La mare aux mots
Parcourir le tag

Frédéric Laurent

Le pique-bœuf et la poule

Par 8 février 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous fais découvrir deux albums. On s’envole d’abord pour l’Afrique avec un petit pique-bœuf teigneux qui terrifie toute la savane et après ça, on file dans un poulailler pour rencontrer Catherine, la poule la plus dépensière que vous pourriez imaginer (imaginez d’abord une poule dépensière peut-être, pour commencer).

Pic-pic est une terreur
de Frédéric Laurent
L’Atelier du poisson soluble
15 €, 180 x 245 mm, 40 pages, imprimé en République tchèque, 2017.
Le Livre où la poule meurt à la fin
Texte de François Blais, illustré par Valérie Boivin
Les 400 coups
13,50 €, 215 x 280 mm, 32 pages, imprimé au Canada, 2017.

You Might Also Like

Ah, l’amour !

Par 16 avril 2015 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous présente deux histoires d’amour, deux coups de cœur !

Attention chantier amoureuxHubert creuse des tunnels. C’est son métier et sa passion. Maud, creuse aussi des galeries. Mais elle, elle préférerait écrire des livres pour enfants. Alors quand ils se rencontrent, ils parlent nécessairement de trous et de sous-sols, et Maud imagine toutes les histoires qu’elle pourrait écrire sur cet homme passionné…
Quelle histoire d’amour singulière que celle qui naît entre ses deux personnages, Hubert et Maud ! Pierre-Emmanuel Dufour nous fait vivre leur rencontre, la naissance de leurs sentiments. C’est plein de délicatesse et de tendresse, et les illustrations de Julie Grugeaux fouillées et originales nous laissent entrevoir leur univers souterrain, si particulier.
Attention ! Chantier amoureux est un album simple comme on les aime, qui met du baume au cœur et le sourire aux lèvres !
Vous pouvez feuilleter cet album en ligne sur le site des éditions L’initiale.

Les amoureux du livreLe petit bonhomme à moustache vit sur la page de gauche. La petite dame aux cheveux frisés vit sur celle de droite. Ils sont très amoureux l’un de l’autre. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais il y a un hic, un obstacle infranchissable : la reliure du livre, ce fossé qui les sépare. Heureusement que le lecteur est là pour leur permettre de se retrouver régulièrement, à chaque fois qu’il tourne la page, et que le personnage de droite retrouve celui de gauche.
En lisant cette drôle d’histoire, j’ai immédiatement pensé à La paire de chaussures, un des Contes de la Rue Broca de Pierre Gripari. Cet amour qui paraît impossible à vivre tant les obstacles sont nombreux, et qui finalement triomphe ! Cette fois, Frédéric Laurent implique directement le lecteur, et j’aime cette interactivité qui naît entre l’objet du livre et celui qui lit ! Dorénavant, à chaque fois que je tournerai une page, je me dirai que je permets peut-être à deux personnages de se retrouver !
C’est optimiste, léger et plein d’humour tant dans le texte que dans les illustrations ! Les amoureux du livre est une belle réussite !
Vous pouvez consulter quelques pages de cet album sur le site des éditions Balivernes.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres albums de Julie Grugeaux (L’accumulatôr à bidouilleries) et Frédéric Laurent (La vraie fausse histoire du Minotaure, L’oubli de Noé, Un autre monde, Momotaro, Monstres en ville, Les deux poissons et Fipopus et Gropopus). Retrouvez également notre interview de Frédéric Laurent.

Attention ! Chantier amoureux
Texte de Pierre-Emmanuel Dufour, illustré par Julie Grugeaux
L’initiale
12 €, 200 x 200 mm, 24 pages, imprimé en Italie, 2015.
Les amoureux du livre
de Frédéric Laurent
Balivernes dans la collection Calembredaines
13 €, 240 x 240 mm, 36 pages, imprimé en Belgique, 2015.

À part ça ?

Jim Denevan dessine sur le sable, et c’est assez impressionnant !

Marianne

You Might Also Like

Monstres, martiens et trouillosaures

Par 7 mars 2015 Livres Jeunesse

Il y a un p'tit monstre qui habite chez moiDepuis quelque temps, il y a un monstre chez lui. Un tout petit. Ses parents le voient et le pire c’est qu’ils ont l’air ravi ! Le monstre hurle (surtout la nuit), fais caca n’importe quand, mais visiblement ça ne dérange personne. Et quand il rote, on applaudit ! Mais ils ont quoi ces parents ?
Je ne vous dévoile pas la fin, mais je pense que vous avez compris quel est ce petit monstre qui a emménagé dans la maison de notre héros ! Frédéric Laurent parle donc avec beaucoup d’humour d’un sujet qui touche souvent les enfants, d’un passage de leur vie pas toujours facile à gérer. Je suis très fan du travail de cet auteur/illustrateur, j’avoue que j’ai été moins séduit par ses illustrations sur cet album, mais son humour, son originalité, eux, me plaisent toujours autant.
Un chouette album pour tous les enfants chez qui un monstre débarque un beau matin.
Le même vu par Les lectures de Liyah et Maman Baobab.

