La mare aux mots
Parcourir le tag

Jean-Philippe Arrou-Vignod

Du berger à la bergère : Christophe Mauri et Jean-Philippe Arrou-Vignod

Par 29 août 2018 Les invités du mercredi

Cet été encore, on vous a proposé à nouveau la rubrique du berger à la bergère tous les mercredis. Cette rubrique vous avait tellement plu les deux derniers étés, nous nous devions de la reprendre (il faut dire qu’à nous aussi elle plaît beaucoup) ! Donc tous les mercredis jusqu’à celui-ci, ce sont des auteur·trice·s et des illustrateur·trice·s qui ont posé trois questions à un·e auteur·trice ou un·e illustrateur·trice de leur choix. Puis c’est l’interviewé·e qui en a posé trois à son tour à son intervieweur·euse d’un jour. Après Rémi Courgeon et Albertine, Martin Page et Éric Pessan, Alexandre Chardin et Lucie Pierrat-Pajot, Franck Prévot et Hélène Delbart, Jonathan Garnier et Mélanie Allag, Cathy Ytak et Jo Witek, Magdalena Guirao-Jullien et Susie Morgenstern on termine ces mercredis de l’été avec Christophe Mauri qui a choisi de poser des questions à Jean-Philippe Arrou-Vignod.

Christophe Mauri : J’ai toujours pensé, en regardant Blanche Neige, que c’était une prouesse technique de gérer sept nains qui se ressemblent tous. Dans ta famille aux petits oignons, il y a six frères qui, non contents de vivre sous le même toit, s’appellent tous Jean-Quelque-Chose, de Jean A à Jean F. Comment fais-tu pour faire exister chacun d’eux ?
Jean-Philippe Arrou-Vignod : C’était en effet un pari que de mettre en scène six frères, tous prénommés Jean-Quelque-chose, sans que le lecteur s’y perde. Les classer par ordre alphabétique m’a paru à la fois drôle et efficace pour situer les membres de la fratrie, des plus grands aux plus petits. Un jeu de mots sur le prénom de chacun met en avant un trait de caractère distinctif : Jean-A., c’est Jean-Ai-marre, le frère aîné râleur, Jean-C. devient Jean-Sais-rien, le distrait de la famille, etc. Au fond, on retrouve là un peu tes sept nains, avec Atchoum, Prof ou Grincheux… Chacun des frères a son indicatif, ses tics de langage et de comportement. Et les retrouver inchangés, livre après livre, participe un peu, je crois, du plaisir de la lecture.

Christophe Mauri : Dans ton conte Le prince Sauvage et la renarde, une renarde est au chevet d’un prince prisonnier de l’un de ses propres pièges à loup. Longtemps, j’ai pensé que la renarde finirait par le délivrer. Pourquoi as-tu choisi que le prince se défasse lui-même de ses chaînes ?
Jean-Philippe Arrou-Vignod : Mon prince Sauvage a été élevé comme un enfant roi, un petit prédateur habitué à piller, à détruire et à tuer, qui considère le monde qui l’entoure comme son terrain de chasse. Pris dans un piège qu’il a lui-même posé, contraint à l’immobilité, il va apprendre au contact d’une renarde à voir le monde autrement, à en découvrir la beauté et à s’émerveiller du miracle de la vie. Amaigri par le jeûne, il peut enfin se libérer de la mâchoire d’acier qui le cloue au sol. C’est bien évidemment une métaphore du chemin intérieur qu’il a parcouru, se délestant peu à peu de sa morgue, de sa violence et de son goût du sang. Il me semble que le sens du conte aurait été moins fort si la renarde l’avait elle-même libéré par quelque formule magique.

Christophe Mauri : Suis-tu certains rituels avant d’écrire ?
Jean-Philippe Arrou-Vignod : Mon premier rituel est lié au lieu où j’écris : impossible de commencer un roman ailleurs que chez moi, à ma table de travail habituelle. C’est là que j’ai toujours écrit, là que je me sens dans mon élément pour m’enfoncer dans mon imagination librement. Je pourrais poursuivre ailleurs, si nécessaire, mais pas lancer un livre, opération compliquée, qui me demande de me sentir en confort.
Le deuxième rituel consiste à formater ma page sur l’ordi afin qu’elle ressemble au maximum à ce que sera la page imprimée. J’en ai besoin pour juger à mesure de ce que j’écris, et que le premier jet ne ressemble pas à un brouillon échevelé et décourageant à la relecture.

