et elle a adoré cette histoire). L’invitation faite au loup est un conte très original, plein d’humour et de suspense.

Le violon d'AbigailAbigail ne parle plus depuis le décès de sa mère il y a deux ans. Ce n’est pas avec plaisir qu’elle déménage avec son père, quittant Nantes pour le sud de la France. De son nouvel appartement, souvent Abigail entend une plainte sans savoir ce que c’est, ni d’où ça vient. La jeune fille aime se réfugier dans la petite cour de l’immeuble, un petit patio avec un puits. Un jour elle y rencontre un homme bien étrange…

Le violon d’Abigail a été une belle surprise, j’ai été emporté par cette histoire de jeune fille, entre rêves et réalité. Une sorte de conte pour jeunes lecteurs. Je parle aussi de belle surprise car comme beaucoup j’ai parfois des a priori idiots sur l’auto édition (mais je ne leur ferme pas ma porte). Et là en plus d’une belle histoire écrite avec  une très belle plume, l’objet est beau avec son papier épais et sa couverture à rabats et les illustrations à la peinture de l’auteur (et éditrice donc) sont vraiment réussies. Elles accompagnent parfaitement ce texte doux et poétique. Un très joli roman.
Vous découvrirez les illustrations dans la bande annonce du livre.

Le plus joli des rêvesIl était une fois un rêve… pas un rêve comme il en existe beaucoup, celui-là était le plus joli des rêves qu’on puisse imaginer. Mougueule, l’homme le plus puissant du pays, voulait absolument ce rêve, il avait déjà tout, il ne lui manquait que ça ! Mais comment attraper un rêve… il chargea le pauvre Grand Gaston de s’en occuper.

Le plus joli des rêves est une magnifique histoire signée Nathalie Brisac. Un conte extrêmement poétique, plein de douceur et d’humour. On a beau avoir le pouvoir, on ne peut pas tout avoir et parfois c’est ceux qui en ont le moins qui peuvent s’emparer des choses les plus précieuses. Une belle histoire pleine de sens qui va ravir les jeunes rêveurs.
Le même vu par Délivrer des livres, Parfums de livres, Qu’importe le flacon, Enfantipages, Les lectures de Kik, Sous le feuillage et Les lectures de Liyah.

Les mots perdusAntonin, un garçon d’une dizaine d’années, est en vacances en Bretagne avec la compagne de son père. Il rencontre Rose, qui travaille sur les marchés pour aider ses parents. Celle-ci lui présentera son ami Jakez, amoureux d’une jeune africaine rencontrée sur internet qui n’a pas pu avoir de visa pour venir le voir. Ensemble ils vont essayer de percer le secret de la maison de la morte aux bijoux, une maison isolée qui se trouve sur une île qu’on peut rejoindre à marée basse.

Les mots perdus est un très beau roman qui nous emmène là où on ne l’attend pas. Au départ, trois enfants qui partent à l’aventure, dans une maison qu’on dit hantée. On sent qu’ils ont envie de grands frissons, de découvrir des trésors. En fait ils vont trouver tout autre chose. Même si j’ai trouvé parfois qu’il y avait un souci entre l’âge donné des héros (ils entrent en sixième) et ce qu’ils vivent (travailler sur un marché, inviter quelqu’un qu’on connait d’internet et qui vit dans un pays lointain chez soi pour les vacances, leurs parents les laissent aller sur une île sachant que si la marée monte ils y seront coincés pour la nuit,…). Malgré cette petite interrogation donc, Yves Pinguilly a écrit un très beau roman qui parle de la mémoire, des frontières, de l’amitié.

Charly Tempête On déménageLe très bricoleur Charly Tempête (et oui c’est son nom), 9 ans, déménage ! Alors ce n’est pas de gaité de cœur, on ne quitte pas comme ça une maison pleine de charme avec un magnifique jardin pour une maison caca d’oie avec un jardin tout petit et sans arbres ! Mais il le fallait, son papi vieillit et est très seul depuis que sa femme est morte. La mère de Charly, qui aimait tant son « Céleste refuge » (comme elle appelait sa maison), déprime. Elle qui chantait tout le temps (même quand elle faisait brûler le dîner), n’est plus la même. Heureusement le père de Charly a une idée, et si on organisait une fête ? On invite les voisins et pourquoi pas des amis d’enfance de maman (c’est l’avantage d’être revenu près de là où elle a grandit) ? L’organisation ne sera pas de tout repos…

