La mare aux mots
Parcourir tous les billets de

Gabriel - La mare aux mots

Caractères de cochon

Par 3 juillet 2015 Livres Jeunesse

LE PETIT LIVRE QUI DIT NONNon, non, non et NON ! Que ce soit pour aider, pour manger proprement, pour se tenir correctement ou pour ranger ses affaires, elle n’a qu’un mot à la bouche : NON ! Pourtant le petit monstre sait redevenir une petite fille gentille au moment où elle en a besoin…
On rit en voyant la trogne de la petite fille qui s’époumone à dire non, qui multiplie les bêtises et fait absolument n’importe quoi (même son ours en peluche semble ne plus en pouvoir). Les illustrations de Carole Crouzet sont pleines de mouvement, d’énergie. En lisant le texte de Swann Meralli on s’amuse à imiter les enfants en pleine phase d’opposition… et on les fait rire ! Quoi de mieux pour débloquer une situation que de s’en moquer ?
Un album plein d’humour pour rire de la fameuse phase du non (avec un dénouement qui ravira les fans de livres).

Quel caractère !Allez, on se lève ! Ouh la non, ce petit cochon n’a pas envie, il ne veut pas obéir. Les autres sortent ? Et bien qu’ils sortent, il pleut, lui a envie de rester à l’abri ! En plus, il ne veut pas s’habiller comme on le lui demande. Non c’est décidé il ne fera pas comme les autres… et s’il avait raison ?
Dire tout le temps non c’est fatigant… mais il est bon parfois de s’opposer, de refuser ce qui nous semble injuste, de s’indigner, de ne pas être un mouton. Géraldine Collet nous raconte l’histoire d’un petit cochon qui, grâce à son mauvais caractère, va échapper à un destin pas très rose. L’histoire est pleine d’humour, mais c’est aussi un bon moyen de réfléchir à l’effet de groupe, au fait de décider soi-même de ses envies.
Un album pour apprendre à ne plus suivre le troupeau.

petit mot magiqueIl propose des donuts, mais refuse d’en donner quand on en accepte… mais qu’est-ce qu’il a ce panda ? C’est quoi son problème ? Et s’il attendait simplement un petit mot magique en réponse ?
Là encore, le personnage a bien raison d’avoir sale caractère ! Pourquoi tout accepter des autres ? Face à ceux qui exigent ou ceux qui veulent tout, il remballe la marchandise ! C’est tellement plus agréable d’offrir aux gens aimables.
Un album plein de douceur et d’humour pour se rappeler qu’on gagne toujours à être poli.
Le même vu par Le cahier de lecture de Nathan.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Géraldine Collet (À l’école des poussins !, Un pour tous, tous poussin !, Défends-toi !, La petite liseuse, Sais faire moi, La rentrée de Jacotte, Jacotte en vacances, Okimdam, l’oiseau auquel il manquait une case, Tranquille, Tout seul !, Tous ensemble !, Le fil rouge, S’échapper d’une île et A table), de Sébastien Chebret (Arrête de bouder, Les étoiles d’Hubert, La mystérieuse lettre au Père NoëlMon album à compter et L’entrée en maternelle) et de Steve Anthony (Saperlipopette mon chapeau !). Retrouvez aussi nos interviews de Géraldine Collet et de Sébastien Chebret.

Le petit livre qui dit NON !
Texte de Swann Meralli, illustré par Carole Crouzet
p’titGlénat dans la collection Vitamine
11 €, 255×284 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Quel caractère !
Texte de Géraldine Collet, illustré par Sébastien Chebret
Les 400 coups dans la collection Carré blanc
13 €, 220×285 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2015.
Un petit mot magique
de Steve Antony (traducteur non crédité)
Gautier-Languereau
14 €, 268×270 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2015.