Jean-Philippe Arrou-Vignod : Les héros de tes différents livres, Peter Pan, Poucet et même Mathieu Hidalf, pour lequel tu revendiques l’héritage de Harry Potter, semblent venir tout droit de ta bibliothèque idéale. Écrire, pour toi, est-ce revisiter le territoire féérique de tes lectures d’enfance ?
Christophe Mauri : Je crois qu’il s’agit moins d’un bonheur à revisiter les univers de mon enfance, qu’un besoin de m’appuyer sur les récits qui m’ont fait aimer la lecture. Ma plus grande source de motivation pour écrire est ma bibliothèque. Quand je doute, ou que la passion bute sur les obstacles, je me tourne vers les livres que j’aime. Mais je crois que le moment est venu de me détacher, au moins pour un temps, de cette bibliothèque idéale. Le roman jeunesse que je viens de commencer ne lui ressemble pas, et j’en suis très heureux !

Jean-Philippe Arrou-Vignod : Quand tu commences un roman, as-tu en tête l’intégralité de ton histoire, un plan, peut-être ? Ou, au contraire, découvres-tu ton histoire à mesure, en l’écrivant ?
Christophe Mauri : Je me situe entre ces deux modèles. J’envisage un plan assis dans un fauteuil, mais écrire, c’est être sur le terrain. Et le terrain l’emporte toujours sur les idées. J’imagine que c’est un peu comme annoter une carte à la veille de traverser la jungle. Une fois qu’on est dans la jungle, on met de côté le planning idéal pour se confronter aux réalités. Je passe mon temps à rebrousser chemin, à errer aux carrefours et à emprunter des voies de traverses.

Jean-Philippe Arrou-Vignod : Te sens-tu à l’étroit dans le champ de la littérature jeunesse ? Aspires-tu à écrire un jour pour les adultes ?
Christophe Mauri : S’il m’arrivait de me sentir à l’étroit, je crois qu’il me suffirait d’ouvrir un roman de Roald Dahl ou d’un autre pour me dire : « Comment puis-je me sentir à l’étroit dans un monde où l’on a écrit James et la grosse pêche ? » C’est un retour à la bibliothèque idéale. Si j’écris pour les adultes, ce sera parce qu’une envie impérieuse imposera un projet. Je serais ravi que cela arrive un jour !

Bibliographie sélective de Jean-Philippe Arrou-Vignod :

  • Série Histoires des Jean-Quelque-chose, romans, Gallimard Jeunesse (2000-2018), que nous avons chroniqué ici et .
  • Le prince Sauvage et la renarde, album illustré par Jean-Claude Götting, Gallimard Jeunesse (2017), que nous avons chroniqué ici.
  • Vous écrivez ? Le roman de l’écriture, essai adulte, Gallimard (2017).
  • Série Rita et Machin, albums illustrés par Olivier Tallec, Gallimard Jeunesse (2006-2016), que nous avons chroniqué ici, et ici.
  • Mimsy Pocket et les enfants sans nom, roman, Gallimard Jeunesse (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • Série Enquête au collège, romans, Gallimard Jeunesse (1989-2012), que nous avons chroniqué ici, et ici.
  • Magnus Million, roman, Gallimard Jeunesse (2011).
  • Louise titi, album illustré par Soledad Bravi, Gallimard Jeunesse (2004), que nous avons chroniqué ici.
  • L’invité des CE2, roman illustré par Estelle Meyrand, Gallimard Jeunesse (2002).
  • Agence Pertinax : Filatures en tout genre, roman illustré par Philippe Munch, Gallimard Jeunesse (1996).

Bibliographie de Christophe Mauri :

  • Série La famille royale, romans, Gallimard Jeunesse (2016 – 2018).
  • Série Mathieu Hidalf, romans, Gallimard Jeunesse (2011- 2017), que nous avons chroniqué ici.
  • Les saisons de Peter Pan, illustré par Gwendal Le Bec, Gallimard jeunesse (2017), que nous avons chroniqué ici.
  • Le Petit Poucet c’est moi, album illustré par Marie Caudry, Casterman (2017), que nous avons chroniqué ici.

You Might Also Like

De très beaux albums

Par 21 décembre 2017 Livres Jeunesse

Pour ma dernière chronique de l’année, je vous propose des merveilles. Noël est tout proche, j’ai sélectionné de beaux albums. Cette chronique arrive un peu tard (mais la grande majorité d’entre eux étaient dans le webzine), mais elle vous donnera peut-être des idées de cadeaux de dernière minute ou tout simplement parce que finalement, Noël ce n’est pas forcément toujours le 25 décembre !