Charly Tempête Drôle de rentréeÇa y est, Charly est bien installé dans sa nouvelle maison, mais maintenant c’est l’heure de la rentrée… Charly redoute ce moment car on lui a dit que son institutrice était terrible ! Le jour J rien ne se passe comme prévu ! Son nouveau copain Djawad n’est pas au rendez-vous. Ensuite c’est le portail de l’école qui ne s’ouvre pas (heureusement que Charly est ingénieux et invente un cascourte-échelle ( un casque combiné avec un double décimètre en fer qui permet de faire grimper les autres sur sa tête pour passer par-dessus le portail. Enfin la fameuse institutrice n’est pas là, mais ça c’est pas forcément une mauvaise nouvelle… quoique…

Charly Tempête est une toute nouvelle série sortie chez Casterman. Les deux premiers tomes laissent présager une très bonne série. Annelise Heurtier signe un texte plein d’humour et en même temps qui parle d’aujourd’hui (déménagement, personnes âgées, manque de moyens dans l’éducation nationale…). Elle fait passer des petites choses sans que ça soit lourd. On rit beaucoup aux aventures du jeune garçon et surtout à ses inventions. Les illustrations de Clotka accentuent ce côté moderne. Deux romans plein d’humour encrés dans la réalité actuelle qui devraient séduire les jeunes lecteurs d’aujourd’hui.
Des extraits ici.
Les mêmes vus par Enfantipages.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des Émilie (Émilie en route pour l’école, Émilie et le pique nique, L’alphabet, Les chiffres, Émilie au marché, Émilie et le bébé de neige, Émilie fait pipi au lit, Émilie et le doudou, Émilie et les poussin, La maison d’Émilie et les 16 premiers de la nouvelle série et les autres séries), des livres de Séverine Vidal (Une girafe un peu toquée, Bad Lino, L’œil du pigeon, Au pays des vents si chauds, Petit Minus, Le laboureur de nuages & autres petits métiers imaginaires, La grande collection, Mon papa est zarzouilleur, Clovis & le pain d’épices, Rien qu’une fois, Philo mène la danse, Plus jamais petite, Comment j’ai connu papa, Arsène veut grandir, Lâcher sa main, Rouge Bitume, Comme une plume, J’attends Mamy, Roulette Russe tome 1 Noël en juillet, Je n’irai pas, Léontine, princesse en salopette, Mamythologie, On n’a rien vu venir, Du fil à retordre, Prune, tome 1 : La grosse rumeurPrune, tome 2 : Le fils de la nouvelle fiancée de papa, Prune, tome 3 : Prune et la colo d’enfer, 5h22, Les petites marées et La meilleure nuit de tous les temps) , Kris di Giacomo (Tous les monstres ont peur du noir, Prune cherche son style, Prune et la colo d’enfer, Quand le loup a faim, Prune : la grosse rumeur, Prune : le fils de la nouvelle fiancée de papa), Charlotte Bousquet (Proie idéale, Rouge tagada et Précieuses, pas ridicules), Fabien Fernandez (Voyage polaire), Janine Teisson (L’ogre bouquiniste), Xu Hualing (L’étoile de Grand’Pa, Manon et la caverne aux brigands), Anaïs Vaugelade (Le poulet fermier et Mission impossible), Rascal (Le temps des ours), Yves Pinguilly (La couleur des yeux), Annelise Heurtier (Sweet Sixteen, Le carnet rouge et La fille aux cheveux d’encre) et Clotka (Les aventures de Tit’Oignon). Nous avons déjà interviewé Domitille de Pressensé, Séverine Vidal, Kris di Giacomo, Fabien Fernandez et Annelise Heurtier.

