La mare aux mots

Respecter notre planète

Par 9 février 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on va parler d’écologie, mais pour en parler on va aussi parler de la Terre et de ce que l’on y cultive.

C’est quoi, l’écologie ?
de Jacques Azam
Milan
7,90 €, 160×202 mm, 124 pages, imprimé en France, 2017.
Le chocolat
Textes de Sandrine Dumas Roy, illustrés par Nicolas Gouny
Les éditions du Ricochet  dans la collection Je sais ce que je mange
12,50 €, 225×260 mm, 40 pages, imprimé en Pologne chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
Les pommes de terre
Textes de Sandrine Dumas Roy, illustrés par Nicolas Gouny
Les éditions du Ricochet dans la collection Je sais ce que je mange
12,50 €, 225×260 mm, 40 pages, imprimé en Pologne chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
Les tomates
Textes de Michel Francesconi, illustrés par Nicolas Gouny
Les éditions du Ricochet dans la collection Je sais ce que je mange
12,50 €, 225×260 mm, 40 pages, imprimé en Pologne chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
Le potager
Textes de Philippe Godard, illustrés par Benjamin Bécue
Nathan dans la collection Questions ? Réponses !
6,95 €, 227×258 mm, 29 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
La Terre, une planète et des hommes
Textes de Jean-Michel Billioud, illustrés par Julien Castanié
Gallimard Jeunesse dans la collection Le monde animé
14,90 €, 257×257 mm, 20 pages, imprimé en Chine, 2017.

Le pique-bœuf et la poule

Par 8 février 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous fais découvrir deux albums. On s’envole d’abord pour l’Afrique avec un petit pique-bœuf teigneux qui terrifie toute la savane et après ça, on file dans un poulailler pour rencontrer Catherine, la poule la plus dépensière que vous pourriez imaginer (imaginez d’abord une poule dépensière peut-être, pour commencer).

Pic-pic est une terreur
de Frédéric Laurent
L’Atelier du poisson soluble
15 €, 180 x 245 mm, 40 pages, imprimé en République tchèque, 2017.
Le Livre où la poule meurt à la fin
Texte de François Blais, illustré par Valérie Boivin
Les 400 coups
13,50 €, 215 x 280 mm, 32 pages, imprimé au Canada, 2017.

Les invité·e·s du mercredi : Marianne Zuzula et Martin Page

Par 7 février 2018 Les invités du mercredi

C’est une éditrice dont on aime l’engagement que l’on reçoit aujourd’hui, Marianne Zuzula des très bonnes éditions La ville brûle. Puis on a proposé à l’auteur Martin Page de nous livrer ses coup de cœur et coup de gueule. Bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : Marianne Zuzula

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?
Je viens de l’édition scolaire, je travaille sur des manuels scolaires et parascolaires de SES et histoire-géo (et à la différence de pas mal de monde, j’adore ça !).

Et donc en 2009, vous créez La ville brûle, pourquoi avoir créé cette maison d’édition ?
Raphaël Tomas (qui vient lui aussi du scolaire, il est éditeur scientifique) et moi avons eu envie de faire des livres qui, tout en se situant aussi dans une démarche de transmission des savoirs, prennent parti, sont plus engagés, moins neutres. Nous avions aussi envie de mener des projets éditoriaux de bout en bout, d’être seuls maîtres à bord !

Pourquoi ce nom « La ville brûle »
Alors… on a eu beaucoup de mal à trouver un nom pour cette maison d’édition, quelle galère !!!! Et moi, j’avais vu et adoré, quand j’étais au lycée, Prénom Carmen de Godard, et j’avais été notamment complètement subjuguée par la dernière réplique du film. J’ai revu le film et noté cette phase sur un petit bout de papier, puis j’ai fait des recherches pour voir d’où ça venait, je sentais que cette phrase avait un statut différent dans le film, que c’était peut-être une citation, mais ce n’était pas évident… Donc j’ai fait des recherches (et là je parle de faire des recherches en 1983, hein, avant Internet, avant Google, avant YouTube, je vous jure que ce n’était pas une mince affaire…) et j’ai découvert que c’était la phrase finale de Electre, de Giraudoux.
Voici la citation en question : Comment cela s’appelle-t-il quand le jour se lève, comme aujourd’hui, et que tout est gâché, que tout est saccagé, et que l’air pourtant se respire, et que tout est perdu, que la ville brûle, que les innocents s’entretuent, mais que les coupables agonisent, dans un coin du jour qui se lève ?? […] Cela s’appelle l’aurore. (Jean Giraudoux, Électre, 1937.)
Cette phrase, finalement j’y suis revenue quand il a fallu baptiser notre maison d’édition, et j’ai réussi à convaincre Raphaël de ce qui n’était pas la meilleure idée du monde : ça fait un peu autonome prêt à tout faire péter, et ça nous place sous le patronage d’un auteur pas très progressiste (euphémisme, Giraudoux était carrément collabo !), mais bon ça laisse aussi transparaître une forme d’urgence, et cette urgence à se remettre à penser collectivement, elle est bien réelle !