La Mésaventure
d’Iwona Chmielewska (traduit par Lydia Waleryszak)
Format
16,90 €, 218×275 mm, 60 pages, imprimé en Pologne, 2016.
Lignes
de Suzy Lee
Les Grandes Personnes
14 €, 215×280 mm, 40 pages, imprimé en Chine, 2017.
Promenons-nous dans les mois
d’IK & SK
Père Castor
15 €, 190×255 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2017.
Giselle
de Charlotte Gastaut, d’après Théophile Gautier et Jules-Henri Vernoy de Saint-Georges
Amaterra
24,50 €, 298×330 mm,44 pages, imprimé en Chine, 2017.
Le prince Sauvage et la renarde
Texte de Jean-Philippe Arrou-Vignod, illustré par Jean-Claude Götting
Gallimard Jeunesse
16 €, 270×333 mm, 48 pages, imprimé en Espagne, 2017.
Mes petites roues
de Sébastien Pelon
Père Castor
14 €, 300×260 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2017.
Le nez de Cyrano
Texte de Géraldine Maincent, d’après Edmond Rostant, illustré par Thomas Baas
Père Castor
14 €, 210×340 mm, 32 pages, imprimé au Portugal, 2017.
Princesse Souris
Texte de France Quatromme, illustré par Violaine Costa
Circonflexe dans la collection Albums Circonflexe
15 €, 265×340 mm, 32 pages, imprimé en Pologne, 2017.
Pleine Neige
d’Antoine Guilloppé
Gautier-Languereau
19,95 €, 298×325 mm, 40 pages, imprimé en Chine, 2017.
Petit jardin de poésie
Textes de Robert Louis Stevenson (traduits par Christian Demilly), illustrés par Ilya Green
Grasset Jeunesse dans la collection La Collection
19,90 €, 242×312 mm, 32 pages, imprimé en Espagne, 2017.
La patience du héron
Texte d’Érik L’Homme, illustré par Lorène Bihorel
Gallimard Jeunesse
15,90 €, 290×200 mm, 48 pages, imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
La Princesse aux mille et une perles
Texte de Ghislaine Roman, illustré par Bertrand Dubois
De La Martinière Jeunesse
16 €, 273×385 mm, 32 pages, imprimé au Portugal, 2017.
Björn et le vaste monde
de Delphine Perret
Les fourmis rouges
12,50 €, 210×150 mm, 64 pages, imprimé en Italie, 2017.
Les Belles
Textes de Fabienne Morel et Gilles Bizouerne, illustré par Charlotte Gastaut, Delphine Jacquot et Peggy Nille
Syros dans la collection le tour du monde d’un conte
21,90 €, 180×229 mm, 286 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
Contes de Grimm
Textes des frères Grimm, illustrés par Arthur Rackham
BNF éditions
29 €, 220×270 mm, 192 pages, imprimé en Belgique, 2017.
Le secret du nom et autres contes
Textes de Muriel Bloch, illustrés par Margaux Othats
Gallimard Jeunesse Giboulées
18 €, 205×265 mm, 128 pages, imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2017.

You Might Also Like

Aventures et humour dans trois romans pour les jeunes lecteur.trice.s

Par 16 mai 2016 Livres Jeunesse

Les trois romans du jour sont destinés aux jeunes enfants qui lisent déjà bien (ou ils peuvent être lus à voix haute par les parents, pour des enfants plus jeunes, ce que j’ai fait personnellement).

Capitaine Triplefesse – tome 1 – À l’abordage
de Fred Paronuzzi
Éditions Thierry Magnier, dans la collection En voiture Simone !
7,20 €, 120×180 mm, 192 pages, imprimé en France, 2015.
Popy la tornade
Texte de Stéphanie Richard, illustré par Joëlle Dreidemy
Sarbacane, dans la collection Pépix
10,90 €, 140×210 mm, 208 pages, imprimé en Italie, 2015.
Enquête au collège – L’intégrale 2
Texte de Jean-Philippe Arrou-Vignod, illustré par Serge Bloch
Gallimard Jeunesse, dans la collection Romans Junior
14,50 €, 140×205 mm, 400 pages, imprimé en Italie, 2013.

You Might Also Like

Frangins, Frangines !

Par 5 avril 2016 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on s’intéresse de près aux frères et sœurs, avec Le petit réparateur d’insectes de Nastasia Rugani et Charline Collette et Une belle brochette de bananes de Jean-Philippe Arrou-Vignod.