Émilie se maquille
d’après les personnages créés par Domitille de Pressensé (auteur non indiqué)
Casterman dans la collection Je commence à lire avec…
4,75€, 144×190 mm, 37 pages, imprimé en Chine, 2013.
Les empreintes mystérieuses
d’après les personnages créés par Domitille de Pressensé (auteur non indiqué)
Casterman dans la collection Je commence à lire avec…
4,75€, 144×190 mm, 37 pages, imprimé en Chine, 2013.
Le papillon de l’école
d’après les personnages créés par Domitille de Pressensé (auteur non indiqué)
Casterman dans la collection Je commence à lire avec…
4,75€, 144×190 mm, 37 pages, imprimé en Chine, 2013.
Le ballon jaune
d’après les personnages créés par Domitille de Pressensé (auteur non indiqué)
Casterman dans la collection Je commence à lire avec…
4,75€, 144×190 mm, 37 pages, imprimé en Chine, 2013.
Prune et l’argent de poche
Texte de Séverine Vidal, illustrations de  Kris Di Giacomo
Frimousse dans la série Prune
8,50€, 150×210 mm, 43 pages, imprimé en Lettonie, 2013.
Ce que tu cherches tu trouveras
Texte de Charlotte Bousquet, illustrations de Fabien Fernandez
Rageot dans la collection Petit roman
5,70€, 135×180 mm, 44 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Mia des nuages
Texte de Janine Teisson, illustré par Xu Hualing
Oskar éditeur
9,95€, 145×210 mm, 56 pages, imprimé en Europe, 2012.
L’invitation faite au loup
Texte de Christian Oster, illustré par Anaïs Vaugelade
École des loisirs dans la collection Mouche
7€, taille en mm, 48 pages, imprimé en France, 2013.
Le violon d’Abigail
de Nathalie Desperches-Boukhatem
Éditions de la Gâtine dans la collection Mes rêves
10€, 125×180 mm, 36 pages, imprimé en France, 2012.
Le plus joli des rêves
Texte de Nathalie Brisac, illustré par Rascal
École des loisirs dans la collection Mouche
7,50€, 125×190 mm, 56 pages, imprimé en France, 2013.
Les mots perdus
Texte d’Yves Pinguilly
Oskar dans la collection Court MÉ-trage
5€, 115×170 mm, 81 pages, imprimé en Europe, 2013.
On déménage !
Texte d’Annelise Heurtier, illustré par Clotka
Casterman dans la collection Charly tempête
6,95€, 195×135 mm, 80 pages, imprimé en Espagne, 2013.
Drôle de rentrée !
Texte d’Annelise Heurtier, illustré par Clotka
Casterman dans la collection Charly tempête
6,95€, 195×135 mm, 80 pages, imprimé en Espagne, 2013.

A part ça ?

Le guide de l'édition jeunesse 2014 Le guide de l’édition jeunesse 2014 est sorti ! Ce gros guide, qui existe depuis dix ans, est ultra complet ! Conseils aux auteurs et illustrateurs (conseils artistiques mais aussi juridiques, commerciaux…), annuaire des éditeurs, auteurs, sites internet, publications spécialisées… C’est une bible ! Autant pour les auteurs et illustrateurs qui y trouveront des tas de conseils qui leur serviront, que pour tous les passionnés et professionnels de la littérature jeunesse qui se serviront des annuaires. A la fin de l’ouvrage, on trouve même des petites annonces. Une bible on vous dit !
Plus d’info, l’acheter etc sur leur site.
A noter, si vous allez au salon de Montreuil (du 27 novembre au 2 décembre) vous pourrez le feuilleter sur le stand CRILJ / GRIFFON (stand n° G29).

Gabriel

You Might Also Like

Parler de la mort…

Par 31 octobre 2013 Livres Jeunesse

Comme régulièrement voici une petite sélection de livres sur la mort. Parce que c’est un sujet tellement délicat qu’on est toujours content de trouver des livres jeunesse qui parlent de ce moment difficile que vont connaître certains enfants.

J'ai laissé mon âme au ventUn grand-père s’adresse à son petit-fils. Il lui conseille de ne pas s’inquiéter pour le jardin, le voisin s’en occupera. Il lui dit que les nuages seront toujours là pour l’abriter du soleil, qu’il y aura encore des sourires, des gourmandises (et qu’il faudra croquer dedans), lui… il a laissé son âme au vent.

