La mare aux mots
Parcourir le tag

Zombies

Deux mondes hostiles

Par 31 mai 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui on embarque vers deux mondes effrayants chacun à leur façon : le premier, celui de la téléréalité, est fait de mensonge et de manipulation, tandis que le second est peuplé de créatures maléfiques. Frissons garantis !

La plus belle de toutes
de Rachel Corenblit
Le Rouergue
12,90 €, 140×205 mm, 192 pages, lieu d’impression non indiqué, 2018.
Spill zone, tome 1
Scénario de Scott Westerfield (traducteur·trice non crédité·e), dessins d’Alex Puvilland
Rue de Sèvres
16 €, 188×255 mm, 211 pages, imprimé en France, 2018.

You Might Also Like

Qu’est-ce qu’on se marre !

Par 24 mars 2015 Livres Jeunesse

Ma famille normale contre les zombiesEn vacances en Bretagne où les mouettes contractent une maladie étrange, MadoLoup se retrouve acculée dans la maison de ses grands-parents devenus zombies, avec sa mère (surnommée « la petite personne » par ses enfants), son père (écrivain qui passe son temps à inventer des histoires qu’il décide de ne pas écrire), son frère ThéoPaïle (passionné par l’Apocalypse zombie), sa sœur Sarouchka (qui ne parle qu’en citations) et sa sœur Louve (5 ans, mais qui s’exprime comme une adulte), cherchant une solution pour échapper à l’attaque des morts-vivants et rentrer chez eux.
Alors, là, attention ! J’annonce : ce roman est un chef-d’œuvre. Je pense que je n’ai jamais autant ri en lisant un roman, jeunesse ou non. J’ai été bluffée par l’écriture de Vincent Villeminot, qui est drôle et subtile, et par son récit truffé de références littéraires, cinématographiques, télévisuelles, etc. La mise en page est également très chouette : uniquement en rouge et noir (« j’exilerai ma peur, j’irai plus haut que ces montagnes de douleur », Jeanne Mas, 1987), des illustrations partout, des gravures, des phrases manuscrites… Chapeau au graphiste, qui a dû y passer un temps fou, et à Yann Autret, qui dessine parfaitement bien les zombies à grandes oreilles !
J’aurais voulu ne jamais m’arrêter de lire ce texte. Heureusement, l’éditeur indique sur son site que c’est le tome 1 : sachant que ce tome est sorti en janvier 2015, quelles sont les chances pour que le tome 2 sorte demain ?…
Allez, une petite citation pour que vous faire sentir la portée de cet ouvrage : « Elle photographie des trucs sans intérêt (…) avec son polaroïd afin qu’on découvre qu’ils avaient en fait quelque intérêt. » C’est beau, non ? Plus sérieusement, que peut-on reprocher à un roman qui cite Sheila et La Cité de la peur ? Rien.
Des extraits sur le site de l’éditeur.
Le même vu par Sous le feuillage et Butiner de livre en livre.

NiakWahoo (oui, c’est le nom du héros), un jeune garçon d’une dizaine d’années, s’occupe de la ménagerie de son père, Mickey Cray, qui ne peut plus travailler depuis qu’un iguane gelé lui est tombé sur la tête. Mais dans cette ménagerie, pas de lapins, de poules ou de moutons, non, plutôt des serpents, des perroquets, des tortues et des alligators ! Bref, des animaux sauvages, que Wahoo et Mickey adorent et chouchoutent. Et c’est justement pour ça que la famille Cray est contactée par le programme de téléréalité « Expédition survie », une émission complètement truquée au cours de laquelle Derek Blair, vedette mégalo insupportable, doit survivre seul (mais entouré de caméras) dans une nature hostile (généralement reconstituée en studio), au milieu des animaux sauvages (mais apprivoisés, voire morts). Une émission qui n’est pas du tout du goût des Cray, mais quand on a des dettes à payer, on fait moins la fine bouche. Les voilà donc tous partis dans les Everglades, où le tournage ne se passe pas exactement comme prévu, surtout quand Derek Blair disparaît seul (vraiment seul cette fois) dans la forêt peuplée de vraies bêtes sauvages, après avoir été mordu par une chauve-souris qu’il tentait de manger crue et vivante.
C’est une satire bien sentie des trucages de la téléréalité que nous offre là Carl Hiaasen, et une bonne façon de faire comprendre aux préados qu’il ne faut pas croire tout ce qu’on voit à la télé ! On ne s’ennuie pas une seconde dans ce roman très bien écrit, qui traite de la famille, de l’écologie et de la société moderne, avec humour et subtilité. Sous ses airs de comédie railleuse, Niak aborde aussi des sujets sérieux comme l’alcoolisme et les parents violents. Ça n’est pas le sujet central de l’histoire, mais ça a le mérite de faire s’interroger Wahoo, et de fait le lecteur, sur la vie difficile de son amie Anguille.
En résumé, c’est fin, drôle et intelligent ! Foncez !
Le même vu par Chez Clarabel.

