La mare aux mots

Il n’y a pas que les livres dans la vie : de la presse

Par 23 avril 2016 Médias
Desktop2

Chouette, le nouveau Cram Cram et le nouveau Biscoto sont arrivés dans la boîte aux lettres de La mare aux mots !

Des petits têtards et des gros monstres

Par 22 avril 2016 Livres Jeunesse
Desktop3

Aujourd’hui, on part en expédition avec une famille de grenouilles puis on apprend à vivre en bonne entente avec les monstres qui nous entourent, dans ces deux très bons albums !

999 têtardsPapa et maman grenouille viennent de donner naissance à une très, très nombreuse progéniture. Les heureux parents sont fiers de leurs petits qui batifolent dans la mare, mais il y a tout de même un problème : leurs 999 têtards sont un peu à l’étroit dans cet étang pas bien grand. Que faire ? Déménager bien sûr ! Et c’est parti pour une grande expédition à la recherche d’un nouvel endroit où élever leurs nombreux enfants. Mais la route est longue, et bien vite les petits commencent à se lasser : « J’ai faim ! », « J’ai soif », « J’suis fatigué ! » entend-on parmi le cortège de petites grenouilles. Et le voyage ne s’annonce pas de tout repos, car en chemin de grands dangers les guettent : après avoir affronté un terrifiant serpent, voilà que plane au-dessus d’eux un énorme aigle, qui approche, approche… et s’empare de papa grenouille ! N’écoutant que son courage, maman grenouille s’élance à la rescousse de son compagnon, suivie de près par toute sa progéniture. Et c’est alors toute une ribambelle qui s’envole dans les airs…
Sorti en 2005, 999 têtards ressort cette année dans la collection des Albums Casterman, et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est une TRÈS bonne chose ! Cet album tout simple est une vraie merveille d’efficacité. Les illustrations très graphiques de Yasunari Murakami réduisent le décor à quelques traits, et servent parfaitement le texte rythmé de Ken Kimura. C’est d’ailleurs un vrai bonheur de le lire à voix haute, avec ses dialogues pleins de caractère et son histoire qui enchaîne les rebondissements (c’est pourquoi il fait partie de mes albums chouchous quand je fais des lectures en groupe !). On peut en outre saluer le fait que la famille y soit représentée sans aucun cliché de genre (ici c’est notamment la maman grenouille qui sauve le papa), ce qui n’est qu’une des nombreuses qualités de ce livre bourré d’humour et d’action !
Un petit album passionnant à l’énergie débordante.

à la nuit tombéeQuand vient la nuit, que les monstres sortent vaquer à leurs occupations et que les enfants s’apprêtent à rejoindre leur lit, il arrive que ces deux types d’individus se rencontrent. Comment faire pour que tout se passe dans la bonne entente ? C’est ce que propose de nous apprendre cet album un peu particulier. Construit comme un manuel pratique, il se compose de deux parties. La première, adressée aux enfants, passe en revue les différentes situations propices à la rencontre d’un monstre, chaque fois accompagnées de conseils pleins de bon sens. Vous tombez sur une terrible créature en traversant la forêt ? Invitez-la à prendre le thé ! Une brise lugubre fait vaciller la flamme de votre bougie ? Passez à la torche électrique ! La seconde partie de l’ouvrage renverse complètement les rôles, et s’adresse cette fois directement aux monstres (et l’on y apprend que ces derniers ne sont pas toujours très rassurés par les petites créatures qui les entourent !). Que faire si vous êtes un monstre et qu’un groupe d’enfants vient troubler votre baignade ? Ou envahit votre parc préféré ? Que vous soyez un petit humain ou une créature pleine de dents, ce livre vous dira tout ce qu’il faut savoir !
Dans cet album, le texte complètement loufoque est en total décalage avec l’esthétique très travaillée, ce qui rend les choses vraiment drôles ! Tout y est fait pour que l’on croie avoir affaire à un manuel ancien, de la préface rédigée sur un ton très sérieux jusqu’aux fausses notes de l’éditeur. Les illustrations d’Enrique Quevedo, entièrement en noir et blanc, sont vraiment fascinantes, et l’on ne se lasse pas d’observer les centaines de détails minutieux qui les composent. On est immédiatement immergé dans l’univers créé par l’auteur (proche de celui de Maurice Sendak, à qui est d’ailleurs dédié le livre) et par sa délicieuse absurdité. Enfin, non content d’être beau et drôle, À la nuit tombée délivre aussi, en toile de fond, une jolie réflexion qui dédramatise la peur de l’autre, en se plaçant des deux côtés de la barrière.
Un album vraiment original, à l’esthétique époustouflante.

