La mare aux mots

Chut ! C’est la nuit !

Par 19 septembre 2016 Livres Jeunesse
gabriel

Les trois ouvrages du jour parlent du sommeil. Le premier des rêves et les deux suivants de ces enfants qui ne veulent pas dormir.

Quand un enfant s’endort…
Texte de Malika Doray, illustré par Annelore Parot
Seuil Jeunesse
13,90 €, 237×250 mm, 20 pages, imprimé en Chine, 2016.
Bonne nuit tout le monde
de Chris Haughton (traducteur.trice non crédité.e)
Thierry Magnier
14,80 €, 245×260 mm, 32 pages, imprimé en Chine chez un imprimeur éco-responsable, 2016.
Au dodo !
de Thierry Bedouet
Milan dans la collection Les minousses
10,90 €, 200×170 mm, 10 pages, imprimé en Chine, 2016.

Il n’y a pas que les livres dans la vie : de la presse !

Par 17 septembre 2016 Médias
desktop

Aujourd’hui, on parle du premier numéro d’Olalar et des nouveaux numéros de Biscoto et Wakou.

Des livres un peu magiques !

Par 16 septembre 2016 Livres Jeunesse
desktop

Aujourd’hui, on découvre deux livres un peu spéciaux : le premier est une histoire qui prend vie sous la forme d’un splendide pop-up, tandis que le second nous incite à le manipuler dans tous les sens pour faire apparaître des lignes de couleur.

La princesse Flore et son poney Bouton d’or
de Philippe Ug
Les Grandes Personnes
22 €, 150×240 mm, 14 pages, imprimé en Chine, 2016.
Histoires de lignes
d’Andy Mansfield
Seuil Jeunesse
15 €, 195×197 mm, 10 pages, imprimé en Chine, 2016.

Avec ou sans sentiments

Par 15 septembre 2016 Livres Jeunesse
gabriel1

L’un n’a pas de larmes, l’autre est amoureux, aujourd’hui on parle des sentiments.

Pas une
Texte de Georges Printemps, illustré par Fabio Peissl
Chant d’orties dans la collection Les coquelicots sauvages
16 €, 270×240 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur eco-responsable, 2016.
Dragons amoureux !
Texte d’Alexandre Lacroix, illustré par Ronan Badel
Père Castor
16,50 €, 240×300 mm, 32 pages, imprimé en Portugal, 2016.

Les invité.e.s du mercredi : Maria Jalibert et Antoine Guilloppé (+ concours)

Par 14 septembre 2016 Les invités du mercredi
desktop1

Aujourd’hui, c’est Maria Jalibert qui a accepté de répondre à nos questions. On adore son univers, on avait envie d’en savoir plus sur elle et sur son travail. Nous vous proposerons d’ailleurs de tenter de gagner son dernier album, Le Joyeux Abécédaire, à la suite de cette interview. Ensuite, pour notre rubrique Quand je crée, c’est dans l’atelier d’Antoine Guilloppé que nous nous sommes glissés. Bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : Maria Jalibert

maria jalibertLe joyeux abécédaire, votre nouvel album, sort aujourd’hui même chez Didier Jeunesse, pouvez-vous nous en parler ?
C’est très simple, j’ai pris l’alphabet, j’ai pris un stock de petits jouets et j’ai malaxé dans tous les sens.
Dans cet album les balèzes portent des brontosaures, les béliers sont bien brossés, les maïs sont masqués et les fuyards s’enfuient sur des fers à friser.
Les rôles principaux et secondaires sont tenus par une ribambelle de petits jouets de pacotille made in China, pour la plupart.