Le prince qui voulait rester propreVoilà un petit garçon dont tous les parents pourraient rêver ! En effet, ce petit prince déteste la saleté et n’aspire qu’à une chose : garder son bel habit tout propre. Un jour qu’il se balade sur son beau cheval, lui aussi tout propre, il croise une sorcière très très sale, qui fait du stop. Évidemment, il n’est pas question de s’arrêter, le prince risquerait de se salir. C’était sans compter sur les super pouvoirs de la sorcière qui, elle, est bien décidée à se frotter à ce petit garçon impeccable. Quand le prince découvre que cette sorcière l’emmène au Grand Congrès international des sorcières dégoûtantes, là, c’est vraiment la panique !
Un petit roman pour finir, parfait pour les enfants qui commencent à maîtriser la lecture ou qui n’aiment pas trop ça. C’est simple et rapide à lire, c’est marrant, c’est divertissant. Je suis sûre que les descriptions des sorcières plus dégoûtantes les unes que les autres, avec les illustrations qui vont bien, plairont beaucoup aux enfants !
Des extraits sur le site de l’illustrateur.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Yann Autret (Tour de magie de Toto) et de Christian Oster (Chevaliers et princesses avec gigot et L’invitation faite au loup).

Ma famille normale contre les zombies
Texte de Vincent Villeminot, illustré par Yann Autret
Nathan dans la collection Romans grand format.
14,90 €, 152×211 mm, 240 pages, imprimé en France, 2015.
Niak
Texte de Carl Hiaasen, traduit par Yves Sarda
Gallimard Jeunesse.
13,50 €, 140×205 mm, 294 pages, imprimé en France, 2013.
Le prince qui voulait rester propre
Texte de Christian Oster, illustré par Grégory Elbaz
l’école des loisirs dans la collection Mouche.
7,50 €, 125×190 mm, 56 pages, imprimé en France, 2015.

À part ça ?

La Fédération Française des Associations des Chiens guides d’aveugles a fait une super vidéo pour rappeler qu’il y a encore des endroits où les chiens guides d’aveugle, et de fait leurs maîtres, ne sont pas les bienvenus…

Marie

You Might Also Like

Poulpe, zombie et chien, de drôles d’animaux de compagnie

Par 9 octobre 2014 Livres Jeunesse

Entre chien et poulpeLa demande d’Edgar était pourtant simple, il voulait un chien ! Mais Edgar a eu un poulpe… Jarvis… Edgar n’est pas vraiment content avec ce poulpe, il ne fait rien comme un chien. Quand on lui dit « couché » il enfile un bonnet de nuit, prend son doudou et file au lit. Quand on lui demande de faire le mort, le voilà déguisé en momie ! Allez présenter ça à un concours canin ! Jarvis sent bien qu’Edgar ne l’aime pas, alors il part… Et là, forcément, le petit garçon…
Voilà un album plein d’humour et de tendresse, comme on les aime. On y parle d’accepter l’autre tel qu’il est (même si c’est un poulpe) et que chacun a des qualités, des avantages (même si c’est un poulpe !). C’est surtout une magnifique histoire d’amitié. Les illustrations sont bourrées de clins d’œil, de références, de détails plein d’humour. Certaines planches sont absolument magnifiques.
Coup de cœur pour cet album original et décalé.