999 têtards
Texte de Ken Kimura (traduit par Paul Paludis), illustré par Yasunari Murakami
Casterman dans la collection les Albums Casterman
12,90 €, 205×230 mm, 32 pages, imprimé en Roumanie, 2016 (première édition 2005).
À la nuit tombée – Conseils aux monstres et aux enfants pour bien vivre ensemble
d’Enrique Quevedo
Seuil Jeunesse
13,50 €, 293×226 mm, 32 pages, imprimé en U.E., 2016.

Illusions d’optique

Par 21 avril 2016 Livres Jeunesse
Desktop

Ouvrez vos mirettes : aujourd’hui, deux albums animés qui nous en mettent plein la vue.

La forêt enchantée
d’Aina Bestard
Seuil jeunesse
16 €, 280×263 mm, 32 pages, imprimé en Espagne, 2015.
Ulff, ou la folle chasse aux écureuils rayés
Texte de Katja Alves, illustré par Trixi Schneefuß
De la Martinière jeunesse
 14,90 €, 250×350 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2016.

Les invité.e.s du mercredi : Mim et Christine Palluy

Par 20 avril 2016 Les invités du mercredi
Desktop1

Cette semaine, c’est l’auteure Mim que nous recevons. J’ai beaucoup aimé il y a peu L’orthophoniste (chroniqué lundi), j’avais envie de savoir qui se cachait derrière ce nom énigmatique. Ensuite, on retrouve une rubrique habituelle, le coup de cœur/coup de gueule. Régulièrement, nous aimons demander à une personnalité de la littérature jeunesse de nous parler de ce qui fait battre son cœur et ce qui l’énerve un peu. Cette fois-ci, c’est l’auteure Christine Palluy qui a accepté de nous répondre. Bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : Mim

MimComment êtes-vous devenue auteure ? Parlez-nous de votre parcours et surtout… d’où vient ce nom « Mim » ?
Je n’aurais jamais imaginé devenir auteure, même si petite fille, je passais mon temps à écrire des histoires. Après des études de littérature anglophone, j’ai commencé ma carrière comme assistante d’édition, chez Grasset, au service de littérature étrangère, où je suis restée dix ans. Parallèlement, je suis devenue traductrice en littérature jeunesse, un univers qui m’a toujours plu car il est très riche, et surtout très libre. Pour signer mes traductions chez d’autres éditeurs, j’ai choisi un pseudonyme, Mim, qui était aussi le surnom que me donnaient ma famille et mes amis… C’était sans doute une façon de me sentir un peu chez moi en littérature jeunesse ! Et puis, Madame Mim, c’est la sorcière de Merlin l’enchanteur… et j’aime bien les personnages un peu ingrats ! À l’époque je traduisais beaucoup d’albums pour Milan, mais j’ai mis quelques années à leur proposer un texte en tant qu’auteure parce que je n’étais pas persuadée d’avoir des choses intéressantes à raconter. Et d’ailleurs, je continue à me faire cette réflexion régulièrement ! La traduction est un exercice d’écriture, souvent difficile, mais on est au service d’un auteur et de ses mots, sur lesquels on s’appuie… Quand on est auteur, on est vraiment seul face à son histoire et on ne sait pas forcément par quel bout la prendre. Mais Alice Aschero, qui était éditrice chez Milan à l’époque, m’a encouragée et a lu mon premier texte… qu’elle a pris !