Gabriel

 

You Might Also Like

Dis, tu peux lui demander… ? (Saison 2, 1/9)

Par 1 juillet 2015 Les invités du mercredi

Cet été, comme l’été dernier, vous pourrez lire, tous les mercredis, une question d’enfant et la réponse d’auteur-e-s, illustrateur-trice-s, éditeur-trice-s… Aujourd’hui, la question est de Maxime, 6 ans et demi : « Est-ce que les gens qui écrivent les histoires savent tout avant d’écrire ou est-ce qu’ils font des recherches ? Par exemple quand ils écrivent une histoire de dinosaures est-ce qu’ils lisent des livres sur les dinosaures ? ». Cécile Roumiguière, Charlotte Moundlic, Loïc Méhée, Laurent Audouin, Mymi Doinet et Isabelle Wlodarczyk ont accepté de lui répondre, vous découvrirez, en même temps que lui leurs réponses. Chacune des questions retenues fait en plus gagner un ouvrage à l’enfant qui l’a posée. AdamaCette question permet donc à Maxime d’avoir la chance de recevoir, grâce à Zoom éditions, Adama de Remedium, un très bel album qui parle de la bataille d’une classe pour empêcher l’expulsion d’un de leurs camarades (album que nous avions chroniqué ici).


« Est-ce que les gens qui écrivent les histoires savent tout avant d’écrire ou est-ce qu’ils font des recherches ? Par exemple quand ils écrivent une histoire de dinosaures est-ce qu’ils lisent des livres sur les dinosaures ? » (Maxime, 6 ans et demi)

Cécile Roumiguière :
Oh non, les écrivains ne savent pas tout… C’est un côté de ce métier que j’aime beaucoup, on doit apprendre tout le temps, toute sa vie. Des choses sur les dinosaures, sur les facteurs ou les cosmonautes, la danse classique, le jazz ou comment poussent les brins d’herbe. On apprend dans les livres, sur internet, en regardant des photos, des films, des documentaires… on apprend tout le temps. De quoi passer de longues heures (de longues semaines ?) à flâner en repoussant le moment de se mettre à écrire.

LilyCécile Roumiguière est auteure de romans et d’albums. Côté romans, elle vient de sortir Lily chez La joie de Lire. Côté albums, Sur un toit un chat avec Carole Chaix chez À pas de loups. À la rentrée, on pourra découvrir Mon chagrin éléphant chez Thierry Magnier.
Son site : http://cecileroumiguiere.com.

Charlotte Moundlic :
Cher Maxime,
pour écrire un livre documentaire sur les dinosaures qui doit donner des informations précises qui vont aider les enfants à apprendre des choses, l’auteur doit faire des recherches pour ne pas faire d’erreurs.
En revanche s’il souhaite écrire une histoire imaginaire dans laquelle un petit dinosaure mangerait du chocolat en dansant comme Michaël Jackson, pas besoin de se renseigner car les enfants en lisant l’histoire sauront bien que son objectif n’est pas de donner des informations scientifiques.
Mais parfois l’auteur, même si son récit est imaginaire, a besoin de faire des recherches.
Par exemple si son histoire se passe dans une ville qu’il ne connaît pas, il cherche à quoi les rues et les maisons peuvent ressembler pour que son récit soit crédible.

Je suis le fruit de leur amourCharlotte Moundlic est auteure. Elle alterne les albums et les romans. Son dernier roman, Je suis le fruit de leur amour, est sorti chez Thierry Magnier, son dernier album, Le papa de Simon (d’après une histoire de Maupassant, illustré par François Roca), chez Milan.
Retrouvez l’interview que nous avons réalisée d’elle ici.