Quandmon ami le zombie il était petit, il était souvent triste, il aimait se raconter des histoires, surtout des histoires de zombies… jusqu’au jour où il en rencontra un ! Alors forcément être ami avec un zombie c’est pas évident, ça croque un peu tout (vache, cochon, couvée) et ce qui est croqué devient zombie, mais on s’y fait petit à petit !
Encore plus décalé que le précédent, Mon ami le zombie signé Vincent Malone et Miré. On se marre franchement en voyant le mort vivant les bras traînants par terre et la gueule complètement ravagée en train d’errer à la recherche de quelque chose à croquer… ou l’on passe complètement à côté de cet humour déjanté. Personnellement, j’avoue être assez fan. Les animaux, devenus zombies, marchant sur deux pattes, le regard dans le vide et un trou de morsure sur le corps me font me gondoler. Au milieu de l’ouvrage, l’auteur nous propose un documentaire sur les zombies, pour mieux les connaître, avec des blagues et des devinettes. Hilarant également.
Un album très drôle sur les amis zombies.

On passe à un animal de compagnie encore plus saugrenu… un chien !

C’estRita et Machin l’anniversaire de Rita, mais elle n’est pas à la fête ! Rien ne va, le gâteau ne lui plaît pas et les cadeaux ne lui donnent pas envie de les ouvrir. Quand soudain, un paquet ne met à bouger, forcément ça attire la curiosité ! Rita ouvre… un chien ! Alors elle le prévient, s’il est en peluche il ira directement au vide-ordures ! Mais visiblement non, c’en est un vrai ! Reste à lui trouver un nom…
Bon je sais que la plupart d’entre vous allez me dire « Rita et Machin ? Sérieux ? Tu me moques de nous ? On connaît déjà… et puis t’as un train de retard, mec ! C’est sorti il y a 8 ans ! Depuis ça a même été adapté en dessin animé ! » Alors premièrement, vous n’avez pas à me parler comme ça, deuxièmement, je fais ce que je veux, c’est mon blog ! Troisièmement même si je ne fais découvrir qu’à une seule personne, je serai content !
Rita et Machin c’est une super série d’albums signés Jean-Philippe Arrou-Vignod et Olivier Tallec. Une petite fille un brin peste et son chien qui ne se laisse pas forcément faire. Dans cette première aventure, Rita rencontre donc Machin, se rend compte qu’il parle et doit surtout trouver comment l’appeler ! Une super rencontre, le début d’une belle amitié, et le départ d’une série d’aventures toutes aussi géniales les unes que les autres.
Une super série pour les enfants, une sorte de Calvin et Hobbes pour les plus petits.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Vincent Malone (Kiki est kaki, Kiki a un kiki, Kiki en Amérique, La grande petite bibliothèque de Rose et Émile, Kiki kiffe l’écolePapa Houêtu, Maman HoutuvaKiki fout le camp, Kiki King de la banquise, Kiki fait caca et Quand papa était petit il y avait des dinosaures), Jean-Philippe Arrou-Vignot (Enquête au collège L’intégrale 1, Enquête au collège : Le professeur a disparu, Louise Titi et Joyeux Noël Rita et Machin) et Olivier Tallec (Louis Ier, Roi des moutons, Waterlo & Trafalgar, Jérôme par cœur, La boum ou la plus mauvaise idée de ma vie, Qui quoi qui, Coffret Grand Loup & Petit Loup, MarlaguetteLe plus féroce des loups, Pas de pitié pour les baskets, Kevin et les extraterrestres, Restons Calmes !, Joyeux Noël Rita et MachinMaurice Carême chanté par Domitille, Mon cœur en miettesLe slip de bain, ou les pires vacances de ma vie et La croûte). Retrouvez aussi notre interview d’Olivier Tallec.

Entre chien et poulpe
de Martin McKenna (traduit par Laura Derajinski)
Editions Père Fouettard
13 €, 270×240 mm, 32 pages, imprimé en Belgique chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Mon ami le zombie
Texte de Vincent Malone, illustré par Miré
Seuil Jeunesse
13,50 €, 290×158 mm, 64 pages, imprimé en France, 2014.
Rita et Machin
Texte de Jean-Philippe Arrou-Vignod, illustré par Olivier Tallec
Gallimard Jeunesse dans la collection Rita et Machin
6 €, 206×213 mm, 30 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2006.

You Might Also Like

Vous aimez être le héros ?