Parlez-nous de la série Noé et Azote, comment est-elle née ?
C’est l’histoire d’une belle rencontre… non pas avec un troll des montagnes, comme Azote, mais avec Benoit Bajon, mon co-auteur ! On m’avait proposé à plusieurs reprises d’écrire pour les lecteurs débutants. Mais je suis une grande bavarde et j’étais un peu effrayée par l’économie de mots… qui n’est pas ma spécialité ! Comme Benoit est orthophoniste, je lui ai proposé de m’aider sur les contraintes du début de lecture. Mais en fait, ça ne s’est pas tout à fait passé comme ça ! Parce qu’à force de discuter, d’échanger nos idées et de boire des cafés, finalement, on a conçu la série ensemble, et puis on a basculébienvenue chez les trolls dans l’écriture à quatre mains, ce qui est une sacrée aventure ! Pour Benoit, l’écriture était une découverte, et je pense que notre travail commun lui apporte sans doute un autre regard sur le langage, qui est au cœur de son métier. Pour ma part, j’avais toujours écrit seule, et ça ne m’a pas semblé tout de suite évident de partager ma plume ! Il faut se mettre d’accord, laisser la place à l’autre sans avoir l’impression d’abandonner sa propre écriture… Mais c’est aussi une formidable occasion d’aller sur d’autres terrains que les siens, de bousculer ses marottes, de sortir de chemins rassurants car déjà empruntés… En ce moment, on écrit le 9e tome, et on ne pensait pas qu’on aurait autant d’histoires à raconter… Mais on s’est drôlement attaché à nos personnages ! Et puis il y a quelques semaines, un autre aspect de notre projet a vu le jour : une édition en « lecture aidée » des premiers tomes de Noé et Azote est parue, avec des syllabes en couleurs, destinées à faciliter le déchiffrage des lecteurs débutants. Le texte et les illustrations sont rigoureusement identiques à l’édition originale, mais ce découpage des mots permet d’accompagner des lecteurs hésitants ou en difficulté. Cette idée de « lecture aidée » était au cœur de notre association dès le départ, et c’est ainsi que nous l’avions présenté à Magnard en leur proposant notre série. C’était important pour nous de trouver un éditeur qui veuille s’engager à nos côtés sur cette démarche : apporter un petit coup de pouce à des enfants qui veulent se lancer dans un roman, mais peinent encore à lire de manière fluide… Benoit a aussi conçu des petits jeux autour des mots et du langage pour aider à la compréhension de l’histoire. D’une certaine manière, ça concrétise le lien entre nos métiers respectifs d’auteure jeunesse et d’orthophoniste.

« L’orthophoniste », c’est le titre d’un de vos derniers livres ! Du coup, c’est Benoit Bajon qui a vécu cette histoire d’orthophoniste qui rencontre un dragon ?
Ah, ça aurait pu, mais en fait non ! J’ai commencé à écrire L’orthophoniste avant ma rencontre avec Benoit… Mais cela dit, il y a quand même un petit lien ! Je voulais raconter une histoire autour de ce qui L'Orthophonistese passe dans un cabinet d’orthophonie… mais en prenant le point de vue de l’orthophoniste. Travailler sur ses difficultés de langage, ce n’est pas une démarche évidente pour un enfant (ni pour un adulte d’ailleurs) : il va trouver une aide nécessaire auprès de son orthophoniste, mais cela implique aussi de prendre du temps pour surmonter ses problèmes, au lieu d’aller jouer par exemple… Mais de son côté, peut-être que le soignant ressent lui aussi une appréhension à prendre en charge un nouveau patient ? Alors j’ai voulu interviewer un orthophoniste pour qu’il me parle de son métier, de sa relation avec les patients, de ses doutes et de ses échecs parfois… et c’est comme ça que j’ai atterri dans le cabinet de Benoit, qui m’a raconté tout cela avec beaucoup de sincérité. Quand je lui ai présenté mon roman, où il est question de se pencher sur les problèmes d’élocution d’un dragon, il a considéré cette rééducation avec beaucoup de sérieux. Je ne m’attendais pas à ce qu’il réfléchisse à l’anatomie de la gueule d’un petit dragon, ni au type d’exercices susceptibles de l’aider à prononcer le son « R » sans cracher du feu ! Là, je me suis dit que même si on évoluait dans des univers très différents, on avait quand même quelques points qui nous rapprochaient ! C’est ainsi qu’est née l’envie de travailler ensemble… Magnard a tout de suite pris L’orthophoniste pour sa collection de premiers romans, mais pour des raisons de plannings, Noé et Azote sont parus avant.