Je commence par un coup de cœur, le magnifique J’ai laissé mon âme au vent de Roxane Marie Galliez et d’Éric Puybaret, véritable merveille de poésie. Ici, on dit que la vie continue, qu’il FAUT qu’elle continue malgré la tristesse. Le grand-père dit à son petit-fils qu’il est toujours là, quelque part et qu’il ne faut pas l’oublier. Mais quand il pense à lui il faut que ce soit en pensant à ses facéties, qu’il ne soit pas triste. Le texte est extrêmement bien écrit et les grandes illustrations d’Éric Puybaret les accompagnent à merveille. C’est assez rare un texte dont le narrateur est déjà mort. C’est souvent une personne âgée qui parle de l’après, là on y est… J’ai rarement été aussi ému par un album, un petit bijou.
Écoutez un extrait du texte sur le site de l’auteur.
Le même vu par Sous le feuillage et Enfantipages.

L'étoile de Grand'Pa Petit Ours entend ses parents parler, il perçoit des mots « Grand’ Pa », « lui dire », « demain »… Il sait très bien de quoi ils parlent, demain il ira voir son grand-père comme chaque été. Le lendemain, il se lève tout heureux, il a hâte d’y être. Sur le chemin, il imagine déjà tout ce qu’ils vont faire ensemble, il se remémore l’année dernière, il a hâte de lui montrer ce qu’il arrive à faire maintenant et qu’il ne savait pas faire avant. Son père, lui, est triste, il veut dire quelque chose à Petit Ours, mais n’y arrive pas. Quand ils arrivent chez Grand’ Pa ils ne l’y trouvent pas et ‘Pa trouve enfin la force de parler à son fils…

C’est une histoire sur la difficulté d’annoncer la mort aux enfants que nous raconte Jean-Marie Robillard. Que c’est difficile d’annoncer à un enfant qui se réjouit de revoir son grand-père que plus jamais il ne le reverra, mais qu’il est là toujours, en lui. Petit Ours se souviendra que son grand-père lui a dit que lorsqu’un ours meurt, un aigle vient cueillir sa dernière étincelle de vie et l’emporte dans le ciel, c’est ce qui fait les étoiles. Petit Ours saura ainsi que son grand-père veille sur lui. Xu Hualing  a fait un très beau travail sur cet album et certaines illustrations sont absolument merveilleuses. Elles sont bien mises en valeur par la taille de l’album et couvrent parfois des doubles pages. Un bien bel album sur ceux qui ne sont plus là, mais veillent encore sur nous.
Plusieurs planches du livres sur le site de l’illustratrice.

une chanson pour l'oiseauIl n’était pas mort depuis longtemps quand les enfants ont trouvé cet oiseau. Il était encore tiède, mais très vite il est devenu raide et froid. Alors, très tristes, ils décidèrent de l’enterrer. Ils ont creusé un trou dans la terre pour lui, ont mis une pierre sur laquelle ils ont écrit “Ici repose un oiseau qui est mort” et ils sont retournés jouer.

La collection Cligne cligne, chez Didier Jeunesse, ressort des petits trésors anciens de la littérature jeunesse, comme ce Une chanson pour l’oiseau sorti en 1958 aux États-Unis (et jamais sorti en France). Avec beaucoup de justesse et de poésie, Margaret Wise Brown et Remy Charlip nous montrent  les réactions des enfants face à la mort. C’est toujours la vie qui reprend le dessus, la tristesse est vite oubliée pour retourner jouer. C’est un petit album au format à l’italienne dont les doubles pages textes alternent avec les doubles pages illustrations. Un magnifique ouvrage sur l’enfance et son rapport à la mort.
Des extraits sur le site de Didier Jeunesse.
Le même vu par Fantasia, Les lectures de Kik et Les lectures de Liyah.

Le tracteur aux dromadairesC’est en patois que lui parlait son grand-père. Raphaël était très proche de ce vieux monsieur qui adorait son tracteur et qui se désolait de la désertification de la campagne. Le vieil homme se souvenait d’un voyage dans le Sahara, il repensait aux gens qui y vivent. Un soir, il prit une décision, après sa mort il voulait que son tracteur soit envoyé là-bas, il se disait qu’il aurait beaucoup plus d’utilité pour ces gens. Bien sûr, on l’avait écouté comme on écoute parfois (malheureusement) les paroles des vieux, se disant que ce ne sont que des délires séniles. Son petit-fils, lui, l’avait vraiment entendu.

J’avais eu la chance de voir il y a quelques années Yannick Jaulin sur scène (malheureusement trop brièvement). Très célèbre dans la région nantaise, sa popularité gagne de plus en plus le reste de la France… et réputation n’est pas usurpée ! Yannick Jaulin est fabuleux à écouter. Ici, il s’agit de le lire (mais tout en lisant l’histoire je l’imaginais la racontant). Il nous conte donc l’histoire de ce vieil homme plus vraiment écouté (parce qu’il ne parle pas comme ses enfants, parce que ses passions semblent désuètes) et de l’amour de son petit-fils. Alors bien sûr le grand-père va partir (sinon le livre ne serait pas dans une chronique sur la mort) et le petit-fils va tout faire pour honorer la mémoire de celui qu’il a tant aimé. C’est une histoire entre la réalité et le conte, un pied dans le réel (il y a rarement de tracteurs dans les contes) et un autre dans l’imaginaire (un enfant qui part en tracteur jusque dans le Sahara sans qu’on se demande où il trouve l’essence ou comment il traverse la mer). Et même si je n’ai pas du tout été touché par les illustrations (mais c’est une affaire de goût), j’ai trouvé très belle cette histoire sur la transmission, le partage, la mort et les expériences dont on sort grandit.
Des extraits sur le site de Rêves bleus.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres de Jean-Marie Robillard (Le messager du clair de lune), Xu Hualing (Manon et la caverne aux brigands) et Margery Williams (Le lapin en peluche).
Retrouvez toutes nos chroniques sur les livres pour enfants parlant de la mort et du deuil sur notre fiche thématique et sur le forum (que vous pouvez compléter !).

J’ai laissé mon âme au vent
Texte de Roxane Marie Galliez, illustré par Éric Puybaret
De la Martinière Jeunesse
14,50€, 251×352 mm, 32 pages, imprimé en Belgique, 2013.
L’étoile de Grand-Pa
Texte de Jean-Marie Robillard, illustré par Xu Hualing
Le buveur d’encre
16€, 300×280 mm, 40 pages, imprimé en Italie, 2011.
Une chanson pour l’oiseau
Texte de Margaret Wise Brown, illustré par Remy Charlip
Didier Jeunesse dans la collection Cligne Cligne
11,90€, 150×210 mm, 42 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Le tracteur aux dromadaires
Texte de Yannick Jaulin, illustré par Marie-France Goyet
Rêves Bleus
15€, 240×320 mm, 36 pages, imprimé en Europe chez un imprimeur éco-responsable, 2013.


À part ça ?

Paroles au Paradis Lucernaire 2013Puisque dans cette rubrique je parlais de conteur (avec Yannick Jaulin)… en ce moment au Lucernaire (à Paris) dans le cadre du festival Paroles au Paradis, un festival de contes, de très bons conteurs sont programmés. Moi je suis allé voir Zouj de Pierre Delye et Halima Hamdane, c’était absolument magnifique. Il s’agit d’un spectacle pour adultes dans lequel les deux conteurs content chacun à leur tour ou ensemble, en comparant les histoires de « chez eux ». Ils sont vraiment extraordinaires, il faut absolument aller les voir, c’est jusqu’au 9 novembre. Plus d’informations ici et sur le site de Clair de lune.

Gabriel

You Might Also Like

Petits frissons pour jeunes lecteurs

Par 21 juin 2013 Livres Jeunesse

Une petite sélection de livres pour jeunes lecteurs sortis ou ressortis il y a peu avec des histoires qui font frémir !

Le tamanoir hantéLes habitants de la forêt de Forêveuse tremblent… des bruits terrifiants les empêchent de dormir chaque nuit depuis quelques temps. Les animaux se réunissent… il faut agir ! Ils sont tous là : Mésangélique, Pivert-de-rage, Sourigolote, Furétourdit, Hermine-de-rien, Hibouché, chacalcoolique… et ils vont tout faire pour trouver d’où viennent ces bruits (mais ils ont quand même un peu peur…).

Le tamanoir hanté est un petit roman très drôle d’Alice de Poncheville. Elle joue magnifiquement avec les mots et on sourit en découvrant Hibouché qui passe son temps à faire répéter, Corbeau-Parleur qui embobine les gens avec ses discours ou Blaireau-de-cologne qui ne sent pas la rose. Mais au-delà des jeux de mots c’est une histoire très drôle qu’elle nous raconte, drôle et pleine de suspense ! On a même envie d’une suite, de retrouver ces héros hilarants. Un petit roman qui plaira aux jeunes lecteurs qui aiment jouer avec les mots.

c'est dur d'être un vampireLou est un vampire… mais ça ne l’amuse pas ! Au grand désespoir de ses parents il déteste le sang. Lou aimerait aller à l’école, se faire des amis (autres que ses chauves-souris !). Un jour il découvre qu’il peut sortir au soleil, contrairement à ce qu’on lui avait dit et c’est le début d’une nouvelle vie !