Une belle brochette de bananes
Texte de Jean-Philippe Arrou-Vignod, illustré par Dominique Corbasson
Gallimard Jeunesse
12 €, 140×205 mm, 160 pages, imprimé en France, 2016.
Le petit réparateur d’insectes
Texte de Nastasia Rugani, illustré par Charline Collette
l’école des loisirs
8 €, 125×190 mm, 70 pages, imprimé en France, 2016.

You Might Also Like

Dis, tu peux lui demander… ? (Saison 2, 8/9)

Par 19 août 2015 Les invités du mercredi

Cet été, comme l’été dernier, depuis le début de l’été vous pouvez lire, tous les mercredis, une question d’enfant et la réponse d’auteur-e-s, illustrateur-trice-s, éditeur-trice-s… Aujourd’hui, c’est une question de Raphaël, 12 ans : « Comment et pourquoi on décide de faire un tome supplémentaire à une série ? Est-ce que c’est décidé à l’avance ou alors c’est au fur et à mesure ? L’auteur doit-il faire avancer son histoire plus vite ou moins vite si on lui commande des tomes supplémentaires ? ». Les auteur-e-s Jean-Philippe Arrou-Vignod, Muriel Zürcher, Anne Ferrier et Gaël Aymon ont accepté de lui répondre, vous découvrirez, en même temps que lui leurs réponses. Chacune des questions retenues L'Autruche n'a pas la chair de poulefait en plus gagner un ouvrage à l’enfant qui l’a posée. Cette question permet donc à Raphaël d’avoir la chance de recevoir, grâce aux éditions Graine², L’Autruche n’a pas la chair de poule de Muriel Zürcher, un petit roman d’une nouvelle collection sur les émotions. Ici, on va rencontrer Thanaël, un garçon très à cheval sur les règles.


« Comment et pourquoi on décide de faire un tome supplémentaire à une série ? Est-ce que c’est décidé à l’avance ou alors c’est au fur et à mesure ? L’auteur doit-il faire avancer son histoire plus vite ou moins vite si on lui commande des tomes supplémentaires ? » (Raphaël 12 ans)

Jean-Philippe Arrou-Vignod :
J’ai toujours été un grand lecteur de séries. Comme écrivain, j’adore retrouver les mêmes personnages. Mais le risque, lorsqu’on écrit une série, c’est de se répéter. De tourner en rond, inconsciemment, comme quand on voit trop souvent des amis et qu’on finit par se lasser de ces moments qui se ressemblent trop.
Aussi, pour ma série Enquête au collège ou pour celle des Jean-Quelque-chose, je ménage du temps entre chaque épisode. J’attends que mes personnages me manquent pour me lancer dans une autre de leurs aventures. Comme les écrivains n’écrivent que très rarement sur commande, ils sont maîtres de leur emploi du temps et n’ont pas besoin d’enchaîner les épisodes à tout prix.
J’espère, ainsi, que mes lecteurs ne se diront jamais : « J’ai bien aimé les premiers titres de la série, mais les derniers sont moins bien ».

Mimsy Pocket et les enfants sans nomJean-Philippe Arrou-Vignod est l’auteur de la super série Enquêtes au collège (Gallimard Jeunesse). Il vient de sortir Mimsy Pocket et les enfants sans nom (toujours chez Gallimard Jeunesse) et une version CD de son roman Le camembert volant (Gallimard Jeunesse également).

Muriel Zurcher :
Salut Raphaël,
Il y a différentes sortes de séries.
Il existe des séries de livres dans lesquels le lecteur découvre une aventure/une enquête qui se termine à chaque tome. On dit que l’histoire est « bouclée ». Les personnages n’évoluent pas. Ils ont toujours le même âge et le même caractère. On peut lire les livres dans le désordre, ça ne gêne pas. Pour ce genre de série, tu as raison de penser qu’on envisage au fur et à mesure d’écrire des tomes… tant que l’auteur a envie, que le lecteur est au rendez-vous et qu’un éditeur est partant pour les publier.
À l’inverse, il existe des séries de livres dont chaque tome est la suite du précédent, comme si on avait découpé l’histoire en tranches parce qu’elle ne rentrait pas dans un seul livre. Dans ces séries « feuilletonnantes », les personnages évoluent en même temps que l’histoire. Pour ce type de série, tes deux hypothèses sont justes : certains auteurs ne prévoient pas à l’avance le nombre de tomes pour leur histoire : ils écrivent et ils voient ce que ça donne à la fin. D’autres préfèrent structurer leur histoire avec un plan pour savoir où et comment découper leur récit en plusieurs tomes. Mais dans tous les cas, c’est toujours le récit qui est aux commandes ! Il ne s’agit pas d’inventer une histoire qu’on pourrait raconter en un tome et de la délayer jusqu’à avoir plusieurs volumes. Ça ne marcherait pas, parce que le rythme du récit ne serait pas le bon, il serait « forcé », et le lecteur le sentirait.
Entre ces deux types de séries, il y a quantité de séries intermédiaires : la série dont chaque tome raconte une histoire bouclée, mais dont les personnages évoluent d’un tome à l’autre, la série dont chaque tome est bouclé mais qui annonce au départ à quel tome elle s’arrêtera (par exemple au 12e, s’il y a un tome par mois de l’année, ou au 4e s’il y a un tome pas année de collège, etc.), la série qui, à chaque tome, met en avant un des héros secondaires du premier tome, la série qui part explorer le passé du héros, etc. Dans tous les cas, une fois la série démarrée, il est important qu’elle rencontre son lecteur. Car, si après deux ou trois tomes, il n’y a pas assez d’acheteurs, l’éditeur ne sera probablement pas d’accord pour continuer à publier les suivants. S’il s’agit d’épisodes bouclés, ce n’est pas très grave. Par contre, s’il s’agit d’une série « feuilletonnante », le lecteur ne pourra jamais lire la fin… C’est frustrant !