Les monstres au plafondIl fait nuit. Seul le bruit d’un coucou se fait entendre. Dans son lit, Étienne ne dort pas, il voit des ombres au plafond qui bougent. Il sait très bien que c’est l’ombre d’une branche, mais dès qu’il ferme les yeux les formes deviennent des monstres… Étienne a peur, et il ne sait pas quoi faire.
On pense à la littérature anglo-saxonne en voyant les belles illustrations noires et rouges de Joanna Winograd. Sujet classique de la littérature jeunesse, on parle des peurs nocturnes. Étienne devra trouver une solution pour être rassuré et réussir à dormir, et il y arrivera sans réveiller les membres de la famille.
Un joli petit album qui parle de la peur qui apparaît quand vient la nuit.

La maitresse vient de marsIl y a une nouvelle maîtresse et sur le chemin de l’école, la rumeur enfle. Ce serait une sorcière d’après l’une, un ogre d’après l’autre, un troisième parle même de Mars ! La vérité est encore pire…
Michaël Escoffier croque avec beaucoup de justesse la rumeur, l’angoisse de la rentrée et l’imagination débordante des enfants. Chacun y va de sa légende sur la nouvelle maîtresse (faut dire qu’une nouvelle maîtresse c’est source d’angoisse !) et la version de chacun terrifie les autres. Clément Lefèvre sème dans ses belles illustrations des références à la littérature jeunesse et des détails pleins d’humour.
On sourit, on a peur et l’on rigole bien quand vient le dénouement.

Le trouillosaureIl y a bien longtemps, au temps des dinosaures, vivait le trouillausaure. Comme son nom l’indique, il était peureux, si peureux qu’il se cachait tout le temps. Au moindre crac, il se planquait. Au moindre Scrounch Scrounch, il décampait. Bref, il passait son temps à fuir ! C’est pour ça, en fait, qu’on n’en a jamais entendu parler…
Le trouillausaure, c’est un album cartonné plein d’humour sorti chez Amaterra et signé Sandra Solinet et Peter Elliott. C’est vraiment drôle (surtout si vous aimez les blagues de prout et de caca), c’est plein de pep’s, on ne s’ennuie pas une seconde.
Un album très drôle sur un petit froussard.

L'Art des monstresOn fini avec un beau livre d’art sorti chez Palette… mais on reste chez les monstres ! l’Art des monstres propose de revenir sur les monstres dans l’art. Hybrides, dragons, Satan, licornes, sirènes, vampires… les monstres sont nombreux dans la peinture, mais aussi la sculpture et évidemment le cinéma. On nous les présente donc ici avec de grandes et belles photos (accompagnées de textes explicatifs). Comme toujours avec Palette… nos yeux se régalent et l’on apprend plein de choses. Mais surtout, ça donne envie d’aller plus loin. Palette… fait décidément des livres qui donnent une première approche ludique de l’art, les enfants vont s’intéresser aux œuvres parce que le sujet les intéresse et iront ensuite voir ce que Picasso, Munch ou Ambroise Paré ont fait d’autre.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Frédéric Laurent (La Vraie Fausse Histoire du Minotaure, L’oubli de Noé, Un autre monde, Momotaro, Monstres en ville, Les deux poissons et Fipopus et Gropopus), de Michaël Escoffier (20 bonnes raisons d’aller à l’école, Le moustoc, 20 bonnes raisons de croire au Père Noël, Ouvre-moi ta porte, Le chevalier noir, L’anniversaire, La croccinelle, Le ça, Tous les monstres ont peur du noir, Trois petits riens, Le jour où j’ai perdu mes super pouvoirs, Zizi, Zézette, mode d’emploi, Le grand lapin blanc, Vacances à la ferme, Bonjour FacteurLa plume, Sans le A et Bonjour Docteur) et de Sandra Solinet (L’Archipel de Nouna). Retrouvez également nos interviews de Frédéric Laurent et de Michaël Escoffier.

Il y a un p’tit monstre qui habite chez moi
de Frédéric Laurent
Balivernes
9 €, 208×158 mm, 37 pages, imprimé en Belgique, 2014.
Les monstres au plafond
Texte de Séverine Loizon, illustré par Joanna Winograd
Magnard Jeunesse
11,90 €, 163×221 mm, 42 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
La maîtresse vient de Mars
Texte de Michaël Escoffier, illustré par Clément Lefèvre
Frimousse dans la collection Sa majesté du soir
14,90 €,  225×290 mm, 25 pages, imprimé en Slovénie, 2014.
Le trouillosaure
Texte de Sandra Solinet, illustré par Peter Elliott
Amaterra
9,50 €, 157×220 mm, 24 pages, imprimé en Union Européenne, 2015.
L’Art des monstres
Texte de Johann Protais et Eloi Rousseau
Palette…
24,50 €, 239×270 mm, 80 pages, imprimé en France, 2015.


À part ça ?

Demain, c’est le 8 mars, la journée internationale des droits des femmes (et non pas « journée de la femme » comme on l’entend trop souvent). À cette occasion, nous vous proposons une sélection d’ouvrages.

Gabriel

You Might Also Like

Mythe et rébellion

Par 13 janvier 2015 Livres Jeunesse

Tolérance et révolte à hauteur d’enfants…

la vraie fausse histoire du minotaureThésée est taiseux. J’ai toujours aimé cet adjectif, qui signifie qu’il se tait. À tel point qu’on le prend pour un fou, un muet, et pire, imaginez donc, un étranger ! Ainsi, il est chassé, parce qu’on le craint, et qu’on ne sait jamais, il pourrait être dangereux. Mais à force d’errance, il finit par poser ses valises en Crète, où c’est la grande effervescence, puisque comme chaque année, un homme va être envoyé pour affronter le Minotaure, cette bête repoussante et effrayante, dans l’immense labyrinthe. Personne n’en est jamais ressorti vivant. Thésée part donc, non sans avoir d’abord croisé le regard amoureux d’Ariane, qui pour l’aider, lui laissera une bobine de fil. Ainsi, il pourra retrouver son chemin. Il cherche, il se perd, il s’épuise, et finit par rencontrer la bête légendaire, mi-homme, mi-taureau. Le dialogue s’installe, ils apprennent à se connaître, et Thésée ne le tue pas. Au contraire, ils vont ensemble retourner à la ville, pour raconter à tous leur rencontre loin de tous préjugés, et prouver qu’ils ont tous les deux leur place dans la société.
Avec de belles illustrations dans un album grand format, et un texte à la fois sérieux et plein de notes d’humour, Frédéric Laurent nous livre une version revisitée du mythe de Thésée et du Minotaure. C’est plein de bon sens, de suspense, de beaux mots : on ne s’ennuie pas et on réfléchit ! Alliance parfaite !
La Vraie Fausse Histoire du Minotaure, un bel album pour revisiter un mythe grec, qui trouve sa place dans le monde actuel !

TheDayCrayounQuit_PLC_fr.inddDuncan s’apprête à dessiner, et retrouve un paquet de lettres sur sa boîte de crayons. Des lettres adressées au petit garçon par chacun des crayons pour se plaindre : l’un est trop utilisé, l’autre en a marre de dépasser toujours des lignes, le suivant est jaloux de n’être jamais usé, un autre encore se plaint d’être trop court,… C’est la débandade ! Heureusement, Duncan va trouver une solution pour contenter tout le monde !
Avec Rébellion chez les crayons, Drew Daywatt nous propose une histoire originale. Rendre vivants les objets quotidiens et les détourner donne lieu à un récit plein d’humour, construit sous la forme de différentes lettres, une pour chaque couleur. Les illustrations d’Oliver Jeffers sont colorées, d’un style enfantin pour rappeler celui du jeune héros que l’on ne voit finalement jamais ! C’est inventif, drôle, et réussi !
Quand les crayons se rebellent, on a intérêt à se tenir à carreaux !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Frédéric Laurent (L’oubli de Noé, Un autre monde, Momotaro, Monstres en ville, Les deux poissons et Fipopus et Gropopus) et Oliver Jeffers (Cet élan est à moi). Retrouvez également notre interview de Frédéric Laurent.

La Vraie Fausse Histoire du Minotaure
de Frédéric Laurent
Rêves bleus
15 €, 240 x 320 mm, 32 pages, imprimé en France, 2014.
Rébellion chez les crayons
Texte de Drew Daywatt (traduit par Elisabeth Duval), illustré par Oliver Jeffers
Kaléidoscope
13 €, 260 x 260 mm, 38 pages, imprimé en Chine, 2014.


Marianne

You Might Also Like

Rangez-les-moi bien dans le ventre de l’Arche de Noé*

Par 16 janvier 2014 Livres Jeunesse

Les hommes nous ont gonflé la tête
Avec les guerres et la misère
Et la bêtise, alors on a décidé le déluge
Mais les animaux n’y étaient pour rien
Et c’est pour ça qu’on a fait
L’Arche de Noé*

*L’Arche de Noé, Nino Ferrer.

Aujourd’hui, je vous présente deux albums qui mettent en scène l’Arche de Noé, histoire biblique, mais qui passionne toujours les enfants et qui est un bon sujet dans la littérature jeunesse (voir par exemple dans Les contes bleus du chat perché).

Pourquoi les chiens ont la truffe humideLa pluie ne s’arrêtait plus, Noé décida donc de construire un grand bateau pour sauver hommes et animaux, car il le sentait, lui, que tout serait enseveli sous l’eau. Il appela son énorme navire « Arche ». Il fallut ensuite le remplir, Noé parti donc à la rencontre des animaux pour les convier, même ceux que les hommes n’aimaient pas et tuaient à coup de talons ou de bombe insecticide. Une fois tout le monde à bord, l’Arche fut entraînée dans les flots et petit à petit on ne vit plus la terre. Seulement un matin, l’Arche prit l’eau, un trou s’était formé dans la coque du bateau, il fallait vite agir… heureusement, Noé avait un chien sous la main…

Vous aurez compris, je pense, la chute de l’album grâce au titre. J’adore les contes étiologiques (quand on nous explique de façon farfelue un phénomène naturel), et cet album qui grouille de détails est tout simplement fabuleux. On peut regarder longuement chaque planche, on se régale, c’est plein d’humour et très graphique. Vraiment un magnifique album.
Une vidéo qui montre les planches intérieures.

L'oubli de NoéNoé était un original, il avait construit, à côté de sa maison, un énorme bateau… au cas où ! S’il y avait une énorme marée, il ne serait pas pris au dépourvu. Noé était tellement prévoyant qu’il avait même rédigé une liste qui mesurait des kilomètres pour le jour où… Seulement, voilà, il était persuadé qu’il oubliait quelque chose ! Tout le monde lui conseillait de se reposer, mais lui cherchait, parcourait son Arche, encore et encore, dans l’espoir de trouver, mais rien à faire, il ne trouvait pas ce qu’il manquait. Un tour chez les petites bêtes, un tour chez les mammifères, un tour chez les animaux domestiques…. C’est une fois le déluge bien entamé et l’Arche loin de chez lui qu’il trouva enfin qui n’était pas là…

Beaucoup d’humour ici aussi ! Frédéric Laurent nous raconte une histoire farfelue mise en image par Mathieu Tucker. Ici encore, on admire les planches, on se régale des détails, on passe du temps à tout regarder. J’avoue avoir eu une petite déception voyant que Frédéric Laurent, dont j’adore les dessins, avait sorti un album sans en être lui-même l’illustrateur… en fin de compte je n’ai pas été déçu. Moins graphique que Pourquoi les chiens ont la truffe humide, mais donc beaucoup plus adapté aux enfants, L’oubli de Noé est un album avant tout pour eux… mais qui régalera aussi les grands.
Des extraits des planches sur le site de l’éditeur et sur le site de l’illustrateur.

Quelques pas de plus…
Un autre livre sur l’Arche de Noé que nous avons chroniqué : De la place pour tous.

Nous avons déjà chroniqué des livres d’Øyvind Torseter (Ina et Aslak apprentis bûcherons) et de Frédéric Laurent (Un autre monde, Momotarō, Monstres en ville, Les deux poissons et Fipopus et Gropopus). Retrouvez aussi notre interview de Frédéric Laurent.

Pourquoi les chiens ont la truffe humide
Texte de Kenneth Steven (traduit par Aude Pasquier), illustré par Øyvind Torseter
Cambourakis
16€, 245×338 mm, 32 pages, imprimé en Lettonie, 2013.
L’oubli de Noé
Texte de Frédéric Laurent, illustré par Mathieu Tucker
Rêves bleus
15€, 240×320 mm, 36 pages, imprimé en Europe chez un imprimeur éco-responsable, 2013.

À part ça ?

Chino Otsuka est une photographe, elle a eu l’idée de s’ajouter « adulte » dans les photo d’elle « enfant », le résultat ici.

Gabriel

You Might Also Like