A travers cette histoire de vampire c’est de la différence dont on nous parle, Lou aimerait juste être comme les autres. On parle aussi des parents qui surprotègent leurs enfants et les forcent à être ceux qu’eux veulent, des enfants qui rêvent de s’échapper. Un roman pour les jeunes lecteurs qui aiment les histoires un peu macabres (enfin ici c’est très léger !)

Betty le terreurA Wax city il n’y a plus aucun méchant, tous ont fui face au Sherif Harry Star qui fait régner l’ordre. Tous ? Non pas vraiment il en reste une, Betty, 7 ans qui découpe les robes de la couturière, met de la poudre à éternuer dans la bible du prêtre et manie comme personne le lance-pierre. Seulement voilà, Betty est la fille du Shérif… Mais un jour cette terreur que les habitants redoutent va leur être bien utile !

Un petit roman plein de pep’s et d’humour sur le genre de pestouille qu’on adore. Une Betty avec un vrai caractère qui va terroriser les méchants. Pour les tout jeunes lecteurs (des textes très courts et beaucoup d’illustrations)

Les bétises magiques de Lucie Caboche Lucie Caboche en est une autre de pestouille, et jamais avare de bêtises. Avec son ami Max, ils essayent des potions magiques et autres sortilèges sauf que chaque fois c’est la catastrophe. Lucie se retrouve transformée en bébé, son chien en cerbère ou la voilà qui déclame du Oldelouf en classe.

Beaucoup d’humour et d’énergie ici aussi avec les aventures de Lucie Caboche. Max et elle sont deux enfants comme on en connaît plein, qui tentent des trucs qui se transforment toujours en bêtises (sauf que là ce sont des sorciers, imaginez la cata !). Un petit recueil de trois histoires qui va beaucoup amuser les jeunes lecteurs !

Entrée, plat, dessert C’est la première fois que Martin, dix ans, et Louis, sept ans, restent seuls à la maison. Alors les parents ne vont pas loin, juste au resto en face, on pourra les voir de la fenêtre et ils ont leur téléphone. Et puis tout a été prévu, le repas est dans le réfrigérateur (des plats japonais comme ils aiment). Seulement voilà… finalement la terrasse n’est pas sortie et les parents doivent manger à l’intérieur, donc on ne les voit plus et dans le resto il n’y a pas de réseau… et quelqu’un frappe à la porte ! La soirée ne va pas être aussi tranquille que prévue !

Un joli roman sur une première soirée « seuls à la maison » ou forcément l’appartement ne semble plus être le même et le moindre imprévu devient quelque chose de terrifiant. Je dois admettre, par contre, que j’ai trouvé plusieurs choses « datées » pour un roman sorti en 2013 (y’a-t-il, par exemple, encore des enfants qui disent « les clous » pour parler des passages piétons ?), mais les enfants se reconnaîtront en Louis et Martin, entre deux âges, grands mais encore un peu enfants. Un roman plein de tendresse sur un monde qui devient différent quand on est seuls.

Manon et la caverne aux brigandsToute seule à la maison c’est aussi le cas de Manon, elle est malade et sa maman travaille. Il faut s’occuper alors la voilà qui fouille dans le tiroir secret de sa mère et tombe sur une photo… dans laquelle elle se trouve projetée. C’est le début d’une grande aventure où elle sera enlevée par des brigands et rencontrera une souris.

Un très joli petit roman sur l’imagination des enfants, les voyages qu’ils peuvent faire sans quitter leur chambre. On pense bien sûr à Alice aux pays des merveilles et autres histoires du même genre. Manon s’ennuie et rencontre des personnages terrifiants et d’autres rassurants, bien-sûr quand sa mère rentrera tout sera revenu à la normale… a-t-elle vraiment été enlevée ? A-t-elle rencontré une souris danseuse à l’opéra ? Le roman est très joliment illustré par Xu Hua Ling.