J’aimerais aussi profiter de cette interview pour reparler d’un album que j’avais adoré, Puisque c’est comme ça, je m’en vais !, pouvez-vous nous dire quelques mots sur ce superbe album ?
Je pourrais déjà vous dire que c’est du vécu, et que j’ai un Émile à la maison qui a fait ses valises un soir Puisque c'est comme ça, je m'en vais !(il peut m’arriver d’être une maman contrariante) ! Bon, heureusement, il est resté… et m’a inspirée cette histoire ! J’aime beaucoup cet album car Alexandra Pichard lui a donné une tonalité tendre et chaleureuse avec un dessin très sobre et élégant. Cette histoire parle différemment aux enfants selon leur âge. Je crois que les petits aiment se faire un peu frissonner en pensant qu’Émile va vraiment partir. Les plus grands décodent l’humour et la tendresse de la maman, qui n’a bien sûr aucune intention de le laisser s’en aller ! Quant aux adultes, ils me disent souvent que c’est le portrait d’une maman idéale, car elle désamorce les conflits sans s’énerver. Ce qu’on devrait toujours essayer de faire… mais en ce qui me concerne, ça relève souvent de la fiction ! Je suis très attachée à cet album, parce que c’est aussi à travers cette histoire que j’ai rencontré Mélanie Edwards, chez Magnard Jeunesse, qui est une éditrice précieuse !

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescente ?
J’aimais beaucoup les histoires qui m’entraînaient ailleurs, vers des mondes imaginaires, ou inconnus. Je crois que le premier album qui m’a marquée et que mes parents ont dû me lire des dizaines de fois, c’est Croc Epic, le mangeur de rêves de Michael Ende, qui n’est probablement plus disponible aujourd’hui. Je ne sais plus vraiment ce que racontait cette histoire, mais je sais qu’elle m’a Un ami au poilaccompagnée un bon nombre de fois avant d’aller me coucher ! Plus grande, j’ai lu et relu les Roald Dahl, et j’adore les redécouvrir aujourd’hui avec mes enfants. J’aime la manière loyale dont cet auteur s’adresse aux enfants, sans concession, ni facilité, et en faisant toujours appel à leur intelligence. On ne le prend jamais en flagrant délit de mièvrerie ! Adolescente, j’ai assez vite basculé vers les classiques, car la « littérature ado » était moins riche que maintenant. J’ai des souvenirs émus de ma découverte de Jack London, ou dans un autre style, d’Alexandre Dumas…

Quels sont vos projets ?
Poursuivre les aventures de Noé et Azote avec Benoit, mais aussi raconter mes propres histoires, toute seule, et n’en faire qu’à ma tête ! Se mettre d’accord avec soi-même, c’est parfois plus compliqué qu’avec un co-auteur ! Mon prochain album, Le déménagement de Maryse Cocotte sort avant l’été chez P’tit Glénat, avec de très belles illustrations de Sébastien Pelon. Et sinon, j’écris beaucoup pour la radio, qui est un univers que j’adore, parce que particulièrement propice à l’imagination : à la radio, tout est possible, il suffit de tendre l’oreille pour voyager très loin ! Sous mon vrai nom, Camille Kohler, je suis auteure d’une série humoristique sur la vie de famille, La vie trépidante de Brigitte Tornade, diffusée sur France Culture. Je travaille actuellement sur les épisodes 41 à 50, qu’on enregistrera à la rentrée… et je trépigne à l’idée de retrouver toute la joyeuse équipe !

Une dernière question, si quelqu’un qui ne vous connaît pas lit cette interview et veut vous découvrir avec un seul de vos ouvrages, lequel lui conseilleriez-vous ?
C’est difficile de répondre à cette question, parce que le point de vue de l’auteur n’est pas forcément ce qui devrait influencer le lecteur… J’aime beaucoup L’orthophoniste, qui reprend un thème qui m’est cher : celui de la rencontre avec un être différent, vaguement inquiétant. Si on surmonte ses appréhensions pour aller vers l’autre, même dans notre monde pas très réjouissant, il y a de grandes chances pour qu’on fasse une rencontre magique ! En y réfléchissant, je crois que ce thème traverse la plupart de mes textes, comme Noé et Azote, Le Mystère Ferdinand ou Le petit monstre d’Adèle. C’était déjà le cas dans mon premier album, « Un loup à la maison », qui n’est malheureusement plus disponible. J’ai une tendresse particulière pour ce livre, parce que c’était un saut dans l’inconnu. C’est comme ça que j’ai rencontré Sébastien Pelon, qui l’a illustré… et qui est devenu un bon copain ! Finalement, je me dis que je vous ai beaucoup parlé de rencontres dans cette interview… C’est vrai que c’est important, et peut-être même que c’est ce qui compte le plus dans la vie ! Mais un bon livre, c’est aussi ça : partir à la rencontre des autres, d’un univers différent, inconnu, en acceptant ses bons côtés et ses aspérités… pour vivre une expérience unique !

Bibliographie :

On peut aussi retrouver La vie trépidante de Brigitte Tornade en podcasts sur le site de France Culture.


Le coup de cœur et le coup de gueule de… Christine Palluy

Régulièrement, une personnalité de l’édition jeunesse (auteur.e, illustrateur.trice, éditeur.trice…) nous parle de deux choses qui lui tiennent à cœur. Une chose qui l’a touché, ému ou qui lui a tout simplement plu et sur laquelle il.elle veut mettre un coup de projecteur, et au contraire quelque chose qui l’a énervé.e. Cette semaine, c’est Christine Palluy qui nous livre son coup de cœur et son coup de gueule.

Coup de cœur :
Le jour d’une intervention scolaire, les plus jeunes arrivent rangés par deux et me lancent des regards mi-charmeurs, mi-intimidés. Quatre syllabes prononcées en bloc sautillent dans leur rang : « christinepalluy…  christinepalluy… » !  Plus grands, les élèves me repèrent dans la cour et engagent la conversation, histoire d’avoir parlé à « l’auteure » avant les autres. Les collégiens, eux, feignent l’indifférence, mais sont parfois trahis par leurs coups d’œil à la dérobée.
Nous entrons, nous nous installons, nous faisons connaissance. D’abord viennent les premières questions, les classiques, les habituelles, celles que l’on pose juste pour déclarer la rencontre ouverte, les « combien de livres avez-vous écrits ? », « depuis quel âge êtes-vous auteure ? », « d’où vous vient l’inspiration ? ». Dociles, les voix égrainent une liste soigneusement préparée en classe jusqu’à ce que, soudain, l’une d’elles s’échappe du carcan : « Si tu écris pour nous, et pas pour les adultes, c’est que tu restes une enfant dans ta tête, non ? » « Dans ton histoire, c’est comme en vrai : pourquoi les mamans s’inquiètent autant pour leurs enfants ? », « Toi, tu es comme moi, tu es une rêveuse. Tu n’aimais pas l’école, je suis sûre ! », « Moi, quand je lis, c’est drôle, j’ai un petit film dans la tête ! ».
Alors, à ce moment-là, l’ambiance bascule. De préréglée, la rencontre s’allume et devient sincérité, partages, la liberté toute neuve fait pousser des ailes à chacun. La vraie rencontre, celle qui donne des coups au cœur, c’est celle-là. Bien sûr, la magie n’est pas toujours au rendez-vous, étouffée par 25 questions numérotées posées par 25 enfants crispés sur leurs papiers (ça sonne… vite, Lily, pose la dernière question ! chuuuut, on écoute Lily !).
Moi, c’est pour happer ce moment privilégié que je reprends avec enthousiasme le train et ma valise, pour ce petit Baptiste qui un jour m’a abordée dans la rue : « Il y a trois ans, j’étais en CE1 et tu es venue dans ma classe et on a écrit une histoire. Depuis, je veux être écrivain. »

Coup de gueule :
Des chaînes de textos insultants, des commentaires Facebook assassins, des images volées via Snapchat ou relayées sur des forums… les nouvelles technologies décuplent la violence dans les rapports entre adolescents. Comment ne pas avoir de haut-le-cœur face aux ravages du cyber-harcèlement ? Aujourd’hui, quand on a 17, 15 ou même 12 ans, on est à la merci d’une diffusion instantanée, rebondissante et indélébile de vos secrets les plus intimes, de railleries ou de mensonges. Sans répit, chez vous, partout, jour et nuit, les bourreaux immatures et masqués vous blessent puis balancent du sel sur votre souffrance. Au collège, au lycée, inutile d’être musclé ou courageux pour affronter sa victime à la sortie des cours : on peut la mettre à mort socialement tout en croquant des fraises Tagada derrière son écran. La cruauté se lâche d’autant plus qu’on ne voit pas souffrir sa victime. Combien d’adolescents abîmés, blessés, combien d’humiliations et de suicides faut-il déplorer pour que le problème cède enfin du terrain ? Un coup de gueule ne sert à rien. Éduquer, montrer, expliquer ces dangers aux enfants, aux ados victimes et bourreaux, aux parents et aux enseignants est le seul chemin. Heureusement, on commence à le prendre : des romans paraissent, des clips sont diffusés, des associations se créent et des adultes enfin, y mettent les pieds.

Christine PalluyChristine Palluy est auteure

Bibliographie sélective :

  • Série Tip-Top, romans illustrés par Cyrielle, Hatier Jeunesse (2014-2016), que nous avons chroniqué ici et .
  • La moufle, album illustré par Samuel Ribeyron, Didier Jeunesse (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • Histoires d’aventurières, album illustré par un collectif, Lito (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Princesses d’Afrique, album illustré par un collectif, Lito (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Princesses de la cour de Versailles aux palais de Vienne, album illustré par un collectif, Lito (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Il était une bergère, roman illustré par Grégoire Mabire, SEDRAP jeunesse (2012).
  • Ulysse, BD illustrée par Benjamin Adam, Milan (2011).
  • Princesses de tous les pays, album illustré par un collectif, Lito (2011), que nous avons chroniqué ici.
  • Jason et les Argonautes, roman illustré par Giorgio Baroni, Milan (2011).
  • Histoires de Cavalières, album illustré par un collectif, Lito (2010).
  • Il était une fois le père Noël, album illustré par Évelyne Faivre, Lito (2009).
  • Arthur et Dagobert n’ont pas peur de la nuit, album illustré par Hervé Le Goff, Milan (2009).
  • Histoires de Sorcières, album illustré par un collectif, Lito (2009).

Retrouvez Christine Palluy sur son site : http://www.christine-palluy.fr.

Drôles de capitaines

Par 19 avril 2016 Livres Jeunesse
Desktop

Aujourd’hui, on fait la connaissance de deux drôles de capitaines : Captain Lupo, la terreur des forêts, et Billy Jumpy, le roi des pirates !

Billy Jumpy, roi des pirates
Texte d’Hubert Ben Kemoun, illustré par Bérengère Delaporte
L’élan vert
12,70 €, 237×297 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2016.
La grosse faim de Captain Lupo
Texte de Christelle Vallat, illustré par Armelle Modéré 
Frimousse
15 €, 238×305 mm, 28 pages, imprimé en Slovénie, 2016.