Loïc Méhée :
Oui ! Autant pour les histoires que pour le dessin.
À chaque fois qu’on raconte ou qu’on dessine quelque chose, il faut savoir de quoi on parle… (pour dessiner un chien, il faut avoir vu un chien au moins une fois dans sa vie !) alors il y a deux possibilités :
– Soit on connaît déjà le sujet, ou bien on l’a souvent dessiné : on n’a plus besoin de faire des recherches par ce qu’on est déjà imprégné… Par exemple si je raconte l’histoire de mon chat, je connais déjà son caractère, ce qu’il mange, si il aime les câlins, de quelle couleur sont ses yeux, etc. Il faudra juste que je l’observe un petit peu, pour avoir des détails plus précis (comment il se tient pour se gratter, quelle tête il fait quand il est en colère…).
– Soit on ne connaît pas (ou mal) le sujet : si on dessine pour la première fois quelque chose, ou si c’est un sujet compliqué… Par exemple si je fais une histoire de dinosaures, et que mon héros est un tricératops, je vais regarder dans des livres ou sur internet comment ils étaient (taille, forme des cornes, longueur, forme de la queue…) mais aussi ce qu’ils mangeaient, quelles étaient leurs habitudes… C’est ce qu’on appelle le travail de documentation.
Parfois, c’est justement en faisant des recherches qu’on trouve des idées : en recherchant des informations sur les tricératops, je vais connaître aussi quels étaient leurs prédateurs, leurs ennemis. Ceci peut me donner une idée d’histoire. Par exemple un tricératops et un tyrannosaure qui se détestent et qui deviennent ensuite amis. Ou qui se battent. Ou un tyrannosaure très gentil mais qui fait peur à tout le monde… Il y a des milliards d’idées, de possibilités.
Et une fois que j’aurai dessiné un tricératops plusieurs fois, je saurai le redessiner sans avoir à me documenter…
Tout dépend aussi du type de livre qu’on écrit, ou qu’on illustre.
– Pour un livre documentaire, il faut être très précis, car le lecteur lit ce livre pour avoir des informations justes. Et même si on imagine certains événements (un combat de dinosaures par exemple), on veut qu’ils soient proches de la réalité.
– Pour un conte, ou une histoire, on fait ce qu’on veut ! Libre court à notre imagination ! On peut même inventer nos propres dinosaures, avec 8 pattes, des ailes, deux mâchoires, etc.
La plupart du temps, on fait tout en même temps !
On imagine, on se documente, on trouve une autre idée, on fait des recherches dans des livres, on invente quelque chose d’incroyable, on regarde autour de nous, on s’en inspire…
Mon conseil : achète ou fabrique-toi un petit carnet qui rentre dans tes poches. Ainsi, dès que tu n’as rien à faire, en attendant le bus, en voiture ou devant la télévision… note ce que tu vois et entends (une situation rigolote, une expression intéressante…) et dessine tout ce que tu vois (une coiffure incroyable, un drôle de chien, un beau paysage…) ! Au bout d’un certain temps ton carnet sera rempli d’idées écrites et dessinées, que tu pourras réutiliser et mélanger pour écrire tes propres histoires… On se documente aussi (et surtout) en regardant autour de nous, sans ouvrir un seul livre… même si il est très compliqué de voir un dinosaure en vrai de nos jours ! (quoique… ma voisine a quand même de très longues dents…).

lolitaLoïc Méhée est auteur et illustrateur. Il connaît bien les dinosaures puisqu’il sortira à la rentrée Au temps des dinosaures (avec Romain Amiot chez Fleurus). Le dernier album qu’il a illustré c’est Lolita d’Alexandra Neraudeault sorti chez Les 400 coups.
Son site : http://loicmehee.wix.com/illustration

Laurent Audouin :
Eh bien, je te répondrai plutôt en tant qu’illustrateur…. est-ce qu’avant de dessiner tu te renseignes sur tout ce que tu dois dessiner, avant !
et là, je te dis oui ! Moi, je fonctionne avec le cerveau d’un enfant ! c’est-à-dire que je suis curieux, très curieux, je me renseigne (sans a priori), je lis, je consulte ! je ne dessine jamais rien sans aller voir sur place ou sans me renseigner sérieusement sur le sujet…

Aventures fantastiques de Sacre CœurLaurent Audouin est auteur et illustrateur. Il a notamment illustré les séries Mirette (chez Sarbacane) et Génial mon école part… (chez Les p’tits bérets). Il vient de sortir le sixième tome des Aventures fantastiques de Sacré-Cœur d’Amélie Sarn chez Le lézard Noir.
Retrouvez l’interview que nous avons réalisée de lui ici.
Son site : http://laurentaudouin.canalblog.com.

Mymi Doinet :
Ah les dinosaures, vaste sujet ! Je ne savais pas grand-chose les concernant avant d’étudier leur cas. J’ai d’ailleurs appris pas mal de détails amusants en écrivant justement toutes sortes de documentaires les concernant. Par exemple, on imagine ces ancêtres des crocodiles tous énormes, alors qu’il existait un dinosaure minus comme une poule, le compsognathus, un vrai poids plume comparé au tyrannosaure et ses plus de 6 tonnes. Et les dinos n’étaient pas tous carnivores : le diplocus par exemple était un pur herbivore qui n’aurait pas fait de mal à une mouche, sauf à l’insu de son plein gré !

La tour Eiffel à New York !Mymi Doinet est auteure. Elle a notamment écrit la série Les animaux de Lou et Les copains du CP (tous deux chez Nathan). Elle vient de sortir la suite de La tour Eiffel à des ailes, La tour Eiffel à New York, illustré par Mélanie Roubineau chez Nathan là encore.
Son site : http://mymidoinet.blogspot.fr.

Isabelle Wlodarczyk :
Bonjour Maxime,
Si je devais écrire un livre sur les dinosaures, je serais un peu embêtée… car je n’y connais vraiment rien. Alors je devrais lire une foultitude de livres, me transformer en rat de bibliothèque. Ça m’arrive parfois. Par exemple, j’ai écrit un livre sur le foot pour lequel j’ai dévoré toutes les encyclopédies du foot et regardé toutes les vidéos que je dénichais ! Mais souvent, je choisis mes sujets en fonction de ce que je connais, de ce qui me passionne et ça me donne l’occasion de relire mes livres préférés. Écrire, c’est souvent lire, avant tout…

Voltaire écraser l'infâmeIsabelle Wlodarczyk est auteure. Elle vient de sortir Voltaire, écraser l’infâme chez Oskar et elle sortira prochainement deux ouvrages en rapport avec l’Odyssée d’Homère : L’odyssée d’Homère pour réfléchir (chez Oskar) et Pénélope d’après l’Odyssée d’Homère (chez Amaterra).
Retrouvez l’interview que nous avons fait d’elle ici.
Son site : http://papierbrouillard.blogspot.fr.

You Might Also Like

Contes du monde

Par 29 juin 2015 Livres Jeunesse

L'échassier de l'empereurSes parents trouvaient Kogata si laid qu’ils lui faisaient porter un masque de bois pour dissimuler son visage. Forcément, pas facile pour l’enfant de se faire des amis. Il vivait rejeté des autres, seul, avec l’espoir d’entrer un jour dans l’école de samouraïs du seigneur Oyigashi. Son destin bascula le jour où ses parents le chassèrent et qu’il rencontra Gusto et Kaou, deux esprits.
L’échassier de l’empereur est un magnifique conte japonais où l’on parle de la différence, du rejet, du fait que chacun est utile, de croire en son destin. Marie Caudry illustre ce conte plein de sagesse avec de grandes planches pleine page.
Un conte japonais pour se rappeler que beau ou laid, ce n’est pas ce qui fait ce que nous sommes.

La papoteTrois sœurs vivaient sans parents dans une petite maison. Elles étaient pauvres, si pauvres qu’elles n’avaient qu’une robe pour trois. Elles gagnaient leur argent en vendant, tour à tour, des paniers d’osier au marché. Un jour où elles avaient gagné un peu plus d’argent, elles décidèrent d’acheter une seconde robe, mais Mimosa, la plus jeune des sœurs à qui l’on avait confié la course, rapporta une poupée dont on lui avait dit qu’elle faisait des crottes en or.
Yannick Jaulin est un conteur extraordinaire. Il nous raconte ici La papote, un conte vendéen, qui nous rappelle l’histoire de la poule aux œufs d’or. C’est extrêmement poétique tout en étant drôle (forcément une poupée qui fait tantôt des crottes en or tantôt des crottes en caca…). Yannick Jaulin parvient à ne jamais tomber dans le scabreux. C’est Samuel Ribeyron, illustrateur ô combien talentueux qui met en image le conte. Bref, vous l’aurez compris, c’est un régal !
Un conte vendéen raconté par un duo d’exception.

Une maison pour quatreIl y avait Tigre, Éléphant, Serpent et Hibou. Tous les quatre s’entendaient à merveille et avaient décidé de se faire une maison, ils y vivraient ainsi ensemble. Pas besoin de placard (ils n’avaient pas d’habits) ni de salle de bain (rien de tel que la rivière), mais des murs et un toit, tout simplement, leur suffisaient. Chacun s’y est mis et bientôt elle fut construite. Sauf que dès la première nuit…
Autre très grand conteur, Gilles Bizouerne a toujours dans sa besace des contes du monde, celui-ci nous vient d’Afrique. Adaptée aux plus jeunes (dès 3-4 ans d’après l’éditeur), voilà une histoire pleine d’humour qui va séduire les enfants ! Élodie Balandras accompagne à merveille les mots de Gilles Bizouerne pour des illustrations hautes en couleur !
Un joli conte africain sorti dans la collection Paroles de conteurs, collection qui ne nous déçoit jamais !

Les rois malhonnêtes« Ce que tu fais, c’est à toi que tu le fais », voilà ce qu’avait dit un mendiant à un roi qui lui donnait une pièce. Une fois, puis une seconde fois. Le roi, ça l’avait rendu fou de colère. Il ne voulait pas de cette maxime qu’il ne comprenait pas, pourquoi le mendiant ne disait-il tout simplement pas merci ?
Un homme qui n’avait plus de bœufs pour labourer son champ l’avait loué à son voisin. Le jour où celui-ci trouva une marmite pleine d’or dans la terre, il voulut la rendre au propriétaire du champ, c’était bien à lui qu’elle revenait, le champ lui appartenait ! Seulement, voilà, celui-ci la refusait en disant que c’était grâce au travail du voisin que la marmite avait été trouvée. Ils décidèrent d’aller voir le roi pour savoir quoi faire. Mais le roi était cupide…
Les rois malhonnêtes réuni deux contes arméniens superbement illustrés par le talentueux Sébastien Pelon. Tout comme pour L’échassier de l’empereur (sorti d’ailleurs dans la même collection), la grande taille de l’album et les illustrations pleine page mettent particulièrement en valeur de travail de l’illustrateur.
Deux contes arméniens magnifiquement illustrés.

Le singe et le crocodileUn singe extrêmement gourmand n’avait plus de noix de coco sur son arbre. Un crocodile lui proposa de lui faire traverser le fleuve, de l’autre côté il en restait plein ! Le singe, qui ne savait pas nager accepta avec plaisir. Seulement à mi-parcours le crocodile jeta le singe à l’eau pour le manger…
On termine par un conte africain illustré par Jess Pauwels et sorti dans les classiques du Père Castor (donc à petit prix). Un conte plein de malice, de suspense et d’humour. Le crocodile n’aura peut-être pas le dernier mot, le singe a peut-être plus d’un tour dans son sac !
Un conte africain, joliment illustré, pour se souvenir qu’il ne faut pas toujours écouter les inconnus.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqués des ouvrages de Marie Caudry (Le pain perdu du Petit Poucet et Le dragon du vent), de Yannick Jaulin (La Cheneuille et Le tracteur aux dromadaires), de Samuel Ribeyron (La moufle, Yllavu, Ce n’est pas très compliqué, Les plus belles chansons anglaises et américaines, 38 perroquets, Le grand papa et sa toute petite fille, Super Beige, Super Beige, le retour, Beau voyage, Yllavu, Pi, Po, Pierrot et Salade de fruit. Et aussi les films Et 10,11,12 Pougne le Hérisson, L’hiver de Léon, Le printemps de Mélie et L’été de Boniface), de Gilles Bizouerne (Le jour où Loup Gris est devenu bleu, La bonne humeur de Loup Gris et Les histoires des musiciens de Brême racontées dans le monde), d’Élodie Balandras (La soupe aux épices), de Sébastien Pelon (Les fabuleuses aventures de Sinbad le marin, Robin des bois et Contes d’Afrique), d’Anne Fronsacq (Trotte souris) et de Jess Pauwels (H.E.N.R.I. a les oreilles qui bougent et H.E.N.R.I. a onze doigts). Retrouvez aussi nos interview de Samuel Ribeyron et de Sébastien Pelon.

L’échassier de l’empereur
Raconté par Maud Michel, illustré par Marie Caudry
Magnard Jeunesse dans la collection Contes et classiques du Monde
16,90 €, 280×320 mm, 48 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
La papote
Texte de Yannick Jaulin, illustré par Samuel Ribeyron
Didier Jeunesse
12,50 €, 234×250 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Une maison pour quatre
Raconté par Gilles Bizouerne, illustré par Élodie Balandras
Syros dans la collection Paroles de conteurs
12,90 €, 205×320 mm, 30 pages, imprimé en France, 2015.
Les rois malhonnêtes
Texte de Reine Cioulachtjian, illustré par Sébastien Pelon
Magnard Jeunesse dans la collection Contes et classiques de Monde
16,90 €, 280×320 mm, 40 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Le singe et le crocodile
Raconté par Anne Fronsacq, illustré par Jess Pauwels
Père Castor dans la collection Les classiques du Père Castor
4,75 €, 210×180 mm, 24 pages, imprimé en France, 2015.


Gabriel

You Might Also Like

Quelques premières lectures

Par 26 juin 2015 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose quelques ouvrages pour les tout jeunes lecteurs.

Le parfum du voyageC’est avec ses animaux qu’il voyage. Un crocodile empaillé, un chien, un coq, une musaraigne et surtout des chats le suivent partout. Avec eux, il a visité le Vésuve ou encore les chutes du Niagara, il a vu les bulbes du Kremlin et eu le vertige en haut de la tour Eiffel. Avec eux, il a senti le parfum du voyage.
On commence par un très bel ouvrage, Le parfum du voyage d’Anne Bouin et Vincent Bourgeau. Texte poétique, belles illustrations, beau papier, couverture à rabats… C’est un livre première lecture particulièrement réussi !
Un joli petit roman pour voyager.

Oedipe et l'énigme SphinxLe sphinx, un monstre au corps de lion, à la tête de femme, aux ailes de vautour et à la queue de serpent, terrorisait la population. Créon promit que celui qui le vaincrait épouserait la reine et deviendrait roi. Œdipe se présenta.
Sorti dans la collection ma première mythologie chez Hatier Poche, Œdipe et l’énigme du Sphinx va réjouir les jeunes lecteurs passionnés d’Histoire ! Ceux qui aiment les histoires d’aventures, sans rien connaître de la mythologie, apprécieront également cette histoire pleine de suspense !
Œdipe et le Sphinx à portée des jeunes lecteurs.

Les contes du CP - Boucle d'or et les 3 oursIl y avait Papa Ours, Maman Ours et Bébé Ours. Ils vivaient dans la forêt dans une petite maison. Un jour qu’ils étaient partis se promener, une blondinette nommée Boucle d’or goûta leur soupe, testa leurs chaises et même leurs lits !
Pas besoin de vous raconter l’histoire de Boucle d’Or et les trois ours, grand classique ! Magdalena l’a adaptée ici pour les lecteurs en herbe pour la collection Les contes du CP (des contes classiques adaptés au niveau de lecture du CP). Les illustrations de Mélanie Allag sont superbes et pleines d’humour, ce qui ne gâche rien !
Après l’avoir tant écouté, vos enfants seront fiers de lire eux-mêmes un grand classique !

Les contes du CP - Le loup et les 7 chevreauxProfitant de l’absence de la chèvre, un loup fait tout pour entrer dans sa maison pour manger ses sept petits.
Sorti dans la même collection, Le loup et ses sept chevreaux reprend lui aussi un grand classique des contes. Écrit, comme le précédent, par Magdalena, c’est, ici, Églantine Ceulemans qui illustre avec des dessins proches de la BD.

Je commence à lire T9 - La Mauvaise humeurAujourd’hui, Émilie est de très mauvaise humeur ! Stéphane et Sidonie n’arrivent pas à lui redonner le sourire. Elle ne veut pas se lever, elle ronchonne et elle se met même à pleurer ! Ben alors, Émilie ?
On vous a déjà parlé de la collection Je commence à lire avec… émilie. Adaptations du dessin animé d’après le personnage de Domitille de Pressensé, ce sont des petits livres que les fans d’Émilie sont ravis de lire tout seuls. C’est très simple à déchiffrer, le texte et court et en fin d’ouvrage on trouve même quelques jeux en rapport avec la lecture.

Je commence à lire T10 - Les robotsAujourd’hui, Émilie et Sidonie jouent à être des robots. Stéphane les regarde amusé et décide de jouer avec elles. Il sera leur contrôleur ! Quand arrivent les cousins, les robots sont encore plus nombreux !
On retrouve là encore Émilie et ses ami-e-s dans une aventure pleine d’humour. En lisant l’histoire, les enfants vont adorer imiter les robots en détachant bien les syllabes.

Apprenti Chevalier Bonne chance pour leTournoiLe chevalier Bernard de Main-Matin-de-Bonheur se prépare pour un grand tournoi, le tournoi des trois nations. S’il veut gagner, il lui faut faire attention à tout… mais avec un écuyer comme Solal, un garçon très étourdi, ce n’est pas facile…
Beaucoup d’humour dans ce nouvel épisode de L’apprenti chevalier, la série de Christophe Nicolas, Rémi Chaurand et Bérengère Delaporte ! Solal est décidément impayable. Ici, les parents peuvent lire la narration et les enfants les dialogues dans les bulles, un bon moyen de lire en famille !

Que la vie est belle dans l'espaceTokiri le petit lièvre et Kouma la grande girafe regardent le ciel étoilé et ils rêvent. Ils rêvent d’aller se promener dans l’espace. Grâce à leur ami Marabout les voilà bientôt habillés comme des cosmonautes et un en rien de temps ils sont propulsés dans les airs ! Ils ne sont pas près d’oublier leur voyage !
Même principe que dans le précédent, on va aussi partager la lecture grâce aux bulles ! René Gouichoux et Mylène Rigaudie nous racontent une histoire pleine de rebondissements et d’humour, de quoi enchanter les jeunes lecteurs !

Quelques pas de plus…
D’autres idées de premières lectures ici ou .

Le parfum du voyage
Texte d’Anne Bouin, illustré par Vincent Bourgeau
Autrement
8,95 €, 140×220 mm, 40 pages, imprimé en Chine, 2014.
Œdipe et l’énigme du Sphinx
Texte d’Hélène Kérillis, illustré par Grégoire Vallancien
Hatier Jeunesse dans la collection Premières lectures
4,99 €, 142×190 mm, 47 pages, imprimé chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Boucle d’or et les trois ours
Texte de Magdalena, illustré par Mélanie Allag
Castor Poche dans la collection Les contes du CP
5,60 €, 150×195 mm, 32 pages, imprimé en France, 2015.
Le loup et les sept chevreaux
Texte de Magdalena, illustré par Églantine Ceulemans
Castor Poche dans la collection Les contes du CP
5,60 €, 150×195 mm, 32 pages, imprimé en France, 2015.
La mauvaise humeur d’Émilie
d’après Domitille de Pressensé
Casterman dans la collection Je commence à lire avec… émilie
4,95 €, 144×190 mm, 40 pages, imprimé en Chine, 2015.
Les robots
d’après Domitille de Pressensé
Casterman dans la collection Je commence à lire avec… émilie
4,95 €, 144×190 mm, 40 pages, imprimé en Chine, 2015.
Bonne chance pour le tournoi !
Texte de Christophe Nicolas et Rémi Chaurand, illustré par Bérengère Delaporte
Nathan dans la collection Premières lectures et dans la série L’apprenti chevalier
5,60 €, 140×185 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Dans l’espace !
Texte de René Gouichoux, illustré par Mylène Rigaudie
Nathan dans la collection Premières lectures et dans la série Que la vie est belle !
5,60 €, 140×185 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.

À part ça ?

10178015_1031628496848535_3056833699093020026_nON A BESOIN DE VOUS !
Au départ de la mare aux mots nous avions fait un sondage pour vous connaître, connaître vos envies, vos attentes. Seulement voilà, le blog aura bientôt quatre ans et l’on avait envie de le refaire !
Nous aimerions que vous répondiez SINCÈREMENT à « quelques » questions, ça nous aidera énormément ! Ce blog nous le faisons pour vous, il est important que nous connaissions vos attentes.
Comme c’est un peu pénible comme exercice, pour vous remercier 10 d’entre vous gagneront un ouvrage (voir photo) et les 10 suivants un badge La mare aux mots !

C’est ici que ça se passe : https://docs.google.com/…/1ICLmIl2zOGMJStssg3XvF4…/viewform…
Répondez sincèrement (sinon ça n’a aucun intérêt), aucune question n’est obligatoire (mais évitez de toutes les passer), il n’y a pas de bonnes et de mauvaises réponses (et nous cirer les pompes ne vous fera pas gagner plus facilement).

Merci à vous ! (vous avez jusqu’au 1er septembre).

Gabriel

You Might Also Like

De belles rencontres

Par 25 juin 2015 Livres Jeunesse

Le panier à pique-niqueElle avait trouvé un pré, un pré rien que pour elle, mais un jour elle n’y fut plus seule. Un homme y venait jardiner. Elle s’était cachée pour l’observer. Chaque jour, l’homme s’arrêtait de travailler pour pique-niquer, sortant de son panier des tas de victuailles qui donnaient vraiment envie. Alors, un jour, elle décida de voler le panier…
Le panier à pique-nique est un magnifique album aux illustrations japonaises un peu rétro (on pense à Komako Sakaï). On y parle du cycle de la vie, d’amitié, de la nature, de l’amour… On y parle de beaucoup de choses, en fait, mais avec une infinie poésie. Le grand format et le beau papier mettent particulièrement en valeur la beauté des illustrations.
Un superbe album délicat et poétique.
Le même vu par Le cabas de Za.

Un goûter en forêtKikko se rendit compte que son père, parti chez sa grand-mère, avait oublié le gâteau pour celle-ci. Elle décida de partir à sa recherche pour le lui remettre, mais la jeune fille se retrouva dans un bien étrange goûter, au milieu de la forêt…
Là encore, c’est doux et poétique, avec cette ambiance qu’on retrouve souvent dans la littérature jeunesse japonaise. Ce côté décalé, proche du réel, mais tout en étant dans un univers onirique (on ne sait d’ailleurs pas vraiment si la jeune fille rêve ou pas). Les illustrations en noir et blanc avec quelques touches de couleurs sont délicates, tout comme l’histoire.
Un très bel album sur un étrange goûter en forêt.
Le même vu par Un petit bout de bib(liothèque), Le cabas de Za, Les lectures du Liyah, Délivrer des livres, Les lectures de Kik et Enfantipages.

Le panier à pique-nique
Texte de Gabriele Rebagliati (traduit par Christian Demilly), illustré par Susumu Fujimoto
Grasset Jeunesse
15,90 €, 260×320 mm, 40 pages, imprimé en Espagne, 2015.
Un goûter en forêt
d’Akiko Miyakoshi (traduit par Nadia Porcar)
Syros dans la collection Mini albums Syros
5,50 €, 165×210 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-reponsable, 2015.


Gabriel

You Might Also Like

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.