Ma mère est partoutAlors qu’il est en classe, Joseph entend un son étrange… d’où peut-il bien venir ? Il cherche et se rend compte que ça vient de son cartable ! Après l’avoir ouvert il doit se rendre à l’évidence… c’est sa mère qui est dans son cartable ! Comment a-t-elle fait pour se rendre aussi petite ? Et a-t-on vraiment envie d’avoir une mère qui nous suit partout ? Car oui ça ne fait que commencer…

Plein d’humour sur cette situation cauchemardesque, une mère capable de rapetisser (ou même de faire 5 mètres) pour vous suivre PARTOUT ! Les enfants qui ont une mère envahissante (et infantilisante) se reconnaîtront à coup sûr en Joseph et frissonneront à l’idée de vivre la même chose. Nathalie Kuperman, que je ne connaissais pas, à une très belle plume et les illustrations d’Aurélie Guillerey sont superbes ! Un roman plein d’humour sur les mères pot de colle.

Trois histoires pour frémir Un monstre (qu’on pensait être un ami déguisé), une poupée vivante et un chien bien étrange, trois histoires pour se faire peur !

Les livres précédents étaient plutôt bon enfant, Trois histoires pour frémir est un peu plus flippant ! On pense à la quatrième dimension ou à ce genre d’ambiance avec cette poupée qui se met à pleurer quand elle est seule avec une petite fille, ou avec ce chien apparu étrangement qui disparaît d’un coup. On imagine bien les raconter le soir au coin du feu en camp d’été pour faire peur au copain. Alors pas d’horreur, pas de sang mais juste des situations étranges… et bien inquiétantes !

Quelques pas de plus…
Retrouvez notre dernière chronique de livres pour jeunes lecteurs et bien d’autre avec le tag Code public grenouille.
Nous avons déjà chroniqué des livres d’Alice de Poncheville (Mon amérique), Aurélie Guillerey (Le mystère des graines à bébé), Brian Karas (La soupe surprise) et Yann Coridian (Mon idiot de beau-père).

Le tamanoir hanté
Texte d’Alice de Poncheville, illustré par Charles Castella
L’école des loisirs dans la collection Mouche
8,50€, 125×190 mm, 84 pages, imprimé en France, 2013.
C’est dur d’être un vampire
Texte de Pascale Wrzecz, illustré par Boiry
Bayard Poche dans la collection J’aime lire
5,20€, 135×185 mm, 48 pages, imprimé en France, 2013 (première édition 1994)
Betty la terreur
Texte de Yann Bernabot, illustré par Jérôme Anfré
Bayard Poche dans la collection Mes premiers J’aime lire
5,50€, 145×190 mm, 24 pages, imprimé en France, 2013.
Les bêtises magiques de Lucie Caboche
Texte d’Arnaud Alméras, illustré par Jacques Azam
Bayard Poche dans la collection Mes premiers J’aime lire
5,50€, 145×190 mm, 30 pages, imprimé en France, 2013 (première édition 2009)
Entrée, plat, dessert
Texte de Yann Coridian, illustré par Gabriel Gay
L’école des loisirs dans la collection Mouche
8€, 125×190 mm, 60 pages, imprimé en France, 2013.
Manon et la caverne aux brigands
Texte de Viviane Koenig et Annie Moser, illustré par Xu Hua Ling
Oskar éditeur
8,95€, 146×210 mm, 54 pages, imprimé en Europe, 2012.
Ma mère est partout
Texte de Nathalie Kuperman, illustré par Aurélie Guillerey
L’école des loisirs dans la collection Mouche
9€, 125×190 mm, 94 pages, imprimé en France, 2013.
Trois histoires pour frémir
Texte de Jane O’connor (traduit par Pascale Jusforges), illustré par Brian Karas
Folio cadet dans la collection Premières lectures.
5,50€, 142×190 mm, 46 pages, imprimé en France, 2013 (première édition 1992)

A part ça ?

J’ai découvert une super émission, 1001 Schnagalaf sur Radio Zinzine. Une femme et des enfants discutent littérature jeunesse. C’est pas super « pro » et c’est tant mieux, ça fait du bien d’entendre ces enfants qui n’ont pas leur langue dans leur poche et disent vraiment ce qu’ils pensent. Bref je suis fan ! Vous pouvez les écouter ici.

Gabriel

 

You Might Also Like

Secured By miniOrange