Vous aviez déjà utilisé ce même principe pour Bric-à-Brac, d’où vous vient cette passion pour les jouets ?
Je ne dirai pas que c’est une passion parce que, mis à part une petite collection de surprise Kinder datant d’il y a 20 ans, je ne m’intéressais pas plus que ça aux jouets. Je dirais plutôt que c’est mon matériau du moment, celui avec lequel je crée des albums.
9782278081783-001-tPar contre ce que j’adore par-dessus tout c’est la chasse au trésor pour les trouver. Pour constituer le stock dans lequel je pioche aujourd’hui j’ai d’abord récupéré tous les jouets de mes enfants quand ils ont grandi mais j’ai aussi passé de longs moments à Emmaüs à fouiller dans des caisses à la recherche de petits éléments, à trier avec le sentiment que je dénicherais la merveille, la pièce rare. Quand je parle de pièce rare c’est l’élément qui me manque pour terminer une composition : les jouets orange quand je travaillais à la page « Orange rangé » de Bric à Brac ou le saucisson que je n’ai jamais trouvé quand j’ai voulu composer un « Saut à ski sur saucisson » pour l’abécédaire.
J’avoue que j’ai quand même une grande tendresse pour ces petits bidules en plastique. Parfois je tombe sur une « madeleine », un jouet que j’ai sûrement eu petite et je l’embarque. Parfois je tombe sur une surprise Pif-gadget, un cadeau Bonux, ça m’émeut et je les embarque aussi malgré le manque de place dans mon atelier. De toute façon je me fiche complètement que le jouet soit ancien, qu’il ait de la valeur ou pas, c’est ce qu’il représente qui m’intéresse, ce que je vais pouvoir en faire et le rôle qu’il va tenir dans mon projet. Le joyeux abécédaireC’est un matériau ludique et rigolo mais qui, je m’en aperçois de plus en plus, présente pas mal de contraintes (d’échelle, de couleurs, de représentation…) et m’oblige souvent à trouver des solutions et à m’adapter. Je sais que je ne peux pas tout raconter avec le jouet.

Pourriez-vous nous parler du processus de création pour ces deux albums en particulier ?
J’ai un processus de création, peut-être un peu désordonné, qui se traduit par des allers-retours entre mon carnet, dans lequel je note des idées, et des essais de compositions de jouets que je peux faire spontanément, sans réfléchir, l’un alimentant l’autre. Quand une ligne, qui me paraît intéressante, se dessine, je décide de la suivre. Parfois elle m’amène quelque part, parfois c’est une impasse. Pour Bric à Brac l’idée de collection et de tri m’intéressait, j’avais envie de proposer à l’enfant un imagier où des petits jouets seraient organisés de différentes manières. J’ai donc commencé avec des critères simples de couleurs, de contraires et puis progressivement les critères se sont croisés, se sont affinés, les jeux de mots se sont invités et je me suis laissée prendre au jeu.
Le travail de l’abécédaire, lui, a commencé par un vaste rangement des jouets et un classement par lettres. Parce que je savais que j’en oublierais sûrement j’ai littéralement épluché le dictionnaire de la lettre A jusqu’à la lettre Z en listant des mots que je pouvais potentiellement trouver sous forme de jouets. Puis j’ai créé une multitude de compositions en faisant interagir les jouets de même lettre entre eux ce qui a donné des résultats parfois assez étonnants du type « Espadon essayant d’étriper un extra terrestre à épée », « Pelleteuse à piment et petit-pois » ou « Dépanneuse de dindon ». Le travail d’écriture et de composition des jouets s’est fait en même temps,
le joyeux abecedaireAu fur et à mesure j’ai pris toutes les compositions en photo en multipliant les propositions. Puis à un moment donné je me suis arrêtée pour laisser reposer. Lorsque j’ai repris le travail il était temps de dégraisser, de faire des choix. Tout n’était pas bon, certaines compositions fonctionnaient tout de suite, d’autres étaient plus faibles, moins drôles. Didier Jeunesse m’a beaucoup aidé dans ce travail de sélection, on a discuté, argumenté, certaines lettres ont été regroupées, on a essayé de trouver une fluidité sur l’ensemble du projet, ménager quelques respirations aussi pour éviter le côté trop « profusion ». Lorsque tout a été calé j’ai fixé toutes les petites compositions sur des grandes plaques de carton blanc, tout enfourné dans ma voiture et je suis partie direction Toulouse pour le shooting : deux jours de prise de vues minutieuses. Didier Jeunesse s’est ensuite chargé de finaliser la maquette.
En général, même si le travail est loin d’être fini, le moment de la prise de vue des compositions signe pour moi la fin du projet et me libère l’esprit pour en commencer, ou en continuer un autre.

Vous avez aussi sorti des albums d’un style très différent chez Points de suspension, vous pouvez nous en dire quelques mots ?
Ce sont mes albums de jeunesse : mon tout premier abécédaire entre autres, réalisé il y a 18 ans avec Claire Benedetti. C’était des projets dans lesquels j’aimais bien travailler en mélangeant plusieurs techniques : la peinture, le collage, des grattages, du monotype… Faire des petites installations dans de minuscules coquilles de noix ne m’effrayait pas. Points de Suspension m’a donné un espace pour réaliser des livres qui me tenaient vraiment à cœur. C’est précieux.
Le joyeux abécédaireAprès La balade de Céleste Roselière, mon dernier livre autour du voyage, j’ai ressenti le besoin de me renouveler, de changer ma manière de travailler et d’explorer d’autres territoires. Je crois que j’étais un peu vide d’idées, il fallait que quelque chose évolue. L’idée d’un travail autour de la collection est arrivée et avec lui un nouveau matériau : le petit jouet en plastique de pacotille. Je me suis lancée dans la création de Bric à Brac tout en réfléchissant à tout ce que je pourrais faire d’autre avec cette mine de jouets. Finalement le matériau a provoqué les idées et a été comme une sorte de terreau dans lequel je continue de puiser.
Mes projets avec Points de Suspension ne se sont pas arrêtés pour autant, ils ont publié dernièrement 10 moutons, 9 dinosaures un petit album à décompter dans lequel j’ai utilisé des jouets en les mettant en scène dans des paysages réalisés à l’ordinateur.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?
Après un bac littéraire et une année passée à papillonner en fac d’histoire de l’art, je suis entrée à l’école des Beaux-Arts de Toulouse où j’ai passé 5 ans. Là-bas j’ai dessiné, peint, sculpté, photographié, appris la véritable recette de la tortilla, exploré les caves de l’école, participé à quelques fêtes, quelques expositions, quelques publications, quelques voyages. Au bout de 5 ans j’ai eu besoin d’un enseignement plus professionnel je suis partie à Bordeaux où j’ai obtenu un DUT Métiers du Livre en année spéciale qui m’a amené à travailler en librairie près de Toulouse.
le joyeux abecedaireL’école de Beaux-Arts ne formait pas du tout à l’illustration jeunesse, au contraire, en option Communication on évoluait dans l’art conceptuel avec des profs qui attendaient de nous beaucoup de discours sur nos œuvres, j’avais un peu de mal avec ça. Moi, nourrie par mes lectures d’enfance, je rêvais d’illustrer un album. Tout en continuant à travailler en librairie j’ai commencé une série de peintures d’animaux qui, petit à petit, avec les textes de Claire Benedetti, est devenu un abécédaire et a été publié par les éditions Points de Suspension puis d’autres projets se sont ensuite enchaînés.

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescente ?
Il y avait beaucoup de livres à la maison quand j’étais jeune. J’ai appris à lire avec Les Belles Histoires de Pomme d’Api puis les J’aime Lire dans lesquels j’aimais reconnaître les styles des illustrateurs : Frédéric Clément, Claude Ponti, Claude Lapointe, Yvan Pommaux et bien d’autres. J’adorais les histoires de Nicolas de Hirsching que j’ai rencontré plus tard, il dédicaçait à côté de moi au Salon du livre de Montauban.
Le joyeux abécédaireJ’aimais Crictor, Adélaïde, Émile de Tomi Ungerer, La Chambre de Sarah, Pierre et Paul de Maurice Sendak dans la collection Renard Poche de l’école des Loisirs avec la petite BD du renard rose en quatrième de couverture.
J’aimais les belles illustrations de Joëlle Boucher dans Amandine ou les deux jardins de Michel Tournier, la sensualité du Porculus d’Arnold Lobel quand il se plonge dans son bain de boue et le Mais je suis un ours de Frank Tashlin, petit album qui me paraissait assez étrange.
Plus tard j’ai lu Mon amie Flicka de Mary O’Hara qui est et restera LE roman de mon enfance et que j’ai tellement aimé que je n’ai jamais osé le relire depuis de peur d’être déçue.

Quels sont les illustrateurs.trices dont le travail vous touche plus particulièrement aujourd’hui ?
Le travail d’Anne Brouillard, de Fabienne Burckel, de Frédéric Marais, d’Olivier Besson, de Gilles Bachelet…
Yann Fastier et son tempérament d’explorateur dans le sens où il n’hésite pas à se renouveler graphiquement dans chacun de ses albums.
Les illustrations de Yann Nascimbene et notamment les couvertures de la collection Page Blanche.

le joyeux abecedaireQuelques mots sur vos prochains ouvrages ?
En octobre Ronds-Ronds, un petit album avec Points de Suspension.
L’année prochaine un autre projet avec Didier Jeunesse où j’utilise encore les jouets.
Et dans mon carnet une dernière petite idée, qui germera je l’espère, si le jouet ne me joue pas des tours entre temps.

Bibliographie :

  • Ronds-ronds, texte et illustrations, Points de suspension (sortira en octobre).
  • Le Joyeux abécédaire, texte et illustrations, Didier Jeunesse (2016).
  • 10 moutons 9 dinosaures…, texte et illustrations, Points de suspension (2014).
  • Bric-à-brac, texte et illustrations, Didier Jeunesse (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • La balade de Céleste Roselière, texte et illustrations, Points de suspension (2010).
  • Oulala, texte et illustrations, Points de suspensions (2008).
  • Le carnet de Théo, texte et illustrations, Points de suspension (2007).
  • Les voyages d’Hyppolite Podilarius, texte et illustrations, Points de suspensions (2002).
  • Yack à lire de A à Zèbre, illustration d’un texte de Claire Benedetti, Points de suspension (2000).

Le site de Maria Jalibert : http://www.mariajalibert.com.

Concours : Grâce aux éditions Didier Jeunesse, l’un.e d’entre vous va gagner le dernier album de Maria Jalibert, Le Joyeux Abécédaire. Pour participer, il vous suffit de nous parler, en commentaire à cet article, d’un jouet qui a marqué votre enfance. Le.la gagnant.e sera tiré.e au sort parmi tous les commentaires. Vous avez jusqu’à mardi 20 h. Bonne chance à tous et à toutes  !


Quand je crée… Antoine Guilloppé

Le processus de création est quelque chose d’étrange pour les gens qui ne sont pas créateur.trice.s eux-mêmes. Comment viennent les idées ? Et est-ce que les auteur.e.s peuvent écrire dans le métro ? Les illustrateur.trice.s dessiner dans leur salon devant la télé ? Peut-on créer avec des enfants qui courent à côté ? Faut-il de la musique ou du silence complet ? Régulièrement, nous demandons à des auteur.e.s et/ou illustrateur.trice.s que nous aimons de nous parler de comment et où ils créent. Cette semaine, c’est Antoine Guilloppé qui nous parle de quand il crée.

atelier-guilloppeLa création… comment dire… C’est assez difficile à décrire. À écrire.
La seule chose que je puisse dire de façon nette, c’est qu’il m’est quasiment impossible de travailler en dehors de mon bureau.
Le train, les hôtels, les lieux publics peuvent être des endroits de réflexions mais pas vraiment de création.

La création d’une image est avant tout mentale, je peux avoir une idée d’image en tête pendant plusieurs semaines avant de la coucher sur le papier. Tant qu’elle n’est pas évidente dans mon esprit, je ne dessine rien. C’est inutile. Je ne suis pas du genre à faire 10 croquis pour savoir comment va être mon illustration. Mes croquis sont souvent succincts, je pose quelques traits pour définir la composition et ensuite je commence à dessiner précisément les choses. Trois phases de dessin suffisent donc à créer une image. La dernière étant bien sûr la réalisation. Je dessine en écoutant de la musique ou bien la radio, des entretiens. Je n’aime pas trop le silence quand je dessine. Quand j’écris, j’écoute beaucoup de musiques de film. Cela m’inspire pour la mise en scène de mes personnages. C’est presque indispensable en fait !

Je dessine et travaille assez vite une fois que mon esprit est clair et que j’ai une « vision » de mon livre. J’aspire à aller au plus direct dans la forme. Que mes images soient le plus simples possible, qu’elles montrent l’essentiel de ce que je veux raconter. Attention, je n’ai pas dit simplistes hein ?
Je n’utilise pas de carnets de croquis, cela m’impressionne trop. J’ai toujours l’impression d’être obligé de le remplir, comme un devoir. Je n’aime pas ça. Je travaille toujours sur des feuilles volantes. Si je rate un truc, je jette la feuille, c’est plus simple pour moi.

J’essaye de créer le plus souvent dans la première partie de la journée, mon esprit est encore frais, jusqu’à 13 h. Sinon le reste du temps je peux réaliser les images au propre, ce n’est plus de la création pour moi, c’est de l’exécution.

Mon bureau a aussi plusieurs visages. Impeccable quand je commence, assez dérangé quand je travaille et terriblement en bazar à la fin.
Je ne peux pas commencer à travailler sur un autre livre si je ne range pas tout ce qui appartenait au livre précédent. La documentation, les photos, les objets…
Je dois avouer ici que l’un des moments-clés lorsque je bloque sur une histoire ou une image, c’est la sieste! Alors, là, je ne compte plus les dénouements d’histoires ou les images que j’ai trouvées en m’endormant. Un truc de fou! C’est finalement ça le plus dur dans la création, c’est de faire croire à sa famille qu’au moment où on va se coucher en pleine journée c’est pour le boulot.

Antoine GuilloppéAntoine Guilloppé est auteur et illustrateur

Bibliographie sélective :

  • Prédateurs, texte et illustrations, Actes Sud Junior (sortira en novembre).
  • Akiko la malicieuse, texte et illustrations, Picquier Jeunesse (2016).
  • Tonnerre de prouts !, texte illustré par Ronan Badel, Gautier Languereau (2016).
  • Le Gardien des océans, illustration d’un texte de Michaël Escoffier, Gautier Languereau (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • King Kong, texte et illustrations, Gautier Languereau (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • Little Man, texte et illustrations, Gautier Languereau (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Les petits oiseaux, illustration de textes de Béatrice Fontanel, Naïve (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Le voyage d’Anoki, texte et illustration, Gautier Languereau (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Les musiciens de Brême, illustration d’un texte des frères Grimm, Gautier-Languereau (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Coloriages Mystères, Gautier-Languereau (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • La moufle, illustration d’un texte de Bernard Villiot, Élan vert (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Ma jungle, texte et illustrations, Gautier-Languereau (2012).
  • Plein soleil, texte et illustrations, Gautier-Languereau (2011), que nous avons chroniqué ici.
  • Qui dit noir dit blanc, illustration d’un texte de Mario Urbanet, P’tit Glénat (2011), que nous avons chroniqué ici.
  • Première neige, illustration d’un texte de Marie-Astrid Bailly-Maître, Élan vert (2011), que nous avons chroniqué ici.
  • Pleine lune, texte et illustrations, Gautier-Languereau (2010), que nous avons chroniqué ici.
  • Grand blanc, Casterman (2009), que nous avons chroniqué ici.
  • Akiko la rêveuse, texte et illustrations, Picquier jeunesse (2006), que nous avons chroniqué ici.
  • Loup noir, Casterman, (2004), que nous avons chroniqué ici.

Retrouvez aussi notre interview d’Antoine Guilloppé.