Quelle est votre ligne éditoriale ?
Elle est la même en jeunesse et pour les adultes : nous faisons pas (ou peu) de littérature, et nous publions des essais, des livres qui prennent parti, qui affirment un point de vue, et qui visent à susciter le débat. Nos livres jeunesse (enfants et ados) sont ceux qui fonctionnent le mieux, et c’est rassurant pour l’avenir !

Qui compose l’équipe ?
Nous sommes deux, Raphaël Tomas et moi. Chacun de nous suit ses propres ouvrages du 1er contact avec les auteur·es aux relations presse et librairies quand le livre est achevé (les sciences pour Raphaël, les SHS et la jeunesse pour moi). Sinon, Raphaël suit plus particulièrement la fabrication, et moi la partie administrative et comptable.

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescente ?
Ma mère était une grande fan de Christian Bruel et de la collection Le sourire qui mord, on les avait tous et je les adorais, donc c’est vraiment les livres dont je me souviens le plus, ceux qui m’ont construite… Et mon livre fétiche parmi eux, c’est L’Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon, j’ai vraiment grandi avec, je le connais par cœur… J’aimais aussi beaucoup Ce que mangent les maîtresses, et les livres d’Agnès Rosenstiehl aux éditions des femmes J’adorais Les Filles et surtout De la coiffure, ce livre me fascinait… Un autre souvenir marquant, c’est un livre jeunesse de Françoise Mallet-Joris, qui s’appelle Les feuilles mortes d’un bel été, et qui racontait l’histoire d’enfants cruels, qui faisaient du mal aux animaux et osaient se réjouir de la mort (de leur grand-mère ? ou du jardiner de celle-ci ? je ne sais plus, mais je me souviens que j’aimais être un peu scandalisée par ces héros cyniques et fascinants, et je revois encore les illustrations de ce livre avec beaucoup de précision…). Et je me souviens du premier essai que j’ai lu, c’était Du côté des petites filles, j’étais au collège, et c’était une vraie révélation : des livres qui ne racontent pas d’histoires peuvent être passionnants !

Quelques mots sur les prochains ouvrages jeunesse que vous allez sortir ?
Nous publierons deux chouettes albums au printemps, ils sont presque finis, et j’ai hâte de les voir arriver en librairies !
Le premier s’appelle Grotoni à tout prix. C’est notre premier album jeunesse qui raconte une histoire. Il est écrit et illustré par Benoît Préteseille, un dessinateur que j’adore et qui fait surtout de la BD (il collabore également au journal Biscoto). Le livre parle des produits dérivés, du merchandising, de la surconsommation. En fait on voulait faire un livre sur ces questions depuis pas mal de temps, dans notre collection d’albums-essais, qui aborde les sujets de façon très directe, sans la médiation de la fiction. On a essayé avec plusieurs auteurs et ça ne fonctionnait pas du tout ! C’était hyper donneur de leçons, culpabilisant et limite anxiogène, et grosso modo ça revenait à dire aux enfants qu’ils étaient des gros nuls de vouloir un sac à dos des Minions ou des Legos Star Wars, ou bien que leurs parents étaient des gros nuls de leur acheter ça. Bref, ça ne marchait pas ! Heureusement, Benoit est arrivé, tel Zorro, avec son Grotoni, et là ça fonctionne très très bien, vous verrez… (et moi qui clame partout haut et fort qu’on n’a pas besoin de la fiction, que tous les thèmes peuvent être abordés très frontalement, comme des essais, y compris avec les enfants, et bien j’ai mangé mon chapeau !).
Le deuxième, s’appelle On n’est pas au centre du monde, et c’est un essai jeunesse qui va paraître dans la collection Jamais trop tôt. L’auteur des textes, Jean-Loïc Le Quellec est anthropologue, et il est illustré (superbement !) par Claire Cantais. C’est un livre qui parle de culture, de transmission, du fait qu’il n’y a pas de culture supérieure aux autres ni de culture « normale », qu’il y a différentes façons de voir le monde, de dire le monde, et qu’aucune n’est supérieure aux autres. Bref, un manifeste anti-ethnocentrisme et un véritable premier manuel d’anthropologie accessible dès 3-4 ans.

Bibliographie (jeunesse) sélective de La ville Brûle :

  • Les règles… quelle aventure !, d’Élise Thiébaut et Mirion Malle (2017).
  • Ici, de Gaëtan Dorémus (2017).
  • Antigone, de Yann Liotard et Marie-Claire Redon (2017), que nous avons chroniqué ici.
  • L’Homme est-il un animal comme les autres, de Jean-Baptiste de Panafieu et Étienne Lécroart (2017), que nous avons chroniqué ici.
  • Osons la politique !, de Caroline De Haas et Camille Besse (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • Blanche Neige ou la chute du Mur de Berlin, de Métilde Weyergans et Samuel Hercule (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • On n’est pas des moutons, de Claire Cantais et Yann Fastier (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • On n’est pas si différents, de Sandra Kollender et Claire Cantais (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • Mon super cahier d’activités antisexiste, Claire Cantais (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • Le choix, de Désirée et Alain Frappier (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • De baraque en baraque, de Cendrine Bonami-Redler (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres ?, de Monique Pinçon-Charlot, Michel Pinçon et Étienne Lécroart (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • On n’est pas des super héros, de Delphine Beauvois et Claire Cantais (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • On n’est pas des poupées, de Delphine Beauvois et Claire Cantais (2013), que nous avons chroniqué ici.

Le site de La ville brûle : https://www.lavillebrule.com.


Le coup de cœur et le coup de gueule de… Martin Page

Régulièrement, une personnalité de l’édition jeunesse (auteur·trice, illustrateur·trice, éditeur·trice…) nous parle de deux choses qui lui tiennent à cœur. Une chose qui l’a touché·e, ému·e ou qui lui a tout simplement plu et sur laquelle il·elle veut mettre un coup de projecteur, et au contraire quelque chose qui l’a énervé·e. Cette semaine, c’est Martin Page qui nous livre son coup de cœur et son coup de gueule.

Coup de cœur.
Mon coup de cœur d’écrivain de littérature jeunesse va aux adultes qui ont fait le choix de travailler pour et avec les enfants. Je peux être assez critique à l’égard de l’éducation nationale et du monde de l’édition, mais j’ai la preuve tous les jours que dans ces milieux souvent hostiles, des adultes considèrent les enfants sans paternalisme ni condescendance. Ils sont leurs alliés et ils se donnent, entre autres, pour mission de favoriser leur rencontre avec des livres originaux.
Donc gros coup de cœur pour ceux qui sont du côté des enfants et des adolescents, et qui voient en eux les êtres passionnants et profonds qu’ils sont.

Mon coup de gueule.
Je crois qu’il faut être juste et cohérent : si on écrit pour les enfants, alors la moindre des choses c’est de les écouter, de les défendre, de se battre pour qu’ils soient traités comme des individus libres. Malheureusement je trouve que c’est rarement le cas.
Par exemple, nous sommes à une époque et dans un pays où les châtiments corporels sont encore la règle, c’est-à-dire que des enfants sont frappés dans le cadre de leur famille. Frappés. Aujourd’hui, il y a réprobation sociale si un homme frappe une femme. Mais pas si un parent frappe son enfant. Pourquoi ? Et pourquoi les autrices et auteurs jeunesse se taisent sur ce sujet ? Pourquoi ne pas prendre la parole collectivement pour défendre les enfants qui reçoivent fessées et gifles ?
Deuxième chose. Des enfants auront tout et d’autres rien. Là encore, silence sidérant de ceux qui consacrent leur vie aux enfants.
Cet hiver des enfants ont froid. Ils ont froid parce que leurs parents n’ont pas les moyens de payer le chauffage. Des enfants vont mal manger. Des enfants ne vont pas avoir accès à des villes dotées d’équipements culturels. Des enfants seront logés dans des appartements insalubres.
Et qu’est-ce que nous disons en tant qu’écrivains et écrivaines jeunesse ? Pourquoi ne prenons-nous pas position publiquement pour défendre celles et ceux qui nous lisent et sans qui nous ne ferions pas ce métier ? Sommes-nous vraiment attachés à eux, les respectons-nous vraiment si nous nous taisons alors qu’ils souffrent ?
Notre passivité à l’égard du mépris et de l’oppression subies par les enfants et les adolescents me révolte. Bien sûr nous parlons de sujets graves dans nos livres et nous aidons des enfants et des adolescents. Je crois que certains d’entre nous leur donnons des armes ou des moyens de s’en forger eux-mêmes. C’est bien. Mais ça ne suffit pas. J’aimerais que nous nous engagions davantage.
Ce n’est pas simple. Ça veut dire nous faire remarquer. Ça veut dire nous opposer. Ça demande du courage. Et je sais bien : il est très difficile de porter socialement une voix critique. Le contrôle social est là, la censure et la réprobation.
Mais est-ce que défendre les enfants ne devrait pas être le minimum pour des gens qui écrivent et dessinent pour eux ?

Martin Page est auteur.

Bibliographie (jeunesse) :

  • La recette des parents, album illustré par Quentin Faucompré, Rouergue (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • La folle rencontre de Flora et Max, roman coécrit avec Coline Pierré, l’école des loisirs (2016).
  • Le zoo des légumes, roman illustré par Sandrine Bonini, l’école des loisirs (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Plus tard, je serai moi, roman, Rouergue (2013).
  • La bataille contre mon lit, album illustré par Sandrine Bonini, Le Baron Perché (2011).
  • Le club des inadaptés, roman, l’école des loisirs (2010).
  • Traité sur les dragons pour faire apparaître les miroirs, roman, l’école des loisirs (2009).
  • Je suis un tremblement de terre, roman, l’école des loisirs (2009).
  • Conversation avec un gâteau au chocolat, roman illustré par Aude Picault, l’école des loisirs (2009).
  • Juke-box, roman, collectif, l’école des loisirs (2007).
  • Le garçon de toutes les couleurs, roman, l’école des loisirs (2007).

Retrouvez Martin Page sur son site : http://www.martin-page.fr.

À l’autre bout du monde…

Par 6 février 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui on part, en direction des États-Unis, à la rencontre de Ruby Bridges, icône – malgré elle – des droits civiques, puis l’on suit les mésaventures d’une petite fille chinoise et de sa grand-mère… Préparez-vous à un magnifique voyage !

Ruby tête haute
Texte d’Irène Cohen-Janca, illustré par Marc Daniau
Les éditions des éléphants
15€, 245×337 mm, 40 pages, imprimé en France, 2017.
L’arbre de Tata
Texte de Yu Liqiong (traduit par Chun-Liang Yeh), illustré par Zaü
HongFei
15,90€, 237×268 mm, 40 pages, imprimé en France, 2017.

Je crois qu’il va y avoir un bébé…

Par 5 février 2018 Livres Jeunesse

Thématique souvent abordée, voici trois nouveaux livres sur l’arrivée d’un bébé. Vu par une aînée, par un chat et même par le bébé lui-même !

Juste un petit peu
Texte de Yûko Takimura (traduit par Fédoua Lamodière), illustré par Nagako Suzuki
Nobi Nobi ! dans la collection 1,2,3 Soleil
12,50 €, 196×268 mm, 32 pages, imprimé en Roumanie, 2017.
Une drôle de petite soeur
de Kaya Doi (traduit par Manon Debienne)
Nobi Nobi ! dans la collection 1,2,3 Soleil
10,50 €, 146×194 mm, 40 pages, imprimé en Roumanie, 2017.
Quand je t’attendais – Ton histoire dans le ventre de Maman en taille réelle
Texte de Meritxell Martí (traducteur·trice non crédité·e), illustré par Xavier Salomó
Gautier Languereau
20 €, 265×265 mm, 12 pages, imprimé en Chine, 2018.