toile de dragonMuriel Zürcher est auteure. Elle alterne les romans et les albums. Côté album elle a sorti récemment Pas tout de suite, bouille ! (Benjamin Médias) et Toile de dragon (Piquier Jeunesse), côté romans, La forêt des totems (Thierry Magnier).
Son site : http://minisites-charte.fr/sites/muriel-zurcher.

Anne Ferrier :
C’est une très très bonne question ! Et la réponse est… ça dépend ! 😉
En général, on décide à l’avance, parce qu’on sait qu’on a envie de faire vivre à notre héros beaucoup trop d’aventures pour un seul tome (ou alors le roman ferait 3854 pages. Au moins !). Alors on planifie son histoire sur plusieurs romans : il y a souvent un fil conducteur, qui va s’échelonner tout au long des différents volumes, et des histoires intermédiaires pour chaque roman. Par exemple, pour ma série Les Compagnons au loup, j’avais très envie de côtoyer mes personnages un long moment, je les aimais beaucoup, et je savais que pour être crédible, l’intrigue principale devait se dérouler en deux parties (mon héroïne recherche son père, car elle a été abandonnée), et il aurait été trop « facile » de lui faire retrouver sa trace aussi rapidement : j’ai donc décidé de construire cette quête en deux volumes.
Parfois, on ne sait pas exactement sur combien de romans on part, mais on sait que nos héros ont le potentiel pour vivre des quantités d’aventures différentes, alors on écrit tant qu’on a des idées et l’envie de vivre avec eux. Parce que quand on écrit, on vit avec ses personnages dans la tête 24 h/24, et au bout d’un moment, ça peut être pesant : c’est que c’est le moment de clore la série, et de passer à un autre univers.
Et tu as raison, parfois c’est l’éditeur qui commande des tomes supplémentaires et l’auteur doit se débrouiller pour que son arc narratif principal (le fil conducteur qui s’étire sur toute la série, que ce soit sauver un pays, retrouver une personne, lutter contre les forces du mal, conquérir sa liberté…) avance plus lentement pour s’étaler sur tous les tomes.

Dernier combatAnne Ferrier vient de sortir, avec Régine Joséphine, une nouvelle aventure des Chroniques étranges des enfants Trotter, Le dernier combat (Oskar) et un album chez Utopique, Mon extra grand frère.
Retrouvez-la sur son site : http://www.anne-ferrier.fr.

Gaël Aymon :
C’est décidé à l’avance. On ne me commande rien. Un de mes seuls privilèges, en tant qu’auteur, c’est ma liberté. C’est moi qui décide si je veux écrire une suite (L’anniversaire à l’envers) parce que j’aimais bien des personnages, ou si une histoire sera mieux en plusieurs tomes (Les héros oubliés) parce que l’idée est assez forte pour être développée sur toute une série. Je sais à l’avance comment une série va finir. Je ne m’embarque pas dans une histoire sans savoir où je vais amener le lecteur.

Les héros oubliésGaël Aymon alterne romans (Le conte des trois flocons, chez Bayard, et Aux portes de l’oubli, chez Actes Sud Junior, viennent de sortir) et albums (Perce-Neige et les trois ogresses, chez Talents Hauts est le dernier en date).
Retrouver ici l’interview que nous avions réalisée de lui.
Le site de Gaël Aymon : http://gaelaymon.com.

You Might Also Like

Secured By miniOrange