Par 25 juillet 2014 Livres Jeunesse

Un livre dont vous êtes le héros… Ces quelques mots me ramènent des années en arrière ! Peu après l’enfance, j’avais perdu le goût de la lecture, moi qui avais tant lu pourtant. Ces livres ludiques avaient remis la machine en marche ! Trente ans que cette collection existe, et de nouveaux tomes sont sortis (certains ont été réédités).

Le Sang des ZombiesLorsque vous vous réveillez, vous êtes enchaîné dans une cave. Vous, le brillant étudiant, vous ne savez pas ce que vous faites là, les poignets blessés par les bracelets de fer qui vous empêchent de partir, la faim au ventre et un homme qui vient régulièrement vous nourrir sans oublier de vous frapper en partant. Avec beaucoup de chance et des choix judicieux, vous vous en sortirez peut-être… sauf que pour ça il faudra affronter une armée de zombies et un homme devenu totalement fou.
Dans les livres dont vous êtes le héros, le principe est simple, vous avez un nombre de points de vie (appelés ici endurance) qu’il vous faut garder pour ne pas mourir. Chaque fin de chapitre vous dit à quel chapitre vous devez aller, voire vous propose des choix. Vous accumulez aussi des objets qui vous seront peut-être utiles. Ainsi un couteau trouvé en 115 vous permettra de survivre et d’avancer dans l’aventure en 86, un choix non judicieux (vous jeter sur une mitraillette plutôt que fuir alors qu’on vous tire dessus) pourra vous être fatal et votre aventure se terminera là. Une sorte de jeu vidéo littéraire.
Bien que j’avoue avoir un peu passé l’âge (je me suis lassé assez vite), j’ai trouvé ça toujours aussi bien fait, prenant et je me suis souvenu avec quelle passion je dévorais ces livres.
Le sang des zombies est un inédit qui vient de sortir.

D’autresLe maître des tempêtes inédits sont sortis, comme par exemple Le Maître des tempêtes. Ici, ce ne sont pas des zombies, monstres ou autres créatures bien connues que vous allez devoir combattre, mais un ennemi que vous ne connaissiez pas… la nature elle-même ! En effet, le royaume de Femphry voit la nature se déchaîner : ouragans, blizzards, inondations… arriverez-vous à battre le Maître des Tempêtes ?

La nuit du Loup-GarouAutre inédit, La nuit du Loup-Garou. Ici, rien qu’au titre vous savez qui vous allez rencontrer ! Quelle idée aussi d’aller vous aventurer au royaume de Lupravia… Alors que vous avez été mordu, vous êtes devenu vous-même un loup-garou. Arriverez-vous à retrouver votre forme humaine ? Là aussi il vous faudra de la chance et faire les bons choix !

OnDans l'enfer de la jungle peut noter aussi la réédition de nombreux titres dont les Loup Solitaire, une série bien connue des Livres dont vous êtes le héros. Ici, vous êtes le dernier Maître Kaï du Sommerlund, vous devrez choisir avec quelles armes combattre. Cette série est justement celle qui m’a le plus marqué.

Une série dont les couv’ ont un peu vieilli, d’après moi, mais dont les textes n’ont pas pris une ride. Même si c’est parfois gore, même si ça fait un peu peur, on adore se projeter dans ces aventures dont on est le héros.

Le sang des zombies
de Ian Livingtone (traduit par C. Degolf)
Gallimard Jeunessedans la collection Un livre dont vous êtes le héros
13,50 €, 140×205 mm, 368 pages, imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Le Maître des Tempêtes
de Steve Jackson et Ian Livingtone (traduit par C. Degolf)
Gallimard Jeunesse dans la collection Un livre dont vous êtes le héros
14,50 €, 140×205 mm, 400 pages, imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
La nuit du Loup-Garou
de Steve Jackson et Ian Livingtone (traduit par C. Degolf)
Gallimard Jeunesse dans la collection Un livre dont vous êtes le héros
15,50 €, 140×205 mm, 464 pages, imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Dans l’Enfer de la Jungle
Texte de Joe Dever (traduit par Pascale Jusforgues)
Gallimard Jeunesse dans la collection Un livre dont vous êtes le héros
6,90 €, 124×178 mm, 266 pages, imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2013.

À part ça ?

Un livre dont vous êtes le héros arrive aussi sur tablette ! Vous pouvez retrouver La forêt de la Malédiction et Le Manoir de l’Enfer sur Android et AppStore !

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange