Des contes

Aujourd’hui, je vous propose une sélection de contes que vous connaissez sûrement.

La truie et le loupTrois fermières discutaient de ce qu’elles feraient à manger pour Mardi gras. La première comptait tuer sa poule, la seconde sa dinde et la dernière sa truie. La poule, qui avait tout entendu, alla prévenir la dinde et la truie et toutes les trois s’enfuirent. Seulement à force de marcher la poule fut fatiguée et ne pouvait plus avancer. La truie lui construisit une maison en petit bois. Puis ce fut la dinde qui à son tour ne put plus avancer, la truie lui fabriqua une maison en bois moyen. Enfin, la truie à son tour voulut se reposer et se fabriqua une maison en gros bois. Le loup passa devant la maison de la poule…

Vous aurez peut-être reconnu Les trois petits cochons, en voici une version issue de la tradition orale française racontée par Jean-Louis Le Craver. Je dis bien racontée, car ici l’écriture est orale et l’on prend énormément de plaisir à lire à voix haute les dialogues truculents. Je le dis régulièrement pour les livres de chez Didier Jeunesse, mais quel plaisir pour nous, parents, de lire des livres écrits par des conteurs ! On y met des intonations, on joue avec les enfants. Et ceux-ci se régalent ! Et autant vous dire qu’ici, un loup qui pète sur les maisons pour les faire voler… ils sont fans ! Pour ses illustrations, Martine Bourre utilise collages, morceaux de cartons, plantes… et le caleçon du loup est irrésistible ! Encore, un super conte sorti dans la collection À petits petons.

Tom PouceUn couple se désespérait de ne pas avoir d’enfant, il aurait tant aimé en avoir même s’il n’avait eut que la taille d’un pouce ! Quelqu’un les entendit puisque c’est un enfant précisément de cette taille que la femme mit au monde sept mois plus tard. Alors qu’il guidait un cheval niché dans son oreille, des hommes s’aperçurent de son existence et voulurent l’acheter… c’était le début d’une grande aventure.

Grand classique, mais pas forcément très connu, Tom Pouce ressort avec les belles illustrations colorées de Vincent Mathy dans un grand album de la collection Contes & classiques de chez Magnard. Ce n’est pas parce qu’on est tout petit qu’on ne peut pas s’en sortir dans la vie (non je ne parle pas de moi) ! Tom Pouce est très malin et malgré le fait qu’il va être mangé par une vache puis par un loup il réussira à rentrer chez ses parents par ses propres moyens. Un classique des frères Grimm qui ressort avec des illustrations colorées, entre rétro et modernité.

Hansel Et GretelDeux enfants prénommés Hansel et Gretel entendirent leurs parents dire qu’ils allaient les perdre dans la forêt. Hansel eut l’idée de ramasser des petits cailloux blancs, les sema sur le chemin et ainsi ils rentrèrent à la maison. Le lendemain quand les parents recommencèrent Hansel n’eut pas le temps de ramasser à nouveau des cailloux et sema des miettes de pain… sauf que les oiseaux les mangèrent. Perdus dans la forêt, ils tombèrent sur une maison en pain d’épices et commencèrent à la manger, ils ne savaient pas qui vivait là…

Je ne m’étais jamais rendu compte de la similitude entre Le petit Poucet et Hansel et Gretel. J’ai revu le premier ces jours derniers et en lisant le deuxième je me suis aperçu à quel point les débuts des deux histoires étaient identiques. On retrouve donc ce grand classique des frères Grimm illustré par une artiste qu’on aime beaucoup : Sophie Lebot. Elle croque avec délicatesse ce conte cruel (il y a quand même une sorcière qui fait engraisser un petit garçon pour le rendre plus dodu avant de le manger et une mère à qui c’est égal de perdre ses enfants dans la forêt !). Un album sorti dans la collection Les classiques du Père Castor (et donc à petit prix).

Le chat bottéAlors que ses frères avaient reçu un moulin pour l’un et un âne pour l’autre, un homme n’eut qu’un chat pour héritage à la mort de son père. Que faire de l’animal ? Le manger et se faire un manchon avec sa peau ? Le félin, qui était intelligent, eut une autre idée… Un âne, dont le maître estimait qu’il était trop vieux et qu’il fallait s’en débarrasser, partit sur les routes pour échapper à l’abattoir. En chemin il rencontra un chien, un chat et un coq qui tous n’étaient plus aimés de leurs maîtres. Ensemble, ils décidèrent de partir devenir musiciens à Brème. Un loup qui était très maigre rencontra un chien qui lui semblait bien nourri. Le chien proposa au loup une vie plus belle…

Trois contes sont réunis dans ce petit livre qui ressemble à un carnet : Le chat botté (de Charles Perrault), Les musiciens de Brème (des Frères Grimm) et Le loup et le chien (de Jean de la Fontaine). Ici, on parle des animaux dont on se débarrasse quand ils ne nous servent plus, de la liberté. Les animaux, même s’ils semblent finis, ne sont pas si bêtes… Bien entendu, ce sont des contes et un chat, même avec des bottes, vous fera rarement gagner un château dans la vraie vie… mais ces trois histoires sont un début de réflexion sur ce qu’on fait avec les animaux de compagnie. Sorti dans la collection Les contes affables chez Manannan éditions, ce sont ici les textes d’époque (originaux pour le Charles Perrault et le Jean de la Fontaine, traduction de 1875 pour celui des Frères Grimm). Un petit recueil qui tient dans la main pour redécouvrir des contes classiques.

Dame HiverUne jeune fille vivait avec sa belle-mère et sa demi-sœur. Elle était belle et travailleuse, pendant que l’autre était laide et paresseuse. C’est elle qui accomplissait les tâches ménagères et souvent elle filait au bord du puits. Un jour, alors qu’elle avait les doigts en sang à force de filer, sa bobine tomba dans le puits. Sa belle-mère l’obligea à aller la chercher. C’est là qu’elle rencontra Dame Hiver et qu’elle entra à son service.

C’est un magnifique conte des frères Grimm qu’a sorti Didier Jeunesse dans la collection Il était une (mini) fois, dont je vous avais déjà parlé. Des petits livres non illustrés à prix tout doux (3 €). C’est le genre de conte qui nous est familier avec la belle-mère méchante, la demi-sœur fainéante, la belle qui fait tout, la cupidité des deux premières qui les entraînera vers leur chute (pendant que la gentille sera récompensée). Et malgré le fait que l’on connaisse par cœur ce genre de conte, c’est toujours un plaisir de les retrouver dans des versions différentes. Un classique des frères Grimm qu’on a plaisir à découvrir ou à retrouver.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Martine Bourre (L’ogresse et les sept chevreaux, Les Deux Vieux & l’Arbre de vie, Au bain, mon lapin ! et La souris qui cherchait un mari), les Frères Grimm (Les musiciens de Brême, Le vieux Cric Crac, Le voleur de lune, Les musiciens de Brême, L’homme à la peau d’ours, Tom Pouce, Le petit chaperon rouge, Blanche Neige, Hansel et Gretel et Hans la chance), Vincent Mathy (C’est beurk, j’adore ! et Petits ruisseaux), Sophie Lebot (Blanche Neige, Le ventre de maman, Victor et les AmulettesLa princesse de Fertabelle et la princesse de Fertamaline) et Charles Perrault (Cendrillon, Le chat beauté, Le petit chaperon rougeLe chat botté et Le petit Poucet dans la collection Les contes en chanson chez Larousse, Peau d’âne illustré par Charlotte Gastaut, Le petit chaperon rouge dans une version « herbier » et une version sans texte et Cendrillon en petit théâtre d’ombre). Retrouvez aussi notre interview de Sophie Lebot.

La truie et le loup
Texte de Jean-Louis Le Craver, illustré par Martine Bourre
Didier Jeunesse dans la collection À petits petons
11,50 €, 232×217 mm, 40 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Tom Pouce
Texte de Jacob et Wilhelm Grimm (traducteur non crédité), illustré par Vincent Mathy
Magnard Jeunsse dans la collection Contes & classiques
13,90 €, 280×240 mm, 48 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Hansel et Gretel
Texte d’après Les Frères Grimm (auteur non crédité), illustré par Sophie Lebot
Père Castor dans la collection Les classiques du Père Castor
4,75 €, 210×180 mm, 24 pages, imprimé en France, 2014.
Le chat botté
Textes de Charles Perrault, Les frères Grimm (traduction de Frédéric Baudry) et Jean de la Fontaine, illustrés par Julien Delval
Manannan éditions dans la collection Les contes affables
4,50 €, 100×150 mm, 64 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Dame Hiver
Texte de J. et W. Grimm (traduction de François Mathieu)
Didier Jeunesse dans la collection Il était une (mini) fois
3 €, 115×165 mm, 28 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.

À part ça ?

Une petite vidéo pour en savoir plus sur un illustrateur qu’on aime beaucoup, Matthieu Maudet.

Gabriel

Les invité-e-s du mercredi : Jo Witek et Soledad Bravi ( + concours)

Que je suis heureux de recevoir aujourd’hui Jo Witek ! J’ai récemment lu et adoré deux de ses romans, j’avais envie de parler avec elle de son œuvre, de son parcours et de la littérature jeunesse en général. À la suite de cette interview, grâce à Actes Sud Junior vous pourrez tenter de gagner un de ses très bons romans, Un jour j’irais chercher mon prince en skate. Ensuite, encore une belle rencontre que je vous propose puisque je partirai en vacances avec Soledad Bravi ! C’est vraiment un beau mercredi, non ?


L’interview du mercredi : Jo Witek

Jo WitekParlez-nous de votre parcours ?
J’ai commencé par le théâtre. Des études d’art dramatique à Paris et à la fac de Nanterre. J’ai été élevée dans la religion catholique et quand j’ai cessé de croire (après une mauvaise rencontre avec une religieuse), le côté sacré de l’art vivant m’a fasciné. J’ai toujours eu besoin de regarder vers le haut ! Je dois avouer que je préférais les répétitions aux représentations. Ce que j’aimais dans le théâtre, c’était la puissance des mots plus que le jeu. Ionesco, Beckett, Tchekhov, Koltès ! Quels auteurs ! Ensuite, j’ai bifurqué vers le cinéma. J’ai écrit des courts, des moyens et des longs métrages (qui eux n’ont pas été réalisés). Je dis souvent que l’écriture « poubelle » du cinéma (car 80 % des projets sont jetés) m’a appris la construction narrative. Le faire, défaire, refaire. J’ai aussi été lectrice de scripts que je devais analyser ou de romans à décortiquer… Un homme formidable, Philippe Dumarçay, scénariste et homme de lettres à qui je rends hommage dans mon roman En un tour de main (sous les traits du Capitaine) m’a conseillé de fuir le cinéma et de foncer vers la littérature. C’est ce que j’ai fait. Je lui dois beaucoup. Entre mon premier ouvrage publié quand j’avais 26 ans et mes débuts en jeunesse, il y a treize ans. Le temps de devenir mère, journaliste, de quitter Paris pour le Sud, d’écrire des romans en littérature générale (non publiés), des nouvelles primées, un Bollywood à la française ou une dramatique pour Culture… Ensuite, un autre homme génial, Michel Piquemal, m’a soutenue et m’a orientée vers la jeunesse. À lui aussi, je dois beaucoup.

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescente ?Mauvaise connexion
Des trucs hyper tristes ! Des tranches de vie comme Moi Christine F. ou des romans sociaux. Zola, Hugo, Mallot étaient mes chouchous. Le premier livre que j’ai lu seule était « Oui-Oui ». J’étais dingue de cet univers sucré. Mais à l’époque, nous n’avions pas trop de choix. J’aimais bien Agatha Christie aussi et un bouquin qui m’a marqué, Les carnets du Major Thomson de Daninos.

Quel est votre regard sur la littérature jeunesse actuelle ?
Multiple. J’aime sa diversité. Je regrette qu’elle soit si peu médiatisée. Il y a vraiment de grands auteurs et illustrateurs estampillés « jeunesse ». N’oublions pas que de nos jours certains ouvrages de Dickens, Daudet, Pagnol, London, Prévert, même Kessel seraient publiés en jeunesse. Les adultes qui ne connaissent pas cette littérature (et ils sont nombreux) ont toujours deux réactions face à « nos petites histoires ». Une sorte de condescendance nunuche « oh, les enfants ont tellement besoin d’histoires (pour eux) » ou au contraire une approche hyper pédagogique « c’est bien de faire passer des messages aux jeunes ». Quel ennui ! Quel dommage ! J’aimerais que la presse soit plus curieuse envers la qualité de certaines œuvres jeunesse et pas uniquement le temps d’un scandale ridicule autour d’un formidable album jeunesse. Claire Franek et Marc Daniau sont des auteurs et illustrateurs engagés. Tous à poil est un texte politique, on a voulu en faire une invitation à la débauche. Quelle honte ! Cet album invite les enfants à réfléchir sur « l’habit social ». Ne sommes-nous pas tous égaux face à la vie, à la mer… et peut-être à la mort ? Un album philosophique qui évidemment dérange les politiciens qui ne souhaitent pas que le PDG soit lui aussi nu (y aurait-il des hommes comme les autres derrière les costumes de grands patrons ? Une sensibilité ?). Je regrette que le débat n’ait tourné qu’autour de la sexualité, de la vulgarité et non de la nudité de l’être au sens noble.
Bref, il y a comme ailleurs du bon et du mauvais en jeunesse, mais du très bon aussi. De la poésie. De l’élégance. De l’audace ! De l’engagement ! Du grand frisson ! Et beaucoup de lecteurs. Je viens de recevoir le prix Al Terre ado de la Bibliothèque Départementale de Savoie et Haute-Savoie, 1500 ados volontaires, 370 ados dans la salle d’Aix-les-Bains, une passion folle et pas un journaliste pour relayer cela. On dirait que les adultes ont du mal à accepter la jeunesse qui va bien.
En tous cas, pour l’instant, c’est une vraie liberté que d’écrire pour la jeunesse.

Un jour j'irai chercher mon prince en skatePouvez-vous nous dire quelques mots sur un de vos derniers romans Un jour j’irais chercher mon prince en skate ?
1. C’est un roman féministe pour filles et garçons, ados et adultes !
2. Ce n’est pas chiant et j’insiste sur ce point, car les opposants au féminisme ont toujours voulu faire passer ces idées progressistes comme ennuyeuses et les femmes engagées comme des filles « peu sexy ». Donc j’ai voulu un roman drôle, léger et très engagé. Mon héroïne est une vraie fille d’aujourd’hui, qui rêve encore au prince, mais remet sérieusement en question son rôle de princesse-potiche. Elle veut de la romance dans l’action. Vivre libre, et aimer sans se couper les orteils (comme dans le Cendrillon des Grimm) pour rentrer dans les chaussures de bal. Autrement dit, elle refuse les diktats de la mode. Sa marraine très « rock destroy » va l’aider à avancer, comme dans les contes…

Le Ventre de MamanVous avez aussi sorti des albums (la magnifique série avec Christine Roussey), c’est une écriture totalement différente ?
Oui, l’album est un travail à la fois personnel et collectif. J’ai la chance de travailler avec Christine Roussey. Nos univers se marient bien. Pas besoin de nous parler. Ça marche. Elle reçoit les textes et elle sait… Elle me surprend à chaque fois. Notre éditrice Béatrice Decroix nous fait confiance, nous laisse travailler, nous pousse à aller plus loin, nous accompagne. C’est une chance, j’en suis consciente.

Quels sont vos projets ?
Partir en Inde et/ou à New York en famille, mais je n’en ai pas encore les moyens !
Sinon…
Pour les sorties en librairie, un quatrième album justement avec Christine Ma boîte à petits bonheurs en mai. Suivra un nouveau thriller chez Actes Sud Junior Un hiver en enfer qui paraît-il est « glaçant », il faut dire que je me suis fait peur en l’écrivant. C’est sur un lien mère-fils plutôt très tendu. Enfin à l’automne, un documentaire auquel je tiens beaucoup et que j’ai coécrit avec Philippe Godard 50 histoires de femmes des XXes et XXIe siècle.
Et puis pour ne pas rouiller, j’ai commencé un nouveau roman, un texte témoignage comme Mauvaise connexion, sur la grossesse non désirée d’une collégienne qui choisit d’avorter.

Bibliographie :

Concours
Comme je vous le disais juste avant cette interview, grâce à Actes Sud Junior, je vais pouvoir offrir à l’un de vous un exemplaire du roman Un jour j’irais chercher mon prince en skate qui a fait partie de nos coups de cœur et que l’on avait chroniqué ici ! Pour participer au tirage au sort dites-moi en commentaire quel est le roman qui a marqué votre adolescence. Vous avez jusqu’à mardi 10 h ! Bonne chance à tous !


En vacances avec… Soledad Bravi

Régulièrement, je pars en vacances avec un artiste (je sais vous m’enviez). Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais moi j’adore partir comme ça avec quelqu’un, on apprend à le connaître notamment par rapport à ses goûts… cet artiste va donc profiter de ce voyage pour me faire découvrir des choses. On emporte ce qu’il veut me faire découvrir. On ne se charge pas trop… 5 de chaque ! 5 albums jeunesse, 5 romans, 5 DVD, 5 CD, sur la route on parlera aussi de 5 artistes qu’il veut me présenter et c’est lui qui choisit où l’on va… 5 destinations de son choix. Cette fois-ci, c’est Soledad Bravi qui s’y colle, merci à elle !
Allez en route !

5 albums jeunesse

  • crictorFrédéric de Leo Lionni
  • La toute petite dame de Byron Barton
  • Conte n° 1 de Ionesco
  • Crictor de Tomi Ungerer
  • La chenille qui fait des trous d’Éric Carle

5 romans

  • Gone baby gone de Denis LehaneWater Music de T. C. Boyle
  • Seul à Berlin d’Hans Fallada
  • Le cavalier suédois de Leo Perutz
  • Au sud de la frontière de Murakami
  • Gone baby gone de Denis Lehane

5 DVD

  •  Les enchaînés d’Alfred HitchcockLe livre de la jungle de Walt Disney
  • Pandora d’Albert Lewin
  • Les enchaînés d’Alfred Hitchcock
  • The Chaster de Hong-jin Na
  • The Wire de David Simon

5 CD

  • Cure, Boys don't cryGorillaz, Demon days
  • les Dandy Warhols, Welcome to the monkey house
  • les Cure, Boys don’t cry
  • Bach, Clavier bien tempéré
  • Chromatics, Night drive

5 artistes

  • Van DyckJulian Opie
  • Van Dyck
  • Ingres
  • Velasquez
  • Botticelli

5 lieux

  • New York, pont de Brooklyn, sur les quais dessous, un jour de pluie
  • Ipanema, poste 9, 18 h, avec une noix de coco bien fraîche
  • Kyoto, chemin de philosophie, à faire en vélo
  • Florence, Musée des offices, la fenêtre d’où l’on voit le Rialto
  • Paris, pont des Arts, avec des tenailles pour couper les horribles cadenas

©E.Caupeil

Soledad Bravi est auteur et illustratrice.

Bibliographie sélective :

Retrouvez Soledad Bravi sur son site : http://www.blogdesoledadbravi.com.

La musique adoucit les mioches

Une petite chronique musicale, ça faisait longtemps !

Henri Godon - Chansons pour toutes sortes d'enfantsOn commence par un gros coup de cœur. Un album découvert dans l’émission Écoute, il y a un éléphant dans le jardin qui nous a fait danser dans l’appartement ! Henri Godon et ses Chansons pour toutes sortes d’enfants nous colle un sourire (et je dirai même la patate) qui fait du bien ! Difficile de ne pas remuer en écoutant ce Québécois, on reprend les refrains, ça met l’ambiance ! On y joue à cachette dans l’bois, on s’y donne rendez-vous à la disco du vendredi, on y demande à tout le monde comment on fait les bébés (et la réponse sera toujours la même… Dim dade de lide lam…), on s’y fait peur à Halloween, on y parle du trafic routier incroyable à la campagne, de la musique qui rythme notre vie, d’une fête sans les parents (une chanson qui devrait faire remonter quelques émotions aux parents), d’un marché où l’on achète des instruments, de vacances pluvieuses, de quand la neige empêche d’aller à l’école, des toutes sortes de monde qu’il faut pour faire un monde, des enfants qui ont toutte et qui ne savent quand même pas savoir quoi faire… Bref, vous l’aurez compris, Henri Godon nous parle de sujets qu’on connaît bien. Beaucoup d’humour, de poésie, de délicatesse… Avec de jolis messages (mais pas niaiseux). Henri Godon c’est certainement ma meilleure découverte musicale de cette année, un album qui va nous accompagner longtemps, sur la route des vacances, ou ailleurs !
Écoutez des extraits sur le site d’Henri Godon.

Comptines de roses et de SafranÇa sent bon les épices quand on écoute Comptines de rose & de safran, le grand livre CD de la collection Comptines du monde chez Didier Jeunesse sur l’Inde, le Pakistan et le Sri Lanka. Des musiques douces, d’autres entraînantes, des musiques typiquement indiennes, des airs bien connus (comme par exemple une version Tamoul de Frère Jacques), on est bercé, on a envie de danser et surtout on prend beaucoup de plaisir. Comme toujours dans cette collection on va retrouver, pour chaque chanson les paroles et leur traduction et un petit texte explicatif sur l’origine, l’histoire ou encore la signification du morceau. Dans l’introduction, on en saura plus sur les langues, sur les transcriptions. À signaler aussi que le livre est magnifiquement illustré par Aurélia Fronty, et c’est un régal ! Un superbe livre-CD avec des musiques venues d’Inde, du Pakistan et du Sri Lanka pour les enfants… mais aussi pour les adultes sans enfants.
Extraits du livre et du CD sur le site de Didier Jeunesse.

Gibus Tam-Tam dans la brousseUn crapaud pas beau, une sauterelle qui s’en va au loin, un éléphant somnambule, un zèbre qui est noir rayé de blanc ou blanc rayé de noir… peu importe et bien d’autres animaux nous accompagnent dans Tam-Tam dans la Brousse. Sorti dans une toute nouvelle collection de chez Didier Jeunesse, Zim Zim Carillon, le livre-disque signé Gibus, Tam-Tam dans la brousse, nous transporte en Afrique. En français, en lingala ou en créole, les rythmes entraînent les petits (3-6 ans d’après l’éditeur, mais je dirai que même avant ça fonctionne bien), leur donnent envie de danser au son des nombreux instruments, de reprendre les refrains. Un disque très rythmé, un livre très coloré (grâce aux belles illustrations de Charles Dutertre) pour bouger son corps… et pourquoi pas réviser son lingala !
Extraits du livre et du CD sur le site de Didier Jeunesse.

David Sire Niet Popov !Le nouveau David Sire s’appelle Niet Popov ! On y parle d’interdiction (qui fait que ça nous démange), des « oh ! », de la société de consommation, d’un personnage qui traîne des pieds en soupirant et qui s’appelle Bof, des beurk qu’on lance en voyant les horreurs du monde, des jours où l’on est scrogneugneu, de l’impératif qui fait répondre non, de la gourmandise, d’un personnage appelé Couic qu’il vaut mieux ne pas importuner, des boulettes qui nous font faire oups et des jours de grisaille qui nous donnent envie de dire Aïe ! bref vous l’aurez compris, dans son nouvel album, David Sire joue avec les onomatopées ! J’avais découvert ce chanteur avec le génial L’Arpenteur puis avec son spectacle Filopat & Cie qu’on avait adoré, donc je suis ravi de le retrouver ! Un nouvel album poétique, qui joue avec les mots, les sons où l’on aborde des tas de sujets. Des chansons qui font réfléchir, d’autres qui nous restent en tête et qu’on a envie de chanter avec les enfants. Et en plus, le livre est illustré par la géniale Magali Le Huche ! David Sire a vraiment son univers… et l’on est heureux d’y retourner !
À noter que l’album est sorti aussi en disque simple, sans livre.
Extraits du livre et du CD sur le site des Éditions des Braques.

David Sire C'est de familleLes éditions des Braques, qui éditent Niet Popov ! ont la très bonne idée de rééditer un précédent David Sire qui était épuisé : C’est de famille ! Illustré ici aussi par Magali Le Huche (les illustrations restent les mêmes que dans la précédente édition, la maquette a juste été un peu modifiée dans les premières et dernières pages). Un album qu’on a beaucoup écouté ici et qu’on est heureux de pouvoir à nouveau conseiller. Ici, on croise des enfants qui se faufilent sous la table pour les pieds (ou pour épier), on parle d’un père qui se moque d’avoir de gros biscotos, des gens qui ont de drôles de noms, des dédales que sont les arbres généalogiques, d’être puni, d’un grand-père qui pépie, des sœurs qui font tourner en bourrique, d’une famille un peu distraite, des parents qui se séparent (Y’a plus d’amour sous notre toit, Mon cœur est tout pantois, maman qui crie, papa qui part, mes parents se séparent), les familles recomposées, d’un cousin qui est un peu remuant, d’une mamie qu’on a mise dans une boîte, d’un petit dernier qui ne voulait plus être traité de petit dernier et même de savoir qui a pété dans la voiture bondée ! Bref ici c’est parfois grave… mais on rigole bien aussi ! Comme la vie en famille, non ?
Extraits du livre et du CD sur le site des Éditions des Braques.

La musique en chantantInitions-nous à la musique maintenant ! Grâce à Morgane et Cie et Naïve, on va faire des échauffements de voix puis nous voilà lancés ! On chante les notes, on différencie le grave de l’aigu, on apprend le tempo, on va faire des sons avec notre voix grâce aux onomatopées, on va se familiariser avec les rimes, développer notre oreille interne, maîtriser notre souffle, chanter crescendo, assouplir notre voix, faire des percussions corporelles, chanter en canon… Grâce à des chansons connues (Frère Jacques, Alouette, gentille alouette…) et à des créations, les enfants vont découvrir la musique en chantant. Les chansons sont agréables à entendre, à reprendre et pour chacune d’entre elles, on trouve dans le livret une petite explication sur son intérêt pour l’initiation musicale. Le genre d’album qu’on adore utiliser avec les petits, une vraie réussite !
Un extrait en ligne.

Comptines pour mon bébéOn termine par des livres pour les plus petits et l’on commence avec Comptines pour mon bébé illustré par Cécile Hudrisier, qu’on adore. D’abord on ouvre les yeux, puis on se lève, on prend le petit déjeuner et nous voilà en train de faire les petites marionnettes ! Dans ce nouveau livre de la collection Éveil Musical de chez Didier Jeunesse on va retrouver des chansons à doigts (avec des indications) et des petites comptines. Chansons connues (Bateau sur l’eau, Ainsi font font font, Les petits poissons dans l’eau…) côtoient des chansons que l’on va découvrir. Au niveau des interprètes, on retrouve notre pétillante Natalie Tual, Pierre Amiot ou encore Yves Prual et des chœurs d’enfants. C’est doux à écouter pour les tout-petits (en plus, ils ont un livre tout cartonné qu’ils peuvent manipuler) et pas désagréable pour les parents, bref on aime beaucoup cette collection et ce nouvel opus nous ravit !
Extraits du livre et du CD sur le site de Didier Jeunesse.

Les instruments du monde vol 2On termine par deux livres sans CD, mais dans lesquels la musique est quand même présente. Tout d’abord, on va se familiariser avec les instruments du monde. On vous avait déjà parlé du premier livre de cette série, revoici donc six nouveaux instruments illustrés par Marion Billet avec une pastille sonore pour écouter quel son il produit. Guitare hawaiienne, violon chinois, cornemuse, harmonica, bongos et guitare flamenca sont joués par des animaux typiques du pays d’où ils viennent. L’enfant appuie donc pour entendre le son. Un petit curseur caché en fin d’ouvrage permet « d’éteindre » le livre et économiser les piles. Et les sons sont plutôt agréables !

les oiseaux exotiquesOn quitte la musique, mais comme c’est aussi un livre de la collection Mes petits imagiers sonores, c’était dommage de vous parler de Les instruments du monde vol.2 sans vous parler de celui-ci ! Les oiseaux exotiques propose, comme son titre l’indique, de partir à la rencontre du martin-pêcheur géant, du loriquet arc-en-ciel, du toucan, du manchot royal et du flamant rose. Ici aussi, en touchant la pastille l’enfant déclenche un son (et là encore, on trouve un bouton off !). C’est également Marion Billet qui habille de ses illustrations colorées ce petit livre cartonné. Deux ouvrages qui vont vraiment plaire aux petits.

Quelques pas de plus…
Nous chroniquons régulièrement des CD, par exemple ici, , ici ou encore .

Précision : pour cette chronique j’ai trouvé que les picto âge avaient encore moins d’importance que d’habitude, j’ai juste laissé le têtard quand les livres sont manipulables par les tout-petits.

Chansons pour toutes sortes d’enfants
Texte de Henri Godon
Victorie Music
Autour de 15€ pour le disque et de 10€ pour le format numérique, 35 min. env.
Comptines de Roses & Safran
Collectées par Chantal Grosléziat, réalisation musicale de Jean-Christophe Hoarau, illustrés par Aurélia Fronty
Didier Jeunesse dans la collection Comptines du monde
23,80 €, 270×275 mm, 58 pages, 55 min. env., imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2012.
Tam-Tam dans la brousse
de Gibus, illustré par Charles Dutertre
Didier Jeunesse dans la collection Zim Zim Carillon
14,90 €, 215×217 mm, 32 pages, 32 min. env., imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Niet Popov !
de David Sire, illustré par Magali Le Huche
Les éditions des Braques dans la collection Un livre – Un CD
18,30 €, 213×214 mm, 36 pages, 59 min. env., imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Niet Popov !
de David Sire
Les éditions des Braques
Autour de 15€ pour le disque et de 10€ pour le format numérique, 59 min. env.
C’est de famille !
de David Sire, illustré par Magali Le Huche
Les éditions des Braques dans la collection Un livre – Un CD
18,30 €, 213×214 mm, 36 pages, 74 min. env., imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
La musique en chantant
de Morgane et Cie
Naïve dans la collection Les petits indispensables des tout-petits
Autour de 10 €, 32 min. env.
Comptines pour mon bébé
Illustrées par Cécile Hudrisier
Didier Jeunesse dans la collection Éveil musical
12,90 €, 160×160 mm, 26 pages, 13 min. env., imprimé en Chine, 2014.
Les instruments du monde vol. 2
Musiques de Paule du Bouchet, illustré par Marion Billet
Gallimard Jeunesse dans la collection Mes petits imagiers sonores
10,10 €, 150×150 mm, 14 pages, imprimé en Chine, 2014
Les oiseaux exotiques
Musiques de Paule du Bouchet, illustré par Marion Billet
Gallimard Jeunesse dans la collection Mes petits imagiers sonores
10,10 €, 150×150 mm, 14 pages, imprimé en Chine, 2014

À part ça ?

La Petite Salamandre 93Le nouveau numéro de La petite salamandre est sorti et cette fois-ci on a rendez-vous avec l’escargot ! On va en apprendre sur ce charmant (si si) petit animal ! Par exemple qu’il peut tirer un poids de 4 kilos (ce qui équivaudrait pour nous à tirer un chariot avec deux éléphants !), que son accouplement peut durer plusieurs jours et que, quand les œufs éclosent, l’une des nourritures des nouveau-nés ce sont les petit-e-s frères/sœurs moins rapides ! En plus de ce dossier sur les escargots (qui est complété par une idée d’activité avec des coquilles, une recette de gâteau et un jeu plein d’humour), on va en savoir plus sur le sonneur à ventre jaune, apprendre à différencier le pissenlit du tussilage, jouer avec les rapaces, retrouver l’extraterrestre Klignopo le temps d’une BD, avoir des conseils en matière d’écran de la part de Myrtille, lire une histoire… Bref encore un super numéro de La petite Salamandre, la revue des enfants curieux de nature.
Feuilletez ce numéro en ligne et abonnez-vous ici.

Gabriel

Bon anniversaire !

En ce moment, on fête des anniversaires ! Vous avez remarqué ? Oui, je sais il y en a toute l’année, mais vous n’avez pas remarqué qu’il y en a plus autour d’avril ? Quand je travaillais dans un magasin de jouets, c’était la période pendant laquelle on mettait le plus en avant tout ce qui concernait les organisations d’anniversaires. Visiblement, ça aurait un lien avec l’été, neuf mois avant (période où l’on a plus de temps, on est plus détendu). Bref, après avoir fêté l’anniversaire de Maman Baobab puis celui de Marianne, en attendant de fêter le mien puis celui de ma fille aînée… aujourd’hui, on va fêter celui de héros de livres !

Joyeux anniversaire MartinAujourd’hui, c’est un jour particulier pour Martin, c’est son anniversaire ! En attendant ses amis, il gonfle des ballons. Mais bientôt les voilà, les bras chargés de cadeaux que l’ours met tous ensemble pour les ouvrir plus tard, mais les jumeaux Félix et Hugo, ne sont pas patients et ouvrent les cadeaux à la place de Martin… et très vite c’est le bazar ! Ça vire même à la catastrophe quand le bâton sauteur de Martin est cassé… surtout qu’il s’est fait très mal en tombant, cet anniversaire c’est vraiment une horreur !

Je vous avais déjà parlé de Martin (qui nous proposait de lui faire un gros câlin), le revoici donc dans une nouvelle aventure. Même si j’avoue ne pas être très fan de ses albums, ce gros ours plaît généralement aux enfants et ici on parle d’entraide, de pardonner, d’amitié. Des thèmes importants dans la littérature jeunesse. Un grand livre avec pour héros un personnage mignon.

Canaille fête son anniversaireCanaille fête son anniversaire. Il s’est déguisé en pirate, Tortillon en chevalier et Cannelle en princesse. Après avoir soufflé ses cinq bougies, Canaille ouvre ses cadeaux et il découvre un ballon de foot ! Super, ils vont pouvoir jouer… sauf que Cannelle n’aime pas le foot !

J’aime beaucoup Canaille, le petit héros de Jean Leroy et Émile Jadoul, mais j’avoue avoir trouvé celui-là un peu… Canaille déguisé en pirate et son copain en chevalier pendant que sa petite sœur est déguisée en princesse, les garçons qui aiment le foot, mais pas les filles qui préfèrent la dînette… on est loin des livres anti-sexistes ! Si ce genre de cliché ne vous dérange pas, vous serez ravis de retrouver un petit héros qu’on aime beaucoup.

Oops et Ohlala fêtent un anniversaireOh aujourd’hui c’est l’anniversaire de Tom ! Oops et Ohlala sont bien décidés à ne pas rater ça ! Faut acheter un cadeau, l’emballer (pas facile de manipuler du scotch !), on fait un gâteau et l’on y met des bougies puis on se déguise et en route pour chez Tom ! Il va être bien surpris ! Ça… Oops et Ohlala ne savent pas à quel point !

Il y a deux jours, je vous parlais déjà d’eux, revoici donc le petit panda et le petit koala un peu maladroits. Ici, donc ils vont faire une sacrée surprise pour l’anniversaire de leur copain Tom sauf que… avec Oops et Ohlala, ça ne se passe pas toujours comme prévu ! Beaucoup d’humour, des illustrations colorées pour un des (le ?) meilleurs épisodes de la collection.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres de David Melling (Un énorme câlin pour Martin !), Jean Leroy (Un jeune loup bien éduquéAnokiCanaille a oublié son doudou, Canaille ne veut pas aller à l’école, Canaille va chez le docteur, Canaille n’aime pas la soupe et Si j’étais un oiseau…), Émile Jadoul (Ça sent bon la mamanComme un secretCanaille a oublié son doudouCanaille ne veut pas aller à l’école, Canaille va chez le docteurCanaille n’aime pas la soupeMon bonnetLes mains de papaA l’eau, Hourra, AglaglaTout le monde y va, Gros pipiA la douche et A la folie), Mellow (Oops et Ohlala mangent comme des grandsOops et Ohlala prennent un bainPlay with Oops & Ohlala – Celebrations / Les fêtes) et Amélie Graux (Oops et Ohlala mangent comme des grandsOops et Ohlala prennent un bain, Comptines des papas, 9 mois pour attendre un petit frère ou une petite sœur et Play with Oops & Ohlala – Celebrations / Les fêtes).

Joyeux anniversaire, Martin !
de David Melling (traduit par Anne Delcourt)
Larousse
12,90 €, 265×270 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2014.
Canaille fête son anniversaire
Texte de Jean Leroy, illustré par Émile Jadoul
Casterman dans la collection Canaille
5,50 €, 180×180 mm,24 pages, imprimé en Chine, 2013.
Oops et Ohlala fête un anniversaire
Texte de Mellow, illustré par Amélie Graux
Talents Hauts dans la collection La petite vie de Oops & Ohlala
5,80 €, 157×157 mm, 20 pages, imprimé en Chine, 2013.

À part ça ?

Cram Cram 25Le nouveau numéro de notre revue préférée est sorti ! Quoi ? Vous ne savez pas quelle est notre revue préférée ? Mais c’est Cram Cram ! Le magazine jeunesse qui voyage ! Et cette fois-ci, c’est aux Galapagos qu’on se rend, grâce à la famille Akili. On va rencontrer les animaux (qui vivent en harmonie avec les hommes, ou plutôt l’inverse) et découvrir des paysages somptueux. Ensuite, on retrouve les rendez-vous actuels : les trucs et astuces et les blagues, L’animal du mois (la tortue géante), La grande histoire (ici il est question d’Oro qui veut trouver la pierre de vie et de mort), Le jouet de grand-père Daniel (la noix-tortue dont il nous raconte l’histoire puis nous explique comment la fabriquer), La boîte à idées (où l’on va se servir d’une bouteille comme pot puis peindre sans peinture… grâce à une feuille), La recette écolo de Miss Foldingo (les tortues au chocolat, une recette québécoise) et la Cram Cram Encyclo ! Encore un super numéro de Cram Cram ! en grande partie illustré par Lucie Riolland (Les deux géants) !
Commander ce numéro de Cram Cram ! (ou d’autres) ou même s’abonner : http://www.cramcram.fr.

Gabriel

À taaaaaable !

Et si l’on mangeait ?

le gros goûter Invitation : Le gros goûter, près du petit lac à 16 heures. Autant vous dire que tout le monde s’y précipite ! Enfin… à son rythme… Pendant que Lapin va bondissant, Renard va courant, Sanglier caracole, Ours déboule, et la tortue Nana, elle, avance à petits pas. En passant tout le monde rigole, si elle est aussi lente, il ne restera rien pour elle ! Mais Nana les rassure il lui restera assez de ce qu’elle préfère…

Stéphane Servant et Cécile Bonbon, auteur et illustratrice du génial Le machin, reforment donc leur duo pour un nouveau conte en randonnée. Répétitions (comme les enfants aiment), humour décalé (à la Stéphane Servant), illustrations (magnifiques) faites de tissu, de laine et de coton, suspense intenable (mais qu’est-ce qu’elle aime cette tortue à la fin !)… ici, on se régale ! La double chute finale est complètement inattendue… et irrésistible ! Un conte (un brin cruel) qui va beaucoup faire ricaner nos amateurs d’histoires décalées.
Le même vu par Œil d’ailleurs et des extraits des planches sur le (super) site de Didier Jeunesse.

Oops et Ohlala mangent comme des grandsOops et Ohlala ont faim ! Il faut passer à table. Mais d’abord, on met le couvert ! Qu’est-ce qu’on mange ? Oh miam de la purée et des saucisses ! En plus on peut s’amuser à faire un volcan avec la purée. Et en dessert ? De la mousse au chocolat ! Bon maintenant il faut débarrasser. Oh attention ! Oups… oh là là…

On vous a déjà parlé plusieurs fois de ces deux personnages sympathiques à destination des plus jeunes (avec des livres aux feuilles plastifiées pour résister aux mains trop brutales). On adore leurs aventures qui sont parfaitement adaptées aux tout-petits, ils reconnaissent là leur quotidien et les illustrations aux forts contrastes sont parfaites pour eux. Ici, il est donc question de manger… et de mettre la table et de la débarrasser (et tant pis si l’on est un peu maladroit). Des petits héros qu’on aime dans une histoire pleine d’humour.

Un repas chez les lapins de PâquesGabin le lutin est invité avec sa cousine Amélia la gentille sorcière à fêter Pâques chez ses voisins les lapins. Au menu : carottes râpées ! Mais Gabin a une idée… il n’y aura pas que ça à manger !

Un album plutôt sympathique aux couleurs pastelles pour parler des œufs de Pâques (c’est le moment !). Même si j’ai personnellement trouvé l’histoire trop complexe, les enfants aimeront retrouver ici le genre de personnages qu’ils adorent (lapins, gentille sorcière, lutin…). En fin d’ouvrage, on retrouve même la recette des œufs de Pâques.
Le même vu par Délivrer des livres et une bande annonce.

Arthur est allergique et alors ?Quand sa maman l’accompagne à l’école, Arthur a toujours avec lui son panier-repas. Il faut dire qu’il est allergique, il ne doit pas manger comme les autres ! Rien de très grave, il faut juste s’organiser. Confier le panier-repas en arrivant, qu’il soit conservé jusqu’à l’heure du déjeuner, ne pas manger dans l’assiette des copains.

Pas de gros coup de cœur ici non plus, comme pour le précédent, mais voilà un livre qui a au moins le mérite d’exister ! On dédramatise ici les PAI (Projet d’Accueil Individualisé). C’est une situation quotidienne, présente dans à peu près toutes les classes… et pourtant (à ma connaissance) aucun livre pour les enfants n’en parle ! C’est vraiment le genre d’ouvrage dont on applaudit la sortie ! Il aurait peut-être mérité d’autres illustrations… Mais c’est un avis personnel. Un album sur les allergies alimentaires et l’école, avec même des recettes en bonus !
Un site sur le livre : http://www.arthurallergique.com.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Stéphane Servant (Nos beaux doudous, Boucle d’ours, Le machin, Le crafougna et Le masque), Cécile Bonbon (Le machin), Mellow (Oops et Ohlala prennent un bainPlay with Oops & Ohlala – Celebrations / Les fêtes), Amélie Graux (Oops et Ohlala prennent un bain, Comptines des papas, 9 mois pour attendre un petit frère ou une petite sœur et Play with Oops & Ohlala – Celebrations / Les fêtes) et Camille Piantanida (L’étoile de pépé).

Le gros goûter
Texte de Stéphane Servant, illustré par Cécile Bonbon
Didier Jeunesse
12,50 €, 234×250 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Oops et Ohlala mangent comme des grands
Texte de Mellow, illustré par Amélie Graux
Talents Hauts dans la collection La petite vie de Oops & Ohlala
5,80 €, 157×157 mm, 18 pages, imprimé en Chine, 2013.
Un repas chez les lapins de Pâques
Texte de Carine Foulon, illustré par Élise Catros
La Palissade
12,50 €, 245×250 mm, 24 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Arthur est allergique, et alors ?
Texte de Marie-Constance Mallard, illustré par Camille Piantanida
Libre Label dans la collection Petit Label
12 €, 210×145 mm, 32 pages, lieu d’impression non indiqué, 2014.

À part ça ?

Mily Miss QuestionMily c’est Miss Question. L’amour, le « beau », la mort, la normalité… Mily s’interroge. Son chien Pop (qui parle) l’accompagne dans ses aventures, on croise aussi son frère qui se prend pour une rock star, sa petite sœur qui l’horripile parfois, Masséo le sportif qui se la pète un peu, le sage Dan, la copine Juliette, Gaspard (dont Mily est un peu amoureuse…) et plein d’autres personnages. Dans cette série où la philo est expliquée à hauteur d’enfant, on combat aussi les clichés sexistes. Des décors réels avec des personnages animés, un résultat plutôt esthétique et surtout très intéressant. Chaque fois, ça se termine par une question, pour amener l’enfant à réfléchir. Un double DVD vient de sortir (avec 40 épisodes de 7 minutes) mais on peut aussi retrouver Mily Miss Question sur France 5.
Mily Miss Question, double DVD (40 épisodes de 7 minutes), autour de 15 €, Francetv distribution.

Un épisode